Merci de privilégier les groupes des autorités & les criminels merci.
Nouvelle intrigue, en groupe ou à deux, ou dans le rp commun ICI

Partagez|

We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


AGE : 24 ans

DC : Je suis unique
CRÉDITS : STEREO LOVE
MESSAGES : 122
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f78-appartement-de-roza-s-yu



MessageSujet: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Dim 21 Avr - 16:17



Tout le monde aurait pu penser que c’était une journée comme les autres, on était là au commissariat tentant de faire au mieux notre boulot enfin pour certains mais moi je ne pouvais pas quitter l’horloge des yeux suivant les aiguilles en priant que cette journée se termine rapidement. Chaque minute qui passait me rapprocher un peu plus de ma délivrance et pourtant j’étais simplement effrayée depuis quelques jours, mon passé revenait d’un seul coup sans que j’y sois préparer et surtout quand je commençais enfin à avoir des choses qui comptaient pour moi à Rio, comme si mon karma avait décidé que je ne méritais pas d’être tranquille. En un simple petit accrochage de voiture ma vie avait basculé et je m’étais retrouvée face à tout ce que j’avais fuis, personne ne m’avait reconnu mais ce simple nom de famille me valait encore une fois de perdre ce que j’aimais. J’avais posé des jours de congés pour le bonheur de mon chef qui désespérait de voir que je ne m’accordais jamais de repos, si seulement il avait su. J’avais tout préparé la veille, l’excuse parfaite, la destination vers laquelle j’allais m’envoler sans me retourner et surement sans jamais revenir mais alors que m’informais sur les horaires de train cette simple idée de m’enfuir de nouveau m’avait paru insupportable et ça pour une simple raison qui me dépassait : Ezekiel. Depuis que je l’avais rencontré c’était comme si j’étais liée à lui et je ne pouvais pas partir sans qu’il le sache. J’avais alors remis mon départ à plus tard lui envoyant un message pour lui demander de l’aide alors qu’au fond je n’en avais pas besoin mais je ne voulais pas être seule ou plus précisément je ne voulais pas être sans lui pour l’instant. Ce qui parait complètement insensé vu qu’il ne s’est rien passé à part des baisers et des violentes disputes, je ne savais même pas ce qu’était notre relation mais partir sans lui dire au revoir j’en étais incapable. J’avais donc prévu un nouveau plan, je passerais quelques jours avec lui le temps de me préparer à l’idée de ne plus jamais le revoir, puis pour me persuader que ce n’était qu’une illusion ce qu’on partageait et ainsi je pourrais partir le cœur léger, j’étais conscience que ce plan comportait de nombreux risques car j’allais peut-être encore plus m’attacher à lui et me rendre compte que ce n’était pas un rêve ce qu’on a partagé ou un cauchemar au choix. Mais il était la seule personne à qui je me sentais capable de parler de mon problème et j’en avais besoin, il fallait que je décompresse. Je jetais un nouveau coup d’œil à l’horloge dans quelques minutes ma fuite allait de nouveau commencer mais j’allais être accompagné quelques jours et ce détail changer tout. Je sortais du commissariat et mon premier réflexe fut de mettre mes lunettes de soleil et d’attacher mes long cheveux blonds en un chignon, comme si ça allait éviter qu’on me reconnaisse, j’avais hésité à changer ma couleur de cheveux mais par manque de temps cette idée était passé à la trappe, je la gardais toujours dans un coin sait-on jamais. J’apercevais la seule personne en qui j’avais assez confiance pour lui confier que mon frère était de passage à Rio, je souriais sans pouvoir m’en empêcher et j’étais heureuse qu’il ne m’ait pas envoyer boulet après l’autre soir ou je suis partie comme une voleuse un peu. « Tu ne m’as pas oublié. » Je le regardais en souriant et sans un mot de plus je m’installais derrière lui sur la moto mettant mon casque pour ensuite passer mes bras autour de lui, je n’avais aucune idée de notre destination et il en était peut-être mieux ainsi, j’avais pris soin de prendre deux trois choses dans mon sac à main comme mon passeport et tous l’argent que je possédais car on est jamais trop sûr. J’essayais de faire le vide dans ma tête alors qu’on était sur la route mais j’étais surprise qu’il ait tout lâché pour venir avec moi, il ne connaissait même pas toute l’histoire et pourtant il était là pour moi, je voulais être reconnaissante et lui montrer mais un tas de questions émergeaient dans ma tête, pourquoi faisait-il ça et qu’est ce qui allait se passer, comment évoluerait cette histoire surtout si je compte partir définitivement de Rio, j’étais sûre d’une seule chose si jamais je devais partir je ne pourrais pas lui dire au revoir se serait trop difficile et ça m’empêcherait de partir. Tout avait changé depuis ma première fuite, je n’étais plus cette naïve jeune fille qui a pleins de rêve en tête et qui est déçu de toutes les personnes qu’elle a un jour aimé, je n’étais plus à la recherche de qui j’étais, j’avais enfin trouvé ce que je voulais faire de ma vie, je profitais chaque jour de cette liberté et de libre-arbitre, je ne m’attachais plus aux gens enfin jusqu’à Ezekiel. Là était tout le problème d’ailleurs, ce simple mec avait chamboulé tout ce que j’avais construit et je me sentais faible face à mon envie de passer du temps avec lui. Au bout d’une heure trente de trajet environ on arriva dans une ville entre la plage et la montagne, le panneau indiquait qu’il s’agissait de Mangaratiba je ne connaissais même pas cette ville mais j’avais décidé de lui faire confiance donc il fallait que j’aille jusqu’au bout, je regardais les alentours, c’était plutôt beau et simple. Rapidement il se gara sur ce qui devait surement être un parking bien que ce n’était que des graviers au sol, l’endroit semblait isoler et était plus loin que la ville qu’on avait passé mais à moto ce n’était qu’à quelques minutes. Je descendais enfin de l’engin et je me dégourdissais les jambes tout en regardant les alentours, une grimace s’afficha sur mon visage sans que je puisse me contrôler, je n’étais pas vraiment une fille de la campagne ou quoi et je ne me sentais pas forcément à ma place mais au moins personne ne viendrait me chercher ici. « Tu m’aurais amené ici en pleine nuit je t’aurais pris pour un tueur en série. » Je posais mon regard sur lui et ce sourire que je ne contrôlais plus apparu sur mon visage, c’était tellement fou cette situation, je n’en revenais pas de m’être enfuit avec pour seule compagnie lui, je ne le lâchais pas du regard avec une folle envie de l’embrasser, je me mordillais alors la lèvre inférieure tentant de refreiner cette envie qui prouverait à mon cerveau qu’il était plus qu’un simple ami ou une simple attirance physique mais ce fut plus fort que moi et je m’avança vers lui pour l’embrasser. Et ce baiser que j’aurais voulu calme et doux ne l’était pas du tout, je m’étais presque jetée sur lui et par ce baiser je le remerciais en quelque sorte d’avoir tout lâcher pour moi. Au bout de quelques secondes bien trop courtes à mon goût je m’éloignais de ses lèvres. « Rassure moi tu as bien pris une chambre avec deux lits séparés. » Je riais légèrement et je m’éloignais alors complètement de lui, il avait su insuffler le chaud et le froid la dernière fois se serait dorénavant à mon tour, puis je savais que la conversation sur mon frère et cette fuite ferait vite surface, trop vite pour moi surement et j’avais besoin de décompresser encore un peu avant car cette fois ci il allait surement vouloir que je lui raconte l’histoire entièrement.


_________________
I say it's up to fate « Don't want to let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't want to hide the truth.Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 26 ans

DC : Nope
CRÉDITS : Bazzart & Tumblr
MESSAGES : 132
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f75-loft-d-ezekiel-j-guerrer



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Dim 21 Avr - 18:12



every teardrop is a waterfall.



Un bolide aux couleurs flamboyantes et aux vrombissements assourdissants venait de parcourir des kilomètres pour finalement atteindre un motel banal se trouvant dans la bourgade de Mangaratiba. Une ville côtière charmante mais peu connu du grand public. Le tourisme n’y était donc pas monnaie courante ce qui fut une bonne chose étant donné la situation dans laquelle se trouvaient les deux compères. Une énième fuite dans laquelle s’était jeté la tête la première Ezekiel. Pourtant de nature solitaire, aucune hésitation n’avait pointé le bout de son nez lorsque l’aide de ce dernier fut sollicité par Roza. Prudent, le jeune homme n’avait prévenu personne de son départ précipité et encore moins du lieu où il se trouverait durant les jours qui allaient suivre. Qui aurait-il pu prévenir de toute façon ? N’ayant aucune attache particulièrement, cela n’avait pas été une décision difficile à prendre. Sa propre famille n’avait tout bonnement aucune idée de ce qu’il faisait à présent, ni même si il était encore en vie. Une épaisse fumée blanche flottait autour de leurs corps encore enlacés sur la moto aux accents volontairement sportifs. Auparavant, les atouts bricoleurs du brésilien lui avaient permis d’installer une selle passagère mais ce ne devait être en rien confortable. Ses deux pieds solidement ancrés au sol, il fit un signe de tête à son accompagnatrice pour lui permettre de descendre du véhicule en toute sécurité. A son tour, il enjamba son cheval de course en veillant à déplier la béquille pour maintenir la lourde machine en place. Un bruit résonna tandis que la belle se départissait de son casque en observant les alentours et la selle principale fut relevé par les soins d’Ezekiel qui en sortit une chaîne ainsi qu’une seconde plaque d’immatriculation. Ce geste visait à protéger leurs arrières. Les couleurs blanche, orange et noir de sa bécane ne leurs permettaient pas de passer inaperçu, bien au contraire, alors en remplaçant la plaque initiale il préservait leur incognito du mieux possible. Prévoyant, il se trouvait accroupit, toujours coiffé de son casque modulable noir qui laissait voir son visage aux traits fins surplombé de lunette type aviateur. Il s’affairait à changer la carte d’identité de son petit bijou tout en lui assurant une certaine sécurité à l’aide d’un granit résistant. La voix cristalline de Roza résonna à ses oreilles et un sourire parfaitement incontrôlable, mais également signe de son bien être actuel, s’étira sur ses lèvres. « Tu crois réellement que la lumière du jour te préserve de potentiel serial killer que je pourrais être ? » Il lui accorda un clin d’œil afin d’appuyer sa remarque qui se voulait humoristique.

Tout en se relevant, il enleva l’entrave que lui procurait son casque en profitant de sa main de libre pour ébouriffer ses cheveux en désordre. La chaleur était plus douce par ici grâce à la proximité de la mer qu’ils pouvaient tout deux apercevoir de loin. C’était agréable. Alors qu’il ne s’y attendait pas du tout, la demoiselle s’approcha de lui en s’accrochant à son cou pour lui offrir un baiser fougueux et langoureux. Répondant positivement à cet élan d’affection soudain qui découlait très certainement d’un besoin de le remercier d’une façon qu’il apprécierait à coup sûr. Elle se sépara alors de lui avec cet air mutin qu’il aimait tant et lui demanda avec humour si celui-ci avait prit une chambre avec des lits séparés. « Absolument pas. C’est un détail qui a du m’échapper par mégarde. Toutes mes excuses. » S’exclama-t-il en haussant les épaules, veillant à afficher sur ses traits faciales un air innocent. Son blouson de cuir noir l’oppressait quelque peu, il ouvrit donc ce dernier en dévoilant ainsi un tee-shirt blanc col en V qui laisser entrevoir ses pectoraux saillants. « Attends moi ici, je reviens. Et évite de te faire remarquer même si je sais que ce n’est pas facile. » Ajoutant le geste à la parole, Ezekiel fit glisser ses lunettes afin que la jolie blonde puisse comprendre son petit jeu puis il laissa son regard bleuté parcourir le corps svelte de celle-ci de bas en haut et de haut en bas. Un éclat de rire s’échappa d’entre ses lèvres. Son corps se mouva jusqu’à l’accueil du motel dans lequel ils séjourneraient quelques jours. Un homme grassouillet vêtu d’un débardeur qui mettait en valeur sa pilosité surdéveloppée et qui était orné de tâche jaunâtre de sueur releva la tête vers le visiteur en grognant légèrement. Charmant. Ezekiel lui fournit son nom d’emprunt en ajoutant le passeport fictif mais très bien fabriqué pour passer pour véridique. Les clés de chambre 22 lui furent remises et le jeune homme sortit de l’étuve de l’étroit endroit pour respirer l’air frais extérieur. Roza l’attendait et ne tarda pas à le rejoindre une fois ce dernier en possession du fameux sésame. Tout deux montèrent les escaliers extérieurs et longèrent la coursive pour atteindre une porte brunâtre. A l’intérieur de la chambre d’environ dix huit mètre carrés se trouvait un lit deux places qui trônait au beau milieu, contre le mur de droite une commode sur laquelle reposait une télé probablement centenaire, au fond une table et deux chaise ainsi qu’une porte qui menait certainement à une salle de bain. « Voici votre palace mademoiselle Yukov ! »
made by pandora.




_________________
hold your breath...
Mais si je m'en sors, sans bleu au corps. Être normal pour être bien, effacer quelques lignes de ma main. Et si je m'en sors, je veux encore sentir la chaleur de ce beau matin, ensemble, alliés contre un drôle de destin...©️ sweet peach


Dernière édition par Ezekiel J. Guerrero le Lun 22 Avr - 19:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 24 ans

DC : Je suis unique
CRÉDITS : STEREO LOVE
MESSAGES : 122
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f78-appartement-de-roza-s-yu



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Dim 21 Avr - 18:49

Alors que j’aurais pu me perdre dans l’observation de la mer qu’on apercevait la seule chose que je voyais c’était lui, il était la face à moi et n’avait pas hésité à tout lâcher simplement pour s’enfuir quelques jours avec moi, et bien que cette idée avait un côté effrayant je me rendais simplement compte qu’en l’espace d’une soirée avec lui il était devenu la personne la plus proche que j’avais. Je me perdais dans ses yeux, dans son sourire et aussi dans son torse que je pouvais entrevoir grâce à ce tee-shirt très bien choisi et les sentiments qui en peu de temps étaient nés ne me semblaient plus si affreux pour l’instant, je commençais à me faire à l’idée qu’Ezekiel comptait plus pour moi que ce que je voulais bien laisser croire et pour l’instant je préférais ne pas y prêter attention et simplement profiter. C’est très étrange quand même, j’aurais pu partir seule mais je n’avais pas pu m’y résoudre j’avais eu besoin de lui dire, de partager ça avec lui et alors que je le regardais brouiller nos pistes je riais, se rappelait-il que je restais un agent de police et que je pouvais l’arrêter pour ce qu’il était en train de faire, j’avais l’impression d’être une fugitive alors que j’avais simplement été chassé de ma nouvelle ville. « Non mais je crois que changer ses plaques en pleins jour n’est pas des plus malins non plus. » Je lui lançais un regard amusé, on était dans un endroit à découvert et même si il semblait désertique on ne sait jamais. Je fronçais les sourcils tout en souriant lorsqu’il me dit qu’il avait oublié le détail de prendre des lits séparés, et la peur réapparu légèrement, partager un lit avec quelqu’un durant plusieurs jours, vivre cette intimité de couple me rappeler de mauvais souvenirs, je ne m’étais plus levée aux côtés de quelqu’un depuis des années disparaissant toujours avant qu’il ne se réveille. Mais dès que je posais mon regard sur Ezekiel toutes mes appréhensions disparaissaient étonnamment, je savais qu’entre nous tout pouvait dérailler d’un moment à l’autre mais j’avais l’espoir que dans un lieu neutre comme celui-ci, loin de Rio se serait différent. J’allais être simplement Roza et lui Ezekiel, pas de criminel, de drogue, de police et j’en passe, simplement nous deux. Je suivais son regard lorsqu’il me dit de ne pas me faire remarquer et je jouais les demoiselles outrée face à sa façon d’agir, en même temps si la personne de l’accueil nous apercevait il penserait surement qu’on est un couple qui se cache et qui ont une liaison extra-conjugale ou alors que je suis une prostituée qui se fait aider pour sortir de ses terribles travers, je ne savais pas vraiment quelle version je préférais. J’attendais en essayant d’être patiente mais mon regard observait les alentours pour être sûre qu’il n’y est personne, finalement j’aurais vraiment dû changer de couleur de cheveux et de façon de m’habiller mais j’avais dû agir normalement au travail et si j’étais arrivée en jean déchiré et tee-shirt mon partenaire aurait rapidement compris que quelque chose cloché, je n’étais pas vraiment du genre à abandonner mes talons hauts pour des baskets. Je rejoignais Ezekiel une fois qu’il avait les clés et on découvrait alors la chambre, une nouvelle grimace se forma sur mon visage et j’observais cet endroit dénué de charme, pour le week end romantique on repassera je pense. Je me tournais vers le jeune homme à mes côtés la mine déconfite. « Après avoir vu ça je me demande si être enfermer dans un château à Moscou n’est pas mieux. » Je riais légèrement puis je me dirigeais vers le lit pour y jeter mon sac dessus et j’allais directement vers la salle de bain pour observer le reste des horreurs et je ne fus pas déçu, bon je leur accorde une chose la salle de bain va parfaitement avec le reste de la chambre. Je m’observais légèrement dans le miroir, j’avais les traits légèrement tiré et pour cause j’avais passé une nuit blanche à savoir ce que j’allais faire, je passais la tête par la porte de la salle de bain pour regarder mon partenaire de fuite. « Tu crois que je serais comment en brune ? » Je sortais alors complètement de ce que certains appellent une salle de bain alors que c’était plutôt un endroit avec de l’eau courante à mes yeux et je me jetais presque sur le lit pour tester un peu la qualité de ce dernier et encore une fois je fus déçu. Mais c’est à ce moment-là que mon regard croisa celui d’Ezekiel et au fond je m’en fichais de cette chambre vu que j’étais bien accompagnée, je souriais en tentant de percevoir une pensée qui aurait traversé son esprit mais rien, je ne pouvais toujours pas lire en lui et je mordillais la lèvre inférieure en guise d’énervement. « Je suis surprise que tu sois là avec moi … Mais c’est une bonne surprise je te rassure. »Je pesais mes mots sachant qu’il pouvait mal interpréter ce que je disais ce ne serait pas la première fois, je ne regardais plus que lui comme si le reste n’existait pas et je dois avouer que tous le temps que j’avais passé avec lui aujourd’hui m’avait permis d’oublier un peu la raison pour laquelle on avait atterri ici, Ezekiel avait cet effet sur moi et même si je n’aimais pas ça à certains moment cette fois c’était plutôt rafraichissant.

_________________
I say it's up to fate « Don't want to let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't want to hide the truth.Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 26 ans

DC : Nope
CRÉDITS : Bazzart & Tumblr
MESSAGES : 132
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f75-loft-d-ezekiel-j-guerrer



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Dim 21 Avr - 20:08



every teardrop is a waterfall.



L’allure générale du jeune s’était nettement améliorée. Une cause à effet très certainement dû à l’attirance qu’il éprouvait vis-à-vis de Roza mais également à cause des sentiments naissants sur lesquels il ne mettait volontairement pas de terme plus ou moins approprié dessus. Son jean noir légèrement huilé mettait en avant son allure ainsi que la forme de ses muscles quant à son haut il se voulait quelque peu moulant. Nettement plus soigné, Ezekiel avait tout de même tenu à garder sa barbe de trois jours en veillant toutefois à taillée celle-ci. Propre sur lui, il avait détaillé la jolie blonde qui avait nullement besoin d’artifices quelconques pour paraître aussi belle. Auparavant, il avait déjà rencontré des femmes particulièrement attrayantes, la plupart ayant fini dans son lit par ailleurs, mais rien de comparable à Roza. A plusieurs reprises, le brésilien avait tenté de le lui faire comprendre sans y arriver. Elle semblait hermétique et mal à l’aise face à ses compliments sincères. Les deux protagonistes mutuellement enfermés dans un mutisme propice à la réflexion rejoignirent rapidement leur chambre qui se trouvait être à l’image même de ce motel. En perdition total. Les murs avaient jaunis avec le temps sans que le propriétaire n’ait prit la peine de rafraîchir l’endroit. La propreté était toutefois correcte et permettait de passer un séjour plus agréable que dans la crasse. Si tel avait été le cas, Ezekiel n’aurait pas eu de mal à trouver un endroit tout aussi discret et moins miteux. Il retira sa veste pour la jeter négligemment sur le fauteuil qui se trouvait à côté du lit et qui deviendrait sûrement sa couchette par la suite. Tout en croisant les bras sur son torse, il laissa Roza à sa contemplation avant d’entendre sa question de la salle de bain où elle se trouvait. « Je suis certain que tu serais tout aussi magnifique en brune que tu ne l’es déjà en blonde. » Son sourire ne faisait qu’appuyer ses paroles en gardant espoir qu’elle le croirait bien plus cette fois-ci. Leurs regards respectifs se croisèrent et un courant électrique le traversa. Un courant identique à celui qu’il avait ressenti lors de leur premier échange. Sans avoir la moindre idée du tournant que prendrait leur escapade fugitive, Ezekiel avait mis de côté pour un temps son aversion pour les émotions et sentiments. Il avait envie de donner une chance à Roza, à ce qui se passait actuellement entre eux et tant pis si ça le menait finalement à une déchéance qu’il ne connaissait que trop. Prenant place sur le fauteuil grisâtre alors qu’elle s’allongeait sur le lit, elle l’observa en se mordillant la lèvre inférieure ce qui raviva un peu plus l’attirance qu’il éprouvait à son égard. « Tu n’avais pas besoin de moi, j’imagine sans mal que question fuite tu t’en sors très bien toute seule et que vu les ressources dont tu disposes dans la police ajouté à tes talents naturels tu n’aurais pas laissé la moindre trace derrière toi. Mais le fait que tu penses à moi a été une raison de plus d’accepter. Je suis… Touché d’avoir été la personne que tu as prévenu et je suis ravi d’être ici… Avec toi. » Ses paroles furent prononcées avec sincérité. Sûrement l’une des premières fois.

Il se racla alors la gorge, peu habitué à ce genre de confidence sur son état d’esprit ou son ressentit. Cela le libérer pourtant d’une certaine façon et il ne regrettait absolument pas ces mots. Ses mains s’accrochèrent au fauteuil pour se l’aider à se remettre debout vu la mollesse de l’assise. D’un geste, il s’empara de son porte feuille qu’il enfonça dans la poche arrière de son jean. « Je vais nous chercher de quoi manger et boire puis j’en profiterais pour te ramener une teinture et des vêtements. Si tu as besoin de quoique se soit ou si un danger se pointe à l’horizon, n’hésite pas à m’appeler. » Alors qu’il s’apprêtait à franchir le seuil de la porte, ce dernier se retourna pour venir se pencher au dessus d’elle et déposer un baiser sur le front de la jolie blonde avant de reprendre la route. Ses pas le menèrent rapidement à dix minutes de là dans un station service attenante à une boutique de souvenir. Ezekiel entra tête baissée dans l’enseigne et déposa plusieurs articles dans un panier bleu. Quelques victuailles sommaires, une teinture et un pack de bières fraîches. La suite fut plus compliqué pour le brésilien qui se perdit dans les allées de fringues en tout genre pour femme. Sans avoir la moindre idée de sa taille ou même de ses goûts, il regardait impuissant les portants. Pour ne pas y passer des heures et laisser seule trop longtemps l’agent de police, Ezekiel acheta un short en jean troués ainsi qu’un bas de jogging large, un tee-shirt très ample et beaucoup trop grand pour elle, trois débardeur, une paire de Converse blanche et un jean. Vint alors le moment des sous-vêtements. Se contentant de donner les traits physiques de la demoiselle à la vendeuse, cette dernière prit plusieurs ensembles qu’elle glissa dans les sacs avec le reste de ses achats. Un quart lui suffit et il regagna ainsi le plus rapidement possible la chambre. Le bruit de l’eau s’échappa de la porte entrouverte de la salle de bain, sans un bruit, le jeune homme fit passer son bras dans l’ouverture en tournant bien évidement la tête pour déposer les sacs remplit de vêtements afin qu’elle puisse par la suite se changer. Tout en allumant la télé, il décapsula une bière et s’allongea à son tour sur le lit en faisant reposer son dos et l’arrière de sa tête contre un coussin qu’il avait au préalable posé contre le mur derrière lui. « Tu es en train de rater le cinq centième épisode de la telenovelas Mulheres Apaixonadas ! » Sa verve était ironique bien évidemment mais à cette heure-ci les ménagères étaient reines et friandes de ce genre d’idiotie interprété horriblement pas des acteurs au talent discutable.
made by pandora.




_________________
hold your breath...
Mais si je m'en sors, sans bleu au corps. Être normal pour être bien, effacer quelques lignes de ma main. Et si je m'en sors, je veux encore sentir la chaleur de ce beau matin, ensemble, alliés contre un drôle de destin...©️ sweet peach


Dernière édition par Ezekiel J. Guerrero le Lun 22 Avr - 19:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 24 ans

DC : Je suis unique
CRÉDITS : STEREO LOVE
MESSAGES : 122
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f78-appartement-de-roza-s-yu



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Dim 21 Avr - 20:58

Je prenais son compliment bien que quelques rougeurs avaient dû apparaître sur mon visage, je n’aimais pas réellement les compliments et je ne les croyais pas surtout n’ayant pas une grande confiance en moi, je savais que j’étais belle et je ne joue pas les filles qui trouvent ça difficile d’être belle mais quand c’était quelqu’un qui me plaisez tout était différent. Ce compliment était sincère et pas juste là pour m’attirer dans son lit vu notre relation étrange et là était tout le problème, cette relation n’était pas ce que je pensais qu’elle serait, je m’imaginais une simple aventure ou à la limite quelqu’un avec qui j’aurais pu remettre le couvert une ou deux fois mais sans jamais rien de plus, je ne savais pas qui j’avais essayé de tromper d’ailleurs car vu les regards qu’on se lance il est certains qu’on partage plus. Mais cette peur de l’engagement sincère avait fait en sorte que je m’imagine une simple attirance physique, et peut-être qu’on se permettait à cet instant d’être aussi proche car nous étions dans la fuite et qu’il y avait une date limite à cette proximité et intimité. Pourtant les gestes qu’on avait l’un envers l’autre semblait naturel, ces regards, ces choses qu’on se disait, je me sentais enfin moi-même avec lui comme si j’avais attendu des années à Rio de le rencontrer pour pouvoir enfin être réellement moi. Il avait raison question fuite je n’avais pas forcément besoin d’aider mais je n’avais pas pu me résoudre à partir sans lui dire, voir être avec lui et j’avais joué les princesses en détresse ce que je détestais être simplement pour ne pas avoir à affronter l’idée de ne plus jamais le revoir alors qu’on se découvrait à peine. Je me sentais légèrement mal à l’aise me rendant compte de ma vulnérabilité face à cet homme que j’avais toujours vu comme dangereux voir nocif, alors qu’il n’avait pas hésité à venir avec moi. Je préférais ne rien dire, je ne savais même pas quoi dire de toute façon, qu’est-ce que je pouvais répondre ? ‘Bah je crois que je suis en train de complètement craquée pour toi et j’étais incapable de partir sans avoir passé du temps avec toi encore’ je pense qu’il prendrait directement la fuite en pensant que je suis une folle qui l’a attiré dans un endroit reclus pour faire de lui sa proie. Mais ce petit moment attendrissant ne dura pas, il préférait partir et je le comprenais, il était difficile pour nous de se livrer sans penser aux conséquences sur notre cœur ou notre âme, je souriais légèrement. « Si un danger se pointe j’ai mon arme je te rappelle. » C’était juste pour lui rappeler de ne pas s’inquiéter car je n’étais pas sans défense contrairement à ce qu’on pourrait croire en me voyant, je le regardais s’agiter et partir mais il revint sur ces pas pour me déposer un baiser sur le front, je restais figer quelques secondes et juste avant qu’il n’ait franchi la porte je voulais lui montrer que moi aussi je tenais à lui. « Ezekiel … Il n’y a personne d’autre avec qui j’aurais pu m’enfuir. » C’était maladroit mais je n’avais pu faire que ça, puis ainsi il se rendrait compte que sa jalousie de l’autre fois était insensé vu que j’étais avec lui maintenant et personne d’autre. Je me dirigeais alors vers la salle de bain pour prendre une légère douche, j’avais besoin de me rafraichir un peu surtout après la route qu’on avait fait et après ces petites attentions qu’il avait eu à mon égard. Je profitais de l’eau qui coulait sur mon corps en repensant à ma vie depuis quelques années, à ma première fuite avec simplement mon passeport et un sac rempli d’habits et de bonbon, j’avais d’abord pris un avion pour l’angleterre puis un vol direct pour Rio ou j’avais alors complètement refait ma vie. La seule chose que j’avais gardé de mon passé c’était mon alliance, c’était encore une des seules choses que j’avais mis dans mon sac. Depuis des années je la trimballais comme vestige de ce passé que je ne voulais jamais retrouver, comme preuve de ce milieu qui détruit les gens mais les rend riches ou mort. Je sortais de la douche et j’enroulais une serviette autour de mon corps pour aller dans la chambre récupérer mon sac au cas où il serait là. Je retournais rapidement dans la salle de bain et alors que j’entendais la clé dans la serrure j’ouvrais le robinet pour qu’il croie que je sois encore sous la douche. Je voyais sa main passer pour me déposer des affaires, c’était tellement mignon et pourtant une partie de moi savait que je ne devrais pas m’y habituer de peur de devoir partir définitivement de cette nouvelle vie. Je regardais les vêtements et sous-vêtement qu’il avait choisi me demandant si il était sérieux vu la tête du tee-shirt dix fois trop large pour moi. J’éteignais enfin l’eau et je me regardais dans le miroir quelques instants, j’étais affreuse et ces habits ne rattraperaient pas le coup. « Rappelle moi de ne jamais te confier mon relooking car je serais mal barrée. » Je riais et je commençais à faire ma couleur, ce n’était pas un grand changement mais avec des lunettes de soleil personne ne pourrait se douter que c’est moi. « Dans vingt minutes attend toi à voir une nouvelle Roza. » Je m’habillais plutôt vite, en enfilant les sous vêtement qui bizarrement était à la bonne taille, je mettais le short en jean et un débardeur blanc, tout dans la simplicité c’est le cas de le dire. Je l’écoutais me parler d’un soap que je n’avais jamais eu l’opportunité de vraiment regarder, surement car si on a pas plus de quarante ans et qu’on n’est pas mère au foyer on ne peut pas comprend réellement les histoires, je riais en l’entendant comme si c’était le but d’une vie de le voir. « J’attends de toi un résumé complet alors je ne peux pas me permettre de rater ça. » Au bout des vingt minutes qui me semblaient interminable je me rinçais enfin les cheveux et je me les séchais rapidement, bon et bien moi qui avais tenu à toujours avoir une apparence impeccable aujourd’hui j’étais loin du top model. Je sortais de la chambre en me tenant devant lui comme si j’étais en train de défiler. « Alors Monsieur Guerrero j’attends votre verdict. » Je me trouvais hideuse mais c’était ce qu’il fallait pour passer inaperçu et être sûre de ma couverture. Je faisais un tour sur moi-même pour qu’il puisse apprécier pleinement ses achats. « Oh attend j’ai oublié les lunettes de soleil pour être incognito. » Je retournais rapidement dans la salle de bain fouillant dans mon sac mais le fait que le lieu soit si étroit ne m’aider pas et alors que je sortais ma paire de lunette d’une main victorieuse je voyais ma très chère alliance tomber dans le lavabo je poussais un cri, j’avais essayé de l’étouffer mais c’était plus fort que moi, je ne pouvais pas la laisser dans les canalisations d’un motel minable. « Ohh non me dis pas que je suis aussi débile, saleté de salle de bain à la noix et d’hôtel à la noix. Ce n’est pas possible, je n’arrive pas à y croire. » Je parlais seule, oubliant même la présence du jeune homme pas loin et qui pouvait tout entendre à sa convenance, les larmes me montaient légèrement aux yeux sans pour autant couler, mais le symbole de ma première fuite et de ma vie venait de se perdre dans le siphon d’un lavabo.

_________________
I say it's up to fate « Don't want to let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't want to hide the truth.Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 26 ans

DC : Nope
CRÉDITS : Bazzart & Tumblr
MESSAGES : 132
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f75-loft-d-ezekiel-j-guerrer



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Dim 21 Avr - 21:36



every teardrop is a waterfall.



Les dernières paroles qu’avait prononcé Roza avant son départ précipité résonnaient encore en lui et son cœur ne cessait de s’affoler à chaque fois qu’il y repensait. Son bras passa derrière sa tête, son autre main tenant toujours la petite bouteille verre contenant la bière qu’il agitait dans le vide. Ses yeux fixant un point imaginaire. Jamais personne n’avait eu un impact aussi conséquent sur lui et sur ses organes internes qui rejouaient aux montagnes russes sans se résoudre à laisser en paix le pauvre garçon effrayé qu’il redevenait au contact de la jolie blonde. Un long soupir lui échappa. Cet endroit était loin d’être le parfait petit coin de paradis romantique, bien que ce ne soit pas le but ici, mais bizarrement cela lui convenait. Même lorsqu’il était en salle d’interrogatoire, sa seule compagnie lui suffisait à sentir ce bien être, ce calme, cette paix à laquelle il aspirait depuis si longtemps. Le brésilien n’avait aucune sainte idée de ce qu’il se passait entre eux. Ni même si ce ne serait qu’une folie passagère, un flirt sans conséquence ou bien une relation sérieuse. Pourtant il restait là, aussi proche d’elle que possible, l’aidant du mieux qu’il le pouvait sans avoir en temps les risques qu’il prenait pour une fille encore inconnue à ses yeux il y avait de ça quelques jours encore. C’était carrément dingue. Les pseudo jérémiades quant à ses talents de designer le fit sourire. Cette chambre d’hôtel serait l’unique endroit où ils se trouveraient durant les prochains jours alors sa tenue vestimentaire importait peu et visait à la rendre la plus imperceptible possible au milieu d’une foule si besoin était. Sans doute en train de faire sa couleur, elle lui annonça que d’une minute à l’autre il verrait arriver une toute nouvelle Roza. « Je suis fin prêt et j’attends le plus patiemment possible, c’est promis ! » Haussant quelque peu la voix pour que celle-ci atteigne sans mal la salle de bain. Bien que les cloisons soient fines comme du papier à cigarette. Un réflexe sans doute. Tout en ingurgitant une gorgée de bière, ses sourcils se froncèrent en observant incrédule la scène qui se déroulait devant ses yeux à la télévision. Une bonne femme d’une cinquantaine d’année venait de s’apercevoir que son amant de vingt cinq ans plus jeune qu’elle, était en fait le fils qu’elle avait abandonné durant sa jeunesse. Incompréhensible et totalement improbable. L’espèce humaine devenait de plus en plus indéchiffrable à ses yeux. Dire que des milliers de gens suivaient ce genre d’ineptie. Fort heureusement, Roza lui indiqua de façon détournée qu’elle n’était pas de ceux là. « Je ne crains de ne pas pouvoir t’être d’une grande aide sur ce coup ci ! » S’exclama-t-il en pouffant à moitié devant les débilités que les scénaristes s’amusaient à faire dire à ces comédiens de série B ! Après tout, il n’y avait pas de sous métier cependant ça atteignait des sommets de stupidité.

La venue de la demoiselle interrompit l’aberration des propos que tenaient ces acteurs du dimanche. Ses yeux se dirigèrent alors naturellement vers Roza qui avait revêtu les habits dont il avait fait l’acquisition précédemment. Sa bouche s’entrouvrit alors qu’il détaillait avec plaisir le nouveau look de sa fugitive. Mais avant qu’il n’ait pu ajouter quoique se soit, cette dernière fila dans la salle de bain pour ajouter ses lunettes de soleil à la panoplie. Ezekiel secoua la tête en levant les yeux au ciel devant la féminité exacerbée dont elle faisait preuve en poussant le vice à ce fameux détail. Au bout de quelques secondes, un cri étouffé lui parvint de l’étroite pièce. Manquant de renverser sa bière qu’il déposa avec perte et fracas sur la table, il s’enquit à la hâte de rejoindre Roza. « Qu’est ce qui se passe ?! » Sans attendre de réponse de sa part, il suivit le regard plein d’eau qui cherchait du bout des doigts à récupérer quelque chose dans le trou béant de l’évier. En courant, il sortit de la chambre, dévalant les marches quatre à quatre pour atteindre sa moto. En soulevant à nouveau la selle après l’avoir déverrouiller, il en tira une pince. A toute allure, Ezekiel retourna dans ses appartements afin de mettre fin au désarroi dont était victime Roza. Le jeune homme s’allongea alors au sol pour dévisser rapidement le siphon à l’aide de l’outil. Forçant plus que de raison sur l’attirail rouillé, il se décala en enlevant le bout de tuyau. Une masse liquide à l’odeur infâme se déversa alors quelque peu, entre les restes de cheveux, la teinture et toute sorte de chose indécelable, un objet brillait particulièrement. Avec dégoût, il prit l’anneau entre ses doigts et le fit passer sous l’eau. En un coup d’œil, il comprit que ce n’était pas une bague comme les autres mais bel et bien une alliance. « Calme toi, elle n’a rien. Tiens. » En souriant il lui rendit le précieux trésor. Tout en évitant de penser à ce qu’il venait de tirer du siphon, il replaça ce dernier et en profita pour se laver les mains. « J’ai faillis avoir une crise cardiaque, ne me refais plus jamais ça ! » Son ton se voulait calme et posé, sa voix était teintée de positivité comme si il voulait à tout prix préserver cette paix entre eux. Après tout, elle avait tous les droits d’avoir une alliance, ça ne le regardait. Le brésilien s’efforçait d’empêcher son cerveau de lui infliger une ultime torture. « Et pour te donner mon verdict, je trouve que je n’ai pas si mal choisit tes tenues vestimentaires. Le brun te va à ravir. » Tant bien que mal, il tentait vainement de détourner la conversation pour ne pas qu’elle se sente obliger de parler d’un sujet qui la touchait réellement. Une larme avait creusé un sillon le long de sa joue. Approchant doucement sa main du visage de Roza, il effaça les traces d’eau d’un revers du pouce.
made by pandora.




_________________
hold your breath...
Mais si je m'en sors, sans bleu au corps. Être normal pour être bien, effacer quelques lignes de ma main. Et si je m'en sors, je veux encore sentir la chaleur de ce beau matin, ensemble, alliés contre un drôle de destin...©️ sweet peach


Dernière édition par Ezekiel J. Guerrero le Lun 22 Avr - 19:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 24 ans

DC : Je suis unique
CRÉDITS : STEREO LOVE
MESSAGES : 122
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f78-appartement-de-roza-s-yu



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Dim 21 Avr - 22:14

Je regardais le lavabo comme si c’était un monstre qui venait de manger mon plus précieux bien et malgré moi l’image de Gollum et son précieux m’apparut, je sais que je ne devrais pas me mettre dans des états pareils mais cette bague signifiait tellement, c’était la seule chose que j’avais gardé de mon passé et même si ça parait fou je n’arrivais pas à m’en détacher, non pas que j’éprouve toujours des sentiments pour mon ex-mari bien au contraire mais c’est grâce à ce mariage que j’ai pu me découvrir et être enfin moi, suivre mes propres envies et décisions sans faire attention à ce que ma famille pouvait penser. Grâce à cette simple bague j’étais passée d’une potiche naïve et stupide à cette femme forte et indépendante, personne ne pouvait comprendre ce qu’un simple anneau pouvait signifier pour moi car même si il avait découlé beaucoup de malheur de ce mariage d’un autre côté sans ça je ne serais pas dans cette chambre d’hôtel avec Ezekiel. Je regardais d’ailleurs le jeune homme m’aidait sans rien me demander, enfin il ne savait pas ce qui était tombé en même temps mais il était sur le point de le découvrir et vu sa façon d’agir il comprit clairement ce que c’était, en même temps un anneau en or tout simple ne signifiait qu’une chose généralement. Je récupérais ma bague la plaçant dans ma main pour ne plus la lâcher en ayant peur de la perdre de nouveau, je me sentais encore plus mal à l’aise et je ne savais pas trop comment aller réagir le jeune homme, que j’ai couché avec mon partenaire est une chose mais avoir était marié en est une autre il faut l’avouer et je ne voulais pas qu’il croit que j’étais toujours amoureuse d’un autre homme. « Je suis désolée. » Ces quelques mots s’échappèrent de ma bouche et si la salle de bain n’avait pas été aussi petite il ne les aurait surement pas entendu, je baissais légèrement les yeux, cherchant à retrouver cette légèreté dont j’avais fait preuve mais en vain, il venait de voir mon plus gros secret et il pouvait s’imaginer des milliers de chose tout aussi fausse les unes que les autres. Et il tenta de changer de sujet, faire comme si de rien était, j’aurais dû en profiter et me jeter sur cette occasion pour ne pas parler de cet homme qui m’avait blessé à tel point que je pensais mon cœur mort jusqu’à Ezekiel. Mais je savais que si je ne crevais pas l’abcès le séjour risquait d’être écourter et je pourrais lui dire adieu à tout jamais. « Tu n’es pas obligé de faire comme si de rien était, tu as le droit de posé des questions. » Je le regardais et je sentais qu’il n’en ferait rien, que si je devais me livrer se serait par moi-même et non pas parce qu’il me le demandera. Je me dirigeais vers le lit pour m’asseoir, jouant avec l’anneau en faisant attention à ne pas le faire tomber de nouveau quelque part puis j’inspirais un bon coup et je portais mon regard sur Ezekiel. « On dirait pas comme ça mais quand j’étais plus jeune j’étais comment dire … Stupide un peu et j’avais tendance à faire confiance à n’importe qui. » Cette tentative pour détendre l’atmosphère risquait probablement d’être un flop total mais comment raconter cette histoire sans avoir envie de me terrer au fond d’un trou pour ne jamais en sortir. Si je m’étais déjà sentie vulnérable face au jeune homme cette fois-ci j’allais tout perdre en assurance. « C’est une histoire simple au fond, je me suis mariée trop jeune, mon père n’a pas approuvé et j’ai dû divorcer. » Je fuyais le regard de celui à qui j’allais livrer la plus grande trahison dont j’avais été victime, je reportais mon regard sur cette bague, si petite et inoffensive, elle était une relique et la seule chose de valeur que je possédais je pense. « Sauf qu’en réalité il travaillait pour mon père, il était chargé de ma surveillance plutôt ironique non ? Bref, c’est après ça que j’ai découvert qui était les Yukov en réalité. » Voilà toute l’histoire, maintenant il savait tout et il était à vrai dire la première personne qui sache tout de moi, pour qui je n’avais aucun secret et avec qui je ne jouais pas un jeu. Je sentais mon cœur s’accélérait en attendant sa réaction, ou peut-être qu’il n’en aurait aucune et se serait surement le pire, je ne savais pas vraiment ce à quoi j’aurais droit et j’étais de nouveau vulnérable face à quelqu’un, j’étais un livre ouvert à cet instant précis. Il m’avait vu verser une larme alors que personne auparavant ne m’avait vu pleurer, il savait le moindre de mes secrets. Une envie de fuir de lui me traversa, peut-être que tout le problème était là, je m’étais attachée de nouveau à quelqu’un et j’étais incapable de le laisser derrière moi, tout d’un coup cette vision d’un amour surement pas partager vu que le jeune homme sembler éviter toute sorte d’engagement m’effraya. J’étais donc redevenu un chamallow et je me laissais berner de nouveau par des émotions. Je me rendais compte des enjeux, le plus gros lot était mon cœur brisé en mille morceaux par ce garçon qui ne voudrait probablement jamais construire quelque chose avec une fille comme moi mais comment lui en vouloir au fond, je suis complètement folle la preuve, l’état dans lequel je me suis mise pour une simple bague alors que ça fait des années que j’ai divorcé et que je n’éprouve plus rien pour cet homme qui fut mon mari pendant quelques heures.

_________________
I say it's up to fate « Don't want to let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't want to hide the truth.Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 26 ans

DC : Nope
CRÉDITS : Bazzart & Tumblr
MESSAGES : 132
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f75-loft-d-ezekiel-j-guerrer



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Lun 22 Avr - 18:56



every teardrop is a waterfall.



Une alliance. Auparavant la jeune femme avait sous entendu que son passé amoureux n’était pas des plus reluisants et qu’elle traînait encore certaines casseroles. Jamais il n’aurait décemment pu imaginer une telle chose. Elle était si jeune et ses nombreuses fuites, sa peur viscérale de s’engager, ça ne collait pas réellement au personnage selon lui. Mais peut être que tout le problème était là. Les doutes qu’elle avait pu évoqué venaient subitement de trouver un fondement plausible. De nature curieux, le brésilien dû se mordre la langue pour éviter soigneusement le sujet. Réussissant même le tour de force d’enrayer sur un changement total de conversation afin de ne pas laisser s’instaurer un malaise persistant. Ce fut mal connaître Roza qui après de courtes excuses l’autorisa à poser les questions qui le taraudaient. Son absence de réaction parla pour lui. Face à son silence, lui exprimant ainsi ses réticences à tenter de lui arracher les vers du nez de cette manière en sous entendant du même coup qu’elle serait la seule instigatrice de ce genre de conversation, la demoiselle prit la direction du salon pour venir s’assoire sur le lit en baissant la tête. Tout en jouant avec sa bague, le jeune homme l’observait attentivement en venant finalement s’accroupir face à elle sans un mot. Sans doute éprouvait elle le besoin d’en parler ou tout simplement avait elle envie de mettre les choses à plat pour éclaircir les ombres d’ombres qui subsistaient toujours entre eux. Silencieux, respectant le temps nécessaire qu’exigeait certainement l’aveu qu’elle s’apprêtait à faire. Au fur et à mesure de ses explications, les pièces du puzzle qu’elle représentait aux yeux d’Ezekiel s’imbriquaient les uns aux autres lui offrant ainsi des réponses aux questions qu’il avait pu se poser. Sans rompre l’accalmie, faisant fi du politiquement correct, l’ancien lieutenant passa les mains derrière son cou pour venir décrocher la fine chaîne qu’il portait et où pendait ses plaques militaires. Récupérant ces dernières pour les glisser dans son porte monnaie, il porta un regard attentionné sans traces d’humour ou d’une quelconque forme de pitié, ni même de compassion. Du bout des doigts, Ezekiel fit glisser l’anneau en or le long de sa chaîne pour finalement l’accrocher au cou de Roza. « On fait tous des erreurs, plus ou moins grosses, plus ou moins graves, qui touchent l’affectif ou le mental. Dans tout les cas, il ne faut jamais rien regretter. Tu étais jeune, tu es tombée amoureuse, tu as fais confiance à la mauvaise personne mais c’est également grâce à cet enchaînement que tu as pu apprendre la vérité sur ta famille et que tu as pu trouver le courage de choisir ta propre voie. » Sa main atteignit avec tendresse la joue rosie de la jolie blonde qui venait de verser à nouveau une larme. Le jeune homme aurait voulu trouver les bons mots pour l’apaiser, la réconforter, mais c’était peine perdue. Il n’était définitivement pas bon à ce jeu là.

Le passé était en train de la rattraper, un membre de sa famille était en ville et elle venait à nouveau de se prendre une claque qui raviva de vieux souvenirs pas si profondément enfouis qu’elle ne l’avait prétendu. Ezekiel se releva pour atteindre l’un des nombreux sachets qui trônaient sur l’unique table qui se trouvait dans un partie de la pièce leur servant de coin repas. En fouillant, il extirpa plusieurs sortes de chocolat en tout genre ainsi qu’un pot de glace et un vieux film d’horreur. « Vu la chaleur je me suis dis que la glace ne serait pas de trop et le film c’était pour éviter de voir regarder ces idioties ! » Il tira deux cuillères en plastiques précédemment achetées et mis en route le lecteur DVD que possédait par chance la télé en piteux état. L’ancien militaire vint alors prendre place aux côtés de sa dulcinée en posant leurs victuailles sur la commode à côté de sa bière, puis, en prenant un air de chien battu, il ouvrit les bras afin que Roza vienne s’y réfugier. « Je peux te l’avouer maintenant, avec le film d’épouvante j’espérais bien que tu fasses la demoiselle apeurée même si je doute que ce navet bourrés d’effets spéciaux douteux ne produise l’effet escompté alors… » Son clin d’œil vint appuyer le ton humoristique de sa phrase et donna plus de force à son geste d’affection spontané. A l’aide de sa main de livre, le brésilien en profita pour récupérer sa bière et en boire une gorgée. Le film débutait et les couleurs dénotaient franchement de la date de sortie de ce dernier. Les premières images firent sourire Ezekiel qui adorait les vieux films, leur ambiance et tout particulièrement ce genre ci. Il espérait créer à nouveau la légèreté dont ils faisaient preuve depuis le début de leur escapade afin de profiter de ces quelques jours ensemble.
made by pandora.



_________________
hold your breath...
Mais si je m'en sors, sans bleu au corps. Être normal pour être bien, effacer quelques lignes de ma main. Et si je m'en sors, je veux encore sentir la chaleur de ce beau matin, ensemble, alliés contre un drôle de destin...©️ sweet peach
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 24 ans

DC : Je suis unique
CRÉDITS : STEREO LOVE
MESSAGES : 122
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f78-appartement-de-roza-s-yu



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Lun 22 Avr - 20:38

Repenser à cette histoire d’amour qui m’avait détruit et devoir en plus l’avouer à haute voix et montrer que j’avais été stupide par le passé n’étaient pas facile, j’avais été brisé suite à cet échec et ce divorce mais j’avais relevé la tête et avancer sauf que mon passé n’était pas décidé à me laisser tranquille. C’est d’ailleurs à cause de tout ça que je me retrouvais dans ce motel avec Ezekiel qui restait là avec moi, qui ne sembler pas me juger et une partie de moi avait envie de sauter de joie en voyant le jeune homme aussi attentionné envers moi mais je me retenais car le moment ne s’y prêter pas. Je le laissais m’accrocher sa chaîne autour du cou et je prenais mon alliance qui servait de pendentif, je relevais les yeux vers lui ne comprenant pas pourquoi il agissait ainsi avec moi, il était si gentil et mignon alors que je l’imaginais totalement indifférent, il me prouvait peu à peu qu’il y avait peut-être une chance pour nous. Mais rien qu’à cette idée je me rappelais que je serais peut-être toujours forcée de fuir et je ne pourrais peut-être pas connaître ce bonheur avec lui, je sais ce que vous allez me dire de lui demander de me suivre mais je ne pouvais pas. Cette peur de m’engager était toujours existante et il était un criminel c’était d’ailleurs comme ça que je l’avais rencontré, je ne voulais pas retomber sur une histoire comme avec mon ex-mari et toujours douter de la personne avec qui je suis. Mais pour quelques jours je préférais mettre de côté ces idées, j’aurais le temps d’y repenser en temps voulu. « Oui c’est grâce à ça que j’ai su la vérité et je garde cette alliance pour m’en souvenir et non pas pour ce qu’elle représente en premier lieu. » Je lui lançais un regard suggestif pour qu’il comprenne que j’étais passée à autre chose et que mon ex-mari ne signifiait plus rien pour moi, bon je l’aimerais toujours mais ce n’est plus pareil aujourd’hui. J’avais refait ma vie et je ne m’imaginais pas un jour tenter de le retrouver. Ezekiel changea de nouveau de sujet et je le remerciais en un sourire, je préférais repartir sur de la légèreté et il me l’offrait sur un plateau. Je le regardais attendri par toutes ces petites attentions en me demandant la raison de tout ça, éprouvait-il la même chose que moi, et surtout est-ce que nous serions capables de continuer sur cette lancée une fois notre fuite finie j’en doutais légèrement mais pour l’instant on vivait au jour le jour. Je penchais la tête sur le côté alors qu’il me tendait les bras et je me laissais aller en m’installant dans ses bras. « Je peux faire semblant d’avoir peur si tu veux. » Je riais légèrement et le regarder boire sa bière, une fois la bouteille décollée de sa bouche de la lui prenait des mains pour boire à mon tour, oui vu qu’il ne m’avait pas proposé j’avais décidé de me servir et puis on partageait tout comme ça. Je prenais alors une des tablettes de chocolat qu’il avait sorti et je commençais à en manger, j’avais l’impression d’être une enfant gâtée et super protégé. J’étais tellement bien dans ses bras que j’en oubliais l’hôtel minable, mon frère qui savait que j’étais au Mexique et je profitais de l’instant présent enfin. Je n’étais même pas vraiment concentrée sur le film, préférant observer Ezekiel. « Et en fait tu as choisi une ville qui a arrêté d’évoluer à partir de 1960. » C’était un léger clin d’œil face à la vieille télé, au vieux film qu’il avait décidé de prendre et je riais en voyant l’image affreuse comparé à ce qu’on fait de nos jours. Je regardais les glaces qu’il avait positionné sur la table de nuit à côté de lui et la seule façon pour moi de les atteindre était d’escalader le jeune homme, non pas que ça lui déplairait mais j’hésitais un peu ne sachant pas si on souhaitait vraiment ce genre de proximité. Je me lançais tout de même, le regardant un sourire en coin et je me relevais pour finir à califourchon sur lui. « Ne crois pas que c’est une proposition indécente, c’est juste l’appel de la glace qui est plus fort que ma volonté. » Je n’attrapais pourtant pas la glace pour l’instant me perdant dans ses yeux bleus, je me mordillais de nouveau la lèvre inférieure me rendant compte qu’il était beaucoup trop craquant et que je ne résisterais surement pas plusieurs jours. A ce moment j’aurais vraiment préféré deux lits séparés pour être honnête car j’avais des sentiments et un certains attachement pour lui et une fois passé l’étape supérieure je ne serais surement plus apte à m’enfuir loin de lui. A moins qu’il soit un mauvais coup et dans ses cas là je pourrais m’enfuir sans m’en faire mais j’en doutais. Cette alchimie entre nous promettait des feux d’artifices et j’avais envie de céder à la tentation.

_________________
I say it's up to fate « Don't want to let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't want to hide the truth.Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 26 ans

DC : Nope
CRÉDITS : Bazzart & Tumblr
MESSAGES : 132
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f75-loft-d-ezekiel-j-guerrer



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Dim 28 Avr - 12:59



every teardrop is a waterfall.



Le mariage. Une notion bien vague aux yeux du jeune homme qui n’avait pas eu un exemple des plus parfaits. Ses parents n’étaient en rien un modèle de réussite, bien au contraire. Son géniteur à la main lourde et aux penchants immodérés pour la boisson et une mère qui ne sortait jamais de sa chambre en proie à une dépression qui la menait lentement, douloureusement, à sa perte. Les antidépresseurs servant de palliatif aux larmes n’étaient qu’un écran de fumée qui conduisait irrémédiablement cette dernière à une mort certaine. Cette piètre image familiale ne donnait aucune envie au brésilien qui craignait de reproduire un jour leurs erreurs. Après tout, il ne se passait pas un jour sans qu’Ezekiel ne boive une goutte d’alcool ou ne consomme un produit stupéfiant. Alors être père un jour ou regarder sa future femme s’avancer vers lui à l’autel… Ce n’était pas envisageable. En réfléchissant, Roza avait vécu un bonheur instance qui fut suivit par une déception tout aussi grande. Elle ne le méritait pas. Cet aveu avait dû lui coûter énormément et cela ne servait à rien du point de vue du jeune homme d’enfoncer le couteau dans la plaie en continuant à parler de cette erreur de jeunesse qui la conduisait encore à présent à fuir. Préférant la légèreté d’une soirée banale devant un vieux film aux côtés d’une jolie fille à une conversation menant fatalement à l’affrontement, il mit en route le lecteur DVD en prenant place sur le lit avec les maigres victuailles qu’il avait précédemment acheté. Tout en l’invitant à venir se blottir dans ses bras, la demoiselle accepta bien volontiers ce qui le fit sourire. Elle suggéra de faire semblant d’avoir peur pour justifier cette proximité et faire plaisir à l’ancien militaire qui voyait son plan tomber lamentablement à l’eau ! « Je vais faire confiance à tes talents d’actrices. » S’exclama-t-il alors en lui faisant un clin d’œil. Elle n’hésita pas à lui subtiliser sa bouteille de bière à peine avait-il terminé d’en boire une gorgée. Amusé, il la laissa faire en faisant mine de lever les yeux au ciel. Loin de véritablement comprendre le mécanisme naturel qui sévissait à présent entre eux, il n’avait aucune envie d’en tirer de conclusions hâtives qui le ferait certainement fuir à la seconde où les synapses de son cerveau se seraient mit en alerte rouge. Appréciant le film malgré sa qualité discutable, la fuyarde se moqua gentiment de ses goûts vieillot ce à quoi il ne préféra pas répondre en faisant mine d’être offusqué. En voyant le regard que lui lançait à présent Roza, il eut un mauvais pressentiment ou, du moins, il sentit que quelque chose d’étrange allait se passer… Elle avait enjambé son corps en restant ainsi à califourchon sur lui avec ce même sourire qui la caractérisait tant. Haussant les sourcils, Ezekiel se releva en s’appuyant sur ses coudes. « Et le fait que tu te mordes la lèvres en me regardant et sans toucher au pot de glace ça veut dire quoi ? Est ce que ça concernerait encore ta volonté par hasard ? » Laissant retomber la fin de sa phrase volontairement, ses yeux bleu se mirent à regarder les lèvres pulpeuses de sa partenaire qui ne bougeait pas d’un cil…

N’y tenant plus, le jeune homme attrapa les hanches de Roza en précipitant ses lèvres contre les siennes. Son empressement n’était que le résultat de ce désir qui ne le lâchait pas. A chaque fois qu’il posait les yeux sur elle, un feu ardent se déclenchait au fin fond de ses entrailles. Ses envies prirent à nouveau le pas sur sa raison. La tentation était bien trop grande. Ce n’était qu’un homme. Face à cette attirance il devait l’esclave de ce profond désir et de l’attraction qui sévissait entre eux. La nier plus longtemps serait pêché. Le baiser, loin d’être timide, se voulait langoureux. Les mains du jeune homme franchirent la faible barrière du tissus blanc de son débardeur pour venir à leur gré caresser la peau délicate de Roza. Il se délectait particulièrement des nombreuses sensations qui le traversait à présent de part et d’autre de son corps fébrile. « Il va falloir que tu m’arrêtes… Parce que moi je n’en aurais pas la force… » Murmurat-il entre deux embrassades, à bout de souffle. Lentement, du bout des doigts, il relevait peu à peu ce qui séparait entre son corps du sien. S’arrêtant en chemin pour ne laisser la décision à la jeune femme, il délaissa un instant ses lèvres pour venir dévorer son coup de baiser… Il repoussa alors les mèches qui entravaient l’accès pour mieux profiter de sa peau offerte. Une part de lui estimait que ce qu’il était en train de faire était mal et l’autre… Lui intimait l’ordre de continuer. C’était plus fort que lui.
made by pandora.




_________________
hold your breath...
Mais si je m'en sors, sans bleu au corps. Être normal pour être bien, effacer quelques lignes de ma main. Et si je m'en sors, je veux encore sentir la chaleur de ce beau matin, ensemble, alliés contre un drôle de destin...©️ sweet peach
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 24 ans

DC : Je suis unique
CRÉDITS : STEREO LOVE
MESSAGES : 122
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f78-appartement-de-roza-s-yu



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Dim 28 Avr - 18:17


Après l’aveu de mon plus terrible secret et de la chose qui me rendait le plus vulnérable j’étais heureuse de voir qu’il préférait retourner à la légèreté dont on avait fait preuve plus tôt. Une partie de moi aurait aimé savoir ce qu’il pensait mais il ne voulait pas aborder ce sujet et je pouvais le comprendre, puis quand il s’agissait de cette histoire je sortais forcément les griffes et prenait tout au premier degré. J’observais chacune de ses mimiques qui me faisait craquer un peu plus à chaque fois, quelque chose d’étrange se déroulait entre nous mais visiblement aucun de nous deux n’avaient envie d’y réfléchir, préférant laisser place à l’imprévisible. On faisait simplement ce dont on avait envie et je ne pensais pas aux conséquences tout en étant consciente qu’elles seraient fatales pour mon cœur. Mais bizarrement j’étais simplement heureuse à cet instant, sentiment que j’avais oublié depuis quelques années, habituellement je réfléchissais à tout alors que là je me laissais simplement aller à mes désirs. Ezekiel faisait renaître en moi cette insouciance que j’avais perdu en grandissant d’un coup et je me demandais ce que je pouvais bien lui apporter à part du malheur, c’était ce que j’avais toujours apporté. De l’extérieur les gens auraient surement pensé à un couple en nous voyant alors que nous ne l’étions pas, je ne savais même pas ce qu’on était. Tout était naturel entre nous, certains gestes tendres, les regards qu’on se lançait mais cette notion de couple me semblait impossible. Il n’était pas du genre à se caser au vu de son parcours alors qu’allions nous faire, simplement passer du bon temps pour ensuite ne plus jamais revivre ces moments intenses lorsqu’il se rendra compte du sérieux de notre relation, me laissant seule avec ce vide et ce manque. Je n’avais jamais voulu d’un amour simple et lisse, rêvant à une histoire passionnée et folle mais aussi destructrice. Peut-être que durant un certain temps ce chaos qui nous liait me satisferait mais serait-éternel j’en doutais franchement, non pas que j’ai un jour rêvé d’une grande maison avec une jolie palissade et une grande famille heureuse, j’aimais la stabilité tout de même, je rêvais de retrouver cette dernière un jour et je faisais surement fausse route avec lui. La contradiction entre ce que je voulais et ce que j’aimais chez Ezekiel était énorme, je ne voulais pas le changer car j’avais succombé à son charme ainsi et aussi car je restais persuader qu’on ne change pas les gens pour toujours. Alors que mon cerveau mettait en place toute ces pièces un simple regard vers lui et j’oubliais ces petits détails, j’étais à califourchon sur lui et je voulais en profiter tant qu’il était temps. Je continuais à me mordiller la lèvre et ça semblait lui donner une toute autre idée que de manger de la glace. « J’ai été perturbé dans mon trajet pour atteindre ma glace. » Je lui lançais un regard amusé, je succombais complètement à son charme, il était si attirant et même si j’avais longtemps voulu résumer ça à un physique ce n’était pas la seule chose qui m’attirer. Quelque chose en lui me donner envie de juste rester là pour toujours, à être que tous les deux et mettre nos cerveaux sur off pour simplement se laisser aller même si je ne serais jamais assez pour lui à mon avis. Et ce qui devait arriver, arriva. Je sentis ses mains sur mes hanches et ses lèvres contre les miennes, on était loin des gentils baisers de cinéma, la passion était au rendez-vous et à force de se retenir on se jetait pratiquement l’un sur l’autre. Je ne résistais pas à son baiser encore moins quand je sentais ses mains sur ma peau, je me sentais complètement faible face à la tentation qu’il représentait mais comme le dit si bien Oscar Wilde, le meilleur moyen de résister à la tentation c’est d’y céder. Je me laissais alors faire mettant de côté toutes mes pensées. Cette sensation qu’il me faisait ressentir je ne l’avais jamais connu, je devenais simplement l’esclave de mes désirs et pour le moment mes désirs se résumer en une seule chose : lui. Et même si j’avais voulu arrêté les choses voulant éviter que notre histoire se résume à du sexe lorsqu’il posa ses lèvres sur mon cou je devenais encore plus impuissante, ne trouvant pas mes mots. « J’en ai pas la force non plus. » J’avais mis de longue seconde pour lui répondre, mes pensées se bousculaient et à la fin je n’arrivais même plus à réfléchir. Je glissais mes mains sous son tee-shirt, je sentais nos deux corps en surchauffe et surtout irrémédiablement attirer l’un vers l’autre sans aucun moyen de se détacher. Je m’éloignais légèrement de lui pour qu’il arrête enfin de m’embrasser le cou, il avait trouvé mon point faible et je n’arrivais pas à résister ou même agir. Je le regardais simplement dans les yeux pour tenter de comprendre comment deux êtres peuvent être autant attirés l’un vers l’autre. Et alors que pendant quelques secondes je croisais ses yeux bleus je me rendais compte que j’étais en train de tomber amoureuse de lui, sans l’avoir voulu j’étais tombée dans ses filets et le seul moyen pour moi de m’en tirer était d’agir de façon détaché même si c’était difficile. Je prenais alors surement la plus mauvaise décision de ma vie, j’allais me brûler les ailes quoi qu’il en coute. Je retournais retrouver sa bouche pour l’embrasser de nouveau, savourant chaque caresse et baiser qu’il m’accordait sachant l’instabilité de notre relation et surtout son instabilité à lui, peut-être que simplement céder à ses avances feraient qu’une fois ce moment passer il parte et m’ignore, je me raidissais légèrement à cette pensée. Etre un numéro de plus sur une liste, je ne supportais pas ça mais je n’arrivais pas à m’arrêter. Je me forçais cependant prétextant reprendre mon souffle quelques secondes, je baissais légèrement la tête pour reprendre mes esprits et me remettre dans l’optique de simplement profiter quand j’aperçu ma bague au bout de la chaîne, il était là le symbole et la preuve qu’on ne peut pas vivre une véritable relation avec un criminel. Je devais alors simplement profiter le temps que ça allait durer sans me faire de faux espoirs sur une possibilité entre nous. Je plaçais mes mains au bout de mon débardeur pour le retirer dévoilant alors une partie de mon corps assorti de mon sourire le plus charmeur. « Pourquoi s’arrêter alors qu’on est seul dans une chambre de motel et que je suis loin d’être cinéphile » J’avais dit cette phrase tellement innocemment qu’il allait surement encore plus craquer pour faire ressortir en moi ce côté maléfique dont il rêvait surement, à moins que ce soit mon côté gentille petite blondinette qui lui plaise mais j’en doutais réellement.

_________________
I say it's up to fate « Don't want to let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't want to hide the truth.Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 26 ans

DC : Nope
CRÉDITS : Bazzart & Tumblr
MESSAGES : 132
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f75-loft-d-ezekiel-j-guerrer



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Lun 29 Avr - 20:37



every teardrop is a waterfall.



Ce moment charnel effaçait avec brio le temps qui semblait s’écouler lentement, comme si l’intégralité des objets les entourant, des gens vivant certainement à deux pas d’ici, son frère qui était à ses trousses, leurs nombreux différents… Tout était comme… Suspendu. Le temps n’avait pas d’impact sur eux. Sur ce moment privilégié qui ne fit qu’accentuer les sentiments déjà existants et particulièrement pressants. Réfuter la théorie d’un attachement serait pure folie. Un lien indescriptible s’était tissé entre ces deux âmes meurtries et égarés qui trouvaient dans en l’autre son propre reflet. Ils se comprenaient. Ils acceptaient leurs souffrances respectives et cette mutuelle compréhension les avait tout deux précipités vers une chute vertigineuse. L’image d’une voiture poussé à des centaines de kilomètre heures, filant sur une route sans fin et au milieu de laquelle se trouvait un immense mur en parpaing et brique. Malgré le danger qui s’approche de plus en plus rapidement, Ezekiel ne pouvait s’empêcher d’appuyer sur la pédale d’accélérateur. La douleur qu’il éprouverait certainement bien plus tôt qu’il ne le souhaiterait ne serait en rien semblable à ce qu’il avait déjà connu. Le peu d’humanité dont il regorgeait encore difficilement était mis en jeu. Un coup de poker, dont les risques étaient bien plus élevés qu’une vulgaire perte d’argent. En se jetant dans ses filets, il s’était noyé dans le bleu océanique que lui offrait le regard bleuté de la jeune femme lui faisant face. Oubliant les doutes. Les peurs. Ce moment était à eux et son cerveau se déconnecta au moment même où ses lèvres touchèrent les siennes. Ce parfum délicat dont il humait le nectar particulier qui s’échappait de ses longs cheveux ondulés et à présent bruns. Ce qui n’enlevait rien à son charme. La douceur de sa peau qu’il effleurait du bout des doigts. Le brésilien se languissait d’une découverte bien plus approfondie pour enfin laisser libre court à ses plus profondes envies qui le taraudaient depuis sa première rencontre avec l’agent de police. Elle possédait en elle cette chose que l’on recherche parfois toute sa vie au travers de relation sans lendemain pour atténuer la déception de ne jamais réussir à déceler cette étincelle. L’attirance physique était indéniable. Mais au-delà de ça subsistait un besoin quasi primitif de la protéger envers et contre tous… N’ayant eu à faire attention qu’à sa personne depuis sa plus tendre enfance, il n’avait auparavant jamais eu prendre soin de quelqu’un d’autre. Ses pensées aussi louables soient-elles, elles n’avaient en rien leur place. Tout en se déconnectant de la réalité ambiante, le décor n’avait plus d’importance. Tout comme le lieu. Pas même la raison de leur présence ici ne détournaient les deux amants dont la proximité ne faisait qu’accentuer cette tension sexuelle latente. Lascive, Roza soupirait à chacun des baisers qu’il déposait le long de son cou offert. D’une main il lui tenait la nuque, obligeant ainsi cette dernière à se pencher légèrement pour apprécier un peu plus la douce torture qu’il exerçait sur elle. Elle soupira quelques mots avec une difficulté certaine. La seule sensation de son souffle sur l’oreille du jeune homme, un frisson le traversa de part en part. « Tu es sûre… » La question resta en suspens sans que son intonation ne laisse présager une quelconque interrogation. Certes, elle n’était pas alcoolisée donc il ne profitait techniquement pas d’elle. Mais sa situation familiale et la vision d’une fuite de plus devant l’adversité devaient pourtant peser sur sa conscience…

Leurs regards se croisèrent lorsqu’elle creusa un fausset entre eux à la minute où elle recula son corps pour reprendre son souffle et sans doute remettre de l’ordre dans ses pensées. Sans un mot, elle se départit alors de son haut pour afficher son envie de continuer sur un chemin présentant plus d’une embûche. Elle venait de prendre un risque. Risque qu’il s’apprêtait à prendre également. Son bras droit s’enroula autour du frêle corps de la demoiselle qui laissa échapper une phrase pleine de sous entendu. Joignant le geste en guise de réponse, le jeune homme scella une promesse silencieux à l’aide d’un baiser passionné qui se voulait ampli des non dits qui régnaient entre eux… Leurs deux corps entrelaçaient s’apprivoiser petit à petit au rythme des caresses qu’ils s’adressaient mutuellement, s’offrant ainsi quelques soubresauts de surprise et d’aise. Sa curiosité poussée à son paroxysme face aux courbes avantageuses de la jeune femme, il se sépara à regret de ses lèvres pour enlever à son tour le tee-shirt qui entravaient leurs peaux avides de contact. Comprenant que part ce geste il dévoilait à nouveau ses cicatrices peu esthétiques. « Tu es vraiment… Superbe… » S’exclama-t-il en prolongeant sa contemplation. Il admirait sans gène la vue qui s’offrait à lui, se délectant par avance de la tournure que prendraient certainement les évènements. Collant alors vigoureusement son torse nu contre sa poitrine encore dissimulé, il apprécia toutefois l’effet ressenti. Vif, il tira légèrement sur les cheveux qu’il avait empoigné pour satisfaire son avidité, plongeant sa tête au creux de son cou, laissant ses lèvres et le bout de sa langue tracer un chemin imaginaire vers ses épaules… Puis son décolleté, accueillant de sa main de libre le creux de ses reins au fur et à mesure qu’elle se penchait sur la pression qu’exerçait les gestes d’affection du jeune homme. Dévorant son ventre plat, il remonta subitement vers sa bouche dont il s’empara sans tendresse. L’envie avait pris le dessus sur sa raison, laissant un côté bien plus bestial qu’elle ne connaissait pas encore.
made by pandora.




_________________
hold your breath...
Mais si je m'en sors, sans bleu au corps. Être normal pour être bien, effacer quelques lignes de ma main. Et si je m'en sors, je veux encore sentir la chaleur de ce beau matin, ensemble, alliés contre un drôle de destin...©️ sweet peach
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 24 ans

DC : Je suis unique
CRÉDITS : STEREO LOVE
MESSAGES : 122
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f78-appartement-de-roza-s-yu



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Lun 29 Avr - 22:52


Les cartes étaient sur la table et il n’y avait plus de retour en arrière possible, j’avais décidé de me lancer à corps perdu quitte à tomber de haut une fois notre petite escapade à deux terminer. J’avais préféré cesser de réfléchir aux risques et aux conséquences quand j’avais remarqué que les battements de mon cœur s’accéléraient à chaque fois que nos corps étaient en contact. Malheureusement pour moi ce n’était pas que physique, dès que je croisais son regard c’était comme si je sautais d’une falaise, je sentais tout un tas de sensation inconnu et j’attendais simplement d’arriver dans l’eau et de profiter du courant et des vagues. Cependant je n’avais pas encore eu droit à la chute et à la sensation de bien-être face à la fin de cette dernière. Mon cœur était comme à vif gardant en mémoire chaque petit instant, essayant de faire une place à chaque souvenir qui était si précieux. Entre nous se déroulait quelque chose d’étrange et surtout d’unique, ayant eu beaucoup de relation je savais que ce qu’on avait n’arrivait qu’une fois dans une vie et je chérissais chaque petit moment. C’était probablement un amour destructeur, on revenait au feu et à la glace les deux étant incompatibles et pourtant si complémentaire. J’étais surtout étonnée par les attentions qu’il montrait à mon égard, il essayait peut-être de me mettre à l’aise ou me montrer que j’étais à part à ses yeux, il voulait savoir si c’était réellement ce que je voulais et ça le rendait d’autant plus irrésistible. Je préférais enlever mon haut pour lui faire comprendre que c’était ce dont j’avais envie, il réveillait en moi une certaine assurance et surtout une envie de repousser toujours mes limites. On jouait avec nos cœurs et on risquait surement de se haïr dans quelques heures mais le risque valait la peine j’en étais persuadée, avec lui je n’étais plus la petite fille naïve ou la policière acharnée, j’étais simplement moi. J’avais tellement joué un rôle qui ne me correspondait pas durant des années que j’en avais oublié que je n’étais plus réellement moi jusqu’à ce que je le rencontre. J’avais menti, fuis et manipulé sans aucun remord mais dès que j’avais été seule dans cette pièce avec lui tout avait changé sans même que je m’en aperçoive. Je m’étais attachée malgré moi au jeune homme bien que je tente de faire croire le contraire à mon cerveau pour ne pas qu’il prenne peur et réfléchisse trop mais il fallait enfin être honnête, ce n’était pas juste une envie passagère et Ezekiel resterait surement graver en moi pour toujours. Il y a certaines histoires comme celle-ci qu’on ne peut jamais oublier même si on se créait une nouvelle vie avec quelqu’un d’autre, l’avenir de notre relation quel qu’elle soit était incertains et la chute ne serait surement pas dans une eau calme et douce mais je savais que si je ne prenais pas ce risque se serait un regret que je ne pourrais jamais taire. Son baiser passionné finit d’achever ma réflexion et les petits doutes persistants, plus rien ne compter à présent, ce n’était plus que nous deux et le baiser qu’il me donnait remplacer les mots qu’on n’arrivait pas à dire. Je sentais toute cette douleur qu’on avait subie durant des années mais aussi cette solitude qui quelque part s’achever grâce à notre rencontre.
Des rougeurs commencèrent à apparaitre sur mon visage en voyant la façon dont il me regardait, c’était tellement différent des autres hommes qui me trouvaient sexy mais qui s’arrêtaient simplement à un physique. Les sentiments naissants étaient encore plus présent dans un instant comme celui-ci et je préférais ne rien dire pour ne pas briser ce moment, j’en profitais simplement pour toucher ses cicatrices légèrement du bout des doigts, je m’évadais un peu de cet instant en me perdant dans ma contemplation de son torse parfaitement dessiné. Les baisers se voulaient tendre ce qui dépareillait de ses gestes un peu plus passionnels et alors que je laissais échapper quelques bruits lié au plaisir éprouvait face à ses caresses j’étais d’autant plus heureuse de retrouver ses lèvres. Il avait laissé de côté les politesses et on retournait à nos instincts primitifs, toute la tension sexuelle depuis notre première rencontre y était surement pour quelque chose. Je ne me plaignais pas de cette tournure et lui montrer en desserrant sa ceinture, nos vêtements étant la dernière entrave à nos envies. Je délaissais ses lèvres pour balader les miennes le long de son torse, je déposais de léger baiser tout en commençant à retirer son pantalon qui il faut l’avouer risquer d’être une barrière face aux idées qu’on avait en tête. Une fois ce dernier enlevé je portais mon regard amusé sur le jeune homme pratiquement nu à l’exception de son sous-vêtement. Je retraçais le même chemin jusqu’à ses lèvres m’arrêtant pourtant cette fois-ci à la commissure de sa bouche avec l’envie de le faire languir et de faire monter son envie encore plus non pas que j’en ai vraiment besoin vu la situation. Je faisais défiler mes doigts sur son torse et sur chaque cicatrice, je commençais alors à les embrasser, son corps racontait une histoire à lui tout seul et j’étais heureuse de pouvoir l’apprécier avec les informations qu’il m’avait données.


Spoiler:
 

_________________
I say it's up to fate « Don't want to let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't want to hide the truth.Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 26 ans

DC : Nope
CRÉDITS : Bazzart & Tumblr
MESSAGES : 132
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f75-loft-d-ezekiel-j-guerrer



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Mer 1 Mai - 15:01



every teardrop is a waterfall.



Les deux amants épris l’un de l’autre s’étaient lancés dans une sorte de tango endiablé où chacun d’entre eux avait tour à tour le pouvoir sur l’autre. Emportés au sein d’un tourbillon alliant sentiments et envies inavouables, ils se découvraient par des gestes fébriles qui dénotaient considérablement avec le feu vivace qui les dévoraient de l’intérieur depuis leur première rencontre. Patient, le jeune avait préféré ne pas brûler les étapes et pourtant il venait tout juste de céder aux affres du brûlant désir qu’il éprouvait. Ses mains caressaient chaque parcelle de peau nue à laquelle il avait accès, jouissant de ce contact particulier. Du bout des doigts, il remontait le long des jambes fuselées de sa partenaire qui laissé échapper de temps à autre de légers soupirs. Ce fut pourtant à son tour de profiter de la situation en inversant les rôles. Le brésilien s’allongea sous les ordres indirects et muets de la jolie blonde qui parcoura son torse de baiser en descendant dangereusement vers sa ceinture qu’elle défit sans s’y attarder pour finalement lui retirer son jean. A présent en boxer noir face à elle, il se sentait quelque peu désavantagé. Les mains de Roza restaient plaquées contre son torse comme pour lui intimer de ne pas bouger. Ses paupières closes étaient une preuve de plus des effets que provoquaient en lui cette dernière qui s’affairait à tracer le chemin inverse en veillant à pousser le vice jusqu’à se diriger vers ses lèvres… Sans lui offrir pour autant les siennes. Ses doigts se refermèrent sur les draps qu’il empoigna tandis que se mâchoires s’étaient bloquées. Simple réaction corporelle face à la torture qu’elle lui occasionnait et aux vues de son sourire satisfait, le jeune homme se doutait qu’elle appréciait jouet de la sorte avec ses nerfs. Sans prévenir, il retourna la situation en passant au dessus d’elle. Entravant ses moindres gestes à l’aide de sa main droite qui se refermait sur les poignets, au préalable positionnés au dessus de sa tête, de la demoiselle. Une petite flamme semblait danser dans chacune des prunelles bleutés d’Ezekiel qui avait bien l’intention d’offrir les mêmes sensations, les mêmes frustrations, qu’il avait lui-même subit par ses soins. Son visage se dirigea alors vers son cou sans que jamais ses lèvres n’effleurent sa peau, se contentant de laisser à son souffle le soin d’offrir de multiples frissons à sa partenaire de jeu. Sa main de libre s’affairait à défaire un à un les boutons de son short en jean. Volontairement lent, l’ancien militaire laissait de côté la rudesse pour employer les bons côtés de la langueur…

Habilement, il fit glisser son short qui vint dévoiler les dessous affriolants de la jeune femme. La vendeuse avait bien choisit ces derniers qui mettaient parfaitement en valeur les formes de Roza. Presque à égalité, sans jamais relâcher la pression qu’il exerçait sur ses poignets, Ezekiel laissa glisser délicatement ses doigts sur l’intérieur des cuisses de la demoiselle qui gigotait sous ses caresses. Ses lèvres, quant à elles, ne se lassaient pas d’embrasser son bas ventre en flirtant légèrement avec l’élastique de son shorty en dentelle. N’outrepassant pas les limites, préférant ainsi faire durer ce moment unique, le brésilien remonta le long de son ventre du bout de sa langue jusqu’à sa poitrine encore couverte. Son cœur s’emballait nettement sans qu’il n’ait aucun contrôle sur l’organe capricieux. A l’étroit dans son propre sous-vêtement, Ezekiel se battait contre ses propres envies qui se faisaient pourtant de plus en plus pressantes… Tout en dégrafant le tissu qui la séparait encore de lui, le jeune homme délaissa les mains de Roza pour le lui enlever. Sans attendre plus longtemps, il retrouva ses lèvres qui lui avaient tant manquées. Il obligea Roza à faire le tour de sa taille avec ses jambes, ainsi il avait l’impression de ne faire plus qu’un avec elle. Ses sentiments se mêlaient les uns aux autres. Sa tête ne semblait plus fonctionner. Caressant à présent son dos, il embrassait avec avidité la bouche pulpeuse de Roza qui répondait avec tout autant d’enthousiasme, de passion, de fougue, à son baiser. La tension était quasiment palpable. Les lieux n’avaient plus d’importance. L’instant était sans doute loin d’être parfait aux yeux de certaines personnes, mais pour eux, là non plus ça n’avait aucune quelconque importance. Ils se départirent alors tout deux des dernières entraves à leur plaisir commun, ils s’unirent dans un cri de jouissant. Etouffant un énième râle dans un baiser, Ezekiel resta assis tandis qu’elle bougeait au dessus de lui. Il enfoui alors sa tête au creux de son cou en soupirant tout contre ce dernier. Ce qu’il éprouvait à cet instant précis était… Indescriptible. Bien entendu, elle était loin d’être la première avec qui il s’adonnait à ce genre de pratique mais il y avait autre chose. C’était différent. Son cœur battait plus vite. Sa respiration se faisait plus haletante. C’était plus fort. Plus intense…
made by pandora.



_________________
hold your breath...
Mais si je m'en sors, sans bleu au corps. Être normal pour être bien, effacer quelques lignes de ma main. Et si je m'en sors, je veux encore sentir la chaleur de ce beau matin, ensemble, alliés contre un drôle de destin...©️ sweet peach
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 24 ans

DC : Je suis unique
CRÉDITS : STEREO LOVE
MESSAGES : 122
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f78-appartement-de-roza-s-yu



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Mer 1 Mai - 16:54

Alors que nos deux corps étaient enlacés j’oubliais tout, du motel décrépi à la raison de ma fuite, il n’y avait que nous deux à cet instant et on en profitait pleinement, se laissant aller à nos plus profonds désirs. Les sentiments naissant entre nous rendaient ce moment d’autant plus explosif et je me rendais encore plus désirable en jouant avec lui, je parcourais son corps sans jamais vraiment me décider ou porter toute mon attention à une partie de son corps. Je me doutais qu’il ne subirait pas ce petit jeu très longtemps sans tenter de prendre sa revanche et je ne me trompais pas quelques secondes plus tard je me retrouvais sur le dos, les poignets prisonniers et le jeune homme se tenait sur moi. Il y avait bien un endroit ou le fait qu’il prenne le dessus sur moi ne me dérangeait pas et c’était dans un lit. Je sentais son souffle se balader sur mon corps ce qui crée une série de frisson le long de ma colonne vertébrale, je tentais de retenir les quelques gémissements qui se faufilaient sans que j’ai un pouvoir sur ces derniers. Alors qu’il s’affairait à déboutonner mon short lentement je commençais à ne plus supporter le fait d’être aussi loin de son corps et de ses lèvres, cette attente était à la fois existante mais insoutenable pour mes hormones. Mais heureusement pour moi je retrouvais rapidement les lèvres du jeune homme quand il se décida à enfin revenir m’embrasser, j’enroulais alors mes jambes sur ses hanches me collant contre son corps. Le temps semblait ralentit, chacune des caresses qu’il me donnait rester graver sur ma peau et laisser comme une trace enflammée. On se retrouvait alors finalement nu tentant de faire durer ce moment le plus longtemps possible mais ce fut quand même trop court à mon goût, je voulais continuer à profiter de son corps et partager cet instant privilégié. Et bien que j’avais eu de nombreuses histoires tout était différent, avec lui tout était meilleur et au moment où nous ne formions qu’un mon cœur rata un battement pour ensuite reprendre à toute vitesse. Les émotions me submergeaient et je regardais Ezekiel cherchant à définir ces sentiments que je ressentais, ils étaient tellement puissant que sur e coup ça m’effrayait mais j’étais encore dans notre moment de partage et j’oubliais rapidement le fait que ces sentiments que j’éprouvais aller me mener à ma perte.
Aucun mot n’avait été prononcé et je n’osais rien dire, ne voulant pas détruire ce moment si parfait jusqu’à maintenant. Je restais enlacer à lui embrassant son cou et caressant sa nuque avec le bout de mes doigts. Le silence était apaisant et je me sentais encore plus en osmose avec Ezekiel, nous n’avions pas besoin de parler car on venait de partager cet instant spécial qui avait tout dit sur notre relation. Nous n’avions pas besoin de plus pour l’instant et je me contentais de ça, au bout d’un certains moment on se détachait enfin l’un de l’autre et je m’allongeais alors ne sachant pas vraiment quoi dire ou faire. « Hum … Tu as réussi à me faire oublier la glace. Je suis certaine que c’était un stratagème pour la manger tout seul. » Je regardais Ezekiel amuser, je ne savais pas trop comment agir la plupart du temps je partais rapidement alors que là on était coincé dans cette chambre pour quelques jours encore. Mon regard se portait ensuite sur le film que je n’avais pas suivi et j’en étais pas mécontente vu le film que j’avais vu à la place, je souriais en regardant les effets spéciaux vieillot. Je me levais alors pour prendre deux bières, je lui en lançais une et j’ouvrais la mienne pour commencer à la boire, il n’y avait rien de mieux qu’une bonne bière après un moment comme celui-ci, quoi que, il y avait encore mieux le tout accompagner d’une cigarette. J’en prenais alors une pour l’allumer et j’inspirais a fumée, profitant de tout cette ambiance. « Rassure moi tu as pris un autre film pour ce soir ? » Je priais intérieurement car les activités dans le coin semblaient plutôt faible voire inexistante et je me demandais ce qu’on allait bien pouvoir faire, ayant quelques idées en tête je tentais de me raisonner, on n’allait pas pouvoir faire ça tous le temps non pas que ça me dérangerais.

_________________
I say it's up to fate « Don't want to let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't want to hide the truth.Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 26 ans

DC : Nope
CRÉDITS : Bazzart & Tumblr
MESSAGES : 132
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f75-loft-d-ezekiel-j-guerrer



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Mer 1 Mai - 17:39



every teardrop is a waterfall.



Un cri. Un râle. Une intense brûlure. Ils atteignirent dans une parfaite symbiose le septième ciel. Légèrement transpirant, ils profitèrent de longues minutes du calme de l’après. Son corps reprenait peu à peu un rythme normal. Ses muscles se relâchèrent pour son plus grand bien. Sa respiration se fit plus lente. Le silence reprit sa place, laissant les amants qui n’osaient piper mot de peur de briser cet instant suspendu dans le temps. Les paupières d’Ezekiel s’ouvrirent avec difficulté, s’habituant à la lumière. La première image fut celle de leurs mains, de leurs doigts entrelaçaient à côté de leurs visages. Une vague de chaleur le submergea alors. Que venait-il de faire ? La mécanique de son cerveau se réveilla en même temps que son corps. La moiteur de leur peau respective comme seul vestige de leur ébat passionné. Tout deux côte à côte, allongé sur le lit dont les draps froissés était l’unique témoin de leur écart de conduite précédent. Les tréfonds torturés de son âme le rappelèrent à l’ordre faisant échos aux pensées dissolues qui traversaient son esprit encore emplis d’une épaisse brume dû au plaisir qu’il avait ressenti lors de leur étreinte. Malgré tout, le jeune homme jetait volontairement le voile sur l’anxiété qui tentait tant bien que mal de prendre part à la lutte acharnée qui se déclenchait de nouveau en lui. Cet être complexe devait chaque jour faire face à des démons qu’il estimait bien plus puissant que sa propre volonté. Volonté qui s’était envolée en même temps que les trois de son hypothétique humanité. Il croisa alors le regard amusé de la jolie blonde qui éveillait en lui tant d’incompréhension, de contradiction, qu’il en restait muet d’incertitude. Lui habituellement si confiant, fier de son intellect hors du commun et de sa facilité déconcertante d’adaptation. Tel un caméléon, il était capable de se faire passer pour n’importe qui. Mais devant elle… Il n’était que lui-même. Un homme meurtris. Incapable de ressentir autre chose que la colère ou la haine. Qui avait abandonné mère et patrie pour s’enfuir dans les méandres de son passé où drogue et alcool rythmait cette triste vie dont il se contentait. Ce rayon de soleil qu’elle représentait faisait naître en lui bien plus que ce qu’il était prétendument censé comprendre et ressentir de nature. Elle évoqua le fait que leur moment d’intimité n’avait été en fait qu’un stratagème pour lui faire oublier son programme initial : manger de la glace. « Dis plutôt que tu t’es servis de l’excuse de la glace pour profiter d’un instant de faiblesse de ma part ! » S’exclama-t-il en haussant un sourcil, l’air provocateur. Tout en l’observant se lever, le drap enroulé autour de son corps nu qui dévoilait son dos ainsi que le haut de ses fesses, le brésilien se délecta de cette vision avant d’attraper son boxer pour l’enfiler. Lorsqu’elle se retourna vers lui, deux bières à la main, Ezekiel ne put s’empêcher de sourire en plantant de nouveau son regard dans celui de Roza… « Tu devrais t’habiller plus souvent comme ça, ça te va bien. » La taquina-t-il en parlant bien évidement de sa tenue qui ne cacher en réalité que peu de chose. Pour son plus grand plaisir.

Alors qu’elle se réinstallait à ses côtés en lui tendant une bière, il décapsula cette dernière pour en boire une goutte avant d’attraper le sachet qu’il y avait à ses pieds, à côté du lit. L’ancien militaire en tira deux DVD qu’il déposa près de Roza. Une comédie romantique à l’eau de rose datant d’environ un siècle ainsi qu’un dessin animé Disney. Pas très folichon. Le choix n’avait pas été cornélien vu le peu qu’il y avait. Alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole, sa main droite se mit à trembler. Son bras commença à partiellement se paralyser, lui occasionnant au passage une vive douleur. Le manque n’était jamais bien loin. « Je te laisse choisir le film, il faut que je prenne l’air. » Honteux, il enfila rapidement son jean en attrapant au passage son propre paquet de cigarette pour rejoindre le balcon. Pieds nus. Ezekiel posa alors ses deux mains sur la rambarde en baissant la tête. Un soupir s’échappa de ses lèvres entrouvertes. Il détestait foncièrement ce qu’il était devenu et pourtant il ne pouvait y échapper même en étant à des kilomètres de Rio. Cela lui collait à la peau. Qu’il le veuille, ou non. En fouillant dans son paquet de Lucky Strike, il sortit un joint qu’il avait roulé à l’avance pour éviter ce spectacle à Roza. Tremblant, il l’alluma et tira une longue bouffée. Les yeux fermés. Ce ne fut qu’au bout de plusieurs inspirations que les effets attendus firent leur apparition. Les tremblements cessèrent. Une paix intérieure s’empara de lui. Son cerveau cessa ses réflexions qui l’empoisonnaient. Il réalisa qu’il venait de faire faux bond à la meilleure chose qu’il lui était arrivé depuis des décennies. Pourtant, il restait là. Sans bouger. Accoudé à la rambarde, observant en silence le bout rougissant de son joint qui se consumait avec difficulté.
made by pandora.



_________________
hold your breath...
Mais si je m'en sors, sans bleu au corps. Être normal pour être bien, effacer quelques lignes de ma main. Et si je m'en sors, je veux encore sentir la chaleur de ce beau matin, ensemble, alliés contre un drôle de destin...©️ sweet peach
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 24 ans

DC : Je suis unique
CRÉDITS : STEREO LOVE
MESSAGES : 122
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f78-appartement-de-roza-s-yu



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Mer 1 Mai - 18:29

Les jeunes femmes habituellement rêvent d’une grande suite dans un joli hôtel romantique en bord de mer, avec un lit rempli de pétales de rose, deux coupes de champagne pour se détendre et de la tendresse à n’en plus finir. Mais je préférais mille fois être dans un motel plus très jeune avec aucun chichi en compagnie d’Ezekiel, rien n’aurait pu être plus parfait que nous deux ensembles au fond et je ne prêtais pas attention aux détails environnant. Ce calme, ce parfait silence et nous deux n’annonçaient rien de bon, une tempête allait surement de nouveau venir nous ébranler, comme si le bonheur n’était pas pour nous et qu’après un moment comme celui-ci il fallait qu’on soit rappelé à l’ordre en nous rappelant toutes les horreurs qui font partis de nos vies. Chaque petit détail avait son importance à mes yeux et je l’observais sans m’en rendre compte, je cherchais à capturer ces expressions au cas où un jour je n’ai plus la chance de les revoir. « Je plaide non coupable. » Un petit rire s’échappa de ma bouche et je ne disais rien alors qu’il me conseillait de m’habiller comme ça plus souvent, je me regardais légèrement et je m’apercevais que le drap ne cacher pas grand-chose de mon anatomie comme je l’aurais souhaité, je rougissais légèrement alors qu’il n’y avait pas de raison apparente, on venait de partager le moment le plus intime que deux êtres peuvent partager et j’étais mal à l’aise pour un simple drap qui ne recouvrait pas tout mon corps. Je m’installais de nouveau à ses côtés observant les deux dvd qu’il avait pris je grimaçais légèrement. « J’ignorais que tu me considérais comme du baby-sitting. » Le film d’horreur qui ne fait pas tellement peur, la comédie romantique qui fait pleurer et le dessin animé, soit il me prenait pour une adolescente soit pour une enfant à occuper et je ne savais pas ce que je préférais. Mais dans un trou perdu comme celui-ci il n’avait surement pas eu le choix. Et alors sans que je m’y attende je vis son bras trembler et il me faussa compagnie, je baissais légèrement les yeux. Je savais que ce départ était dû au manque et non pas à ma compagnie mais une partie de mon cœur fut blesser et mon cœur prit un petit coup. Je regardais la porte qu’il avait franchi quelques secondes plus tôt et je tentais de me reprendre, ça n’avait rien à voir avec moi et c’était surement qu’il n’osait pas s’adonner à ses vices devant moi, je pensais juste qu’après ce qu’on avait partagé il n’aurait plus honte de ce genre de chose. Je m’étais montrée vulnérable face à lui, lui parlant de mon divorce, de ma fuite mais à chaque fois qu’on en venait à lui j’avais l’impression qu’il me repoussait. Il ne voulait pas me laisser entrer dans cette partie sombre de sa vie et je me sentais comme une personne qu’on refoule à l’entrée du concert de son idole. J’enfilais rapidement mes sous-vêtements et le short en jean, je prenais alors le tee-shirt beaucoup trop large pour moi car je n’arrivais pas à remettre la main sur mon débardeur. J’ouvrais la porte délicatement agissant avec lui comme je l’aurais fait avec un animal sauvage c'est-à-dire en douceur. Je le regardais accouder à la rambarde du balcon, il me faisait dos et je pouvais alors observer son corps qui me semblait tendu, je ne savais pas où on allait et alors que quelques instants auparavant on était hors d’atteinte tout revenait comme une tempête de laquelle on ne pouvait pas sortir car ces problèmes étaient ancrés en nous et ce même si on fuyait. Je m’avançais petit à petit, ne voulant pas le brusquer et pourtant je ne voulais plus qu’il me repousse, pas après ce qu’on avait partagé. Je m’installais à côté de lui en silence observant l’endroit désert, tout était si paisible mais moi à l’intérieur je m’enflammais, je ne comprenais pas pourquoi il continuait à fuir alors que je lui avais prouvé que j’en avais rien à faire. Je ne le blâmais pas pour ses démons comme j’espérais qu’il ne me blâme pas pour les miens. Je gardais le regard dans le vide, tentant de réfléchir à ce qu’on allait bien pouvoir faire et ou cette relation nous mènerait. « Tu peux fumer dans la chambre tu sais. » J’avais dit ces quelques mots sans une intonation particulière, j’avais parlé comme un automate car je ne me souciais pas du fait qu’il fumait mais plutôt qu’il se sente obliger de se cacher ou je ne sais pas trop quoi. Alors que j’avais pensé à un futur possible ce genre de chose me montrer clairement qu’il n’en était rien. Je m’étais sentie abandonner et c’était l’une des choses qui m’effrayait le plus, j’avais envie de partir et de fuir loin de lui remarquant que je m’attachais beaucoup trop à lui. « Où va-t-on avec cette relation ? » Je ne le regardais pas, c’était comme si je réfléchissais à haute voix et que je lui faisais partager mes doutes, je ne savais pas comment il allait réagir face à cette question ou même si il y répondrait. Quand j’essayais de nous projeter dans le futur tout ce que je réussissais à voir c’était un écran flou comme si quelque chose nous retiendrait toujours de vivre cette histoire. « Je peux comprendre ton addiction, ta façon d’être parfois mais je ne comprends pas pourquoi tu me repousses constamment … Je t’ai dit que je ne voulais pas te changer et c’était la vérité, je t’apprécie pour ce que tu es même si tu as du mal à y croire. » Une petite larme coula et je tentais de me cacher, je ne voulais pas me montrer aussi émotive mais au fond il avait déjà tout vu de moi. J’essayais de me montrer forte et indépendante mais je n’étais qu’une petite fille vulnérable qui a peur de ne jamais être aimé et toujours abandonner.

_________________
I say it's up to fate « Don't want to let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't want to hide the truth.Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 26 ans

DC : Nope
CRÉDITS : Bazzart & Tumblr
MESSAGES : 132
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f75-loft-d-ezekiel-j-guerrer



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Mer 1 Mai - 19:16



every teardrop is a waterfall.



La fumée opaque s’échapper d’entre les fines lèvres rosies du brésilien qui fixait inlassablement un point imaginaire au long. La vue n’avait rien de fantastique mais on pouvait apercevoir la mer au loin et il imaginait sans mal le bruit des vagues s’échouant sur le sable blanc. Cette paix dont il manquait cruellement et qu’il ne trouvait qu’avec l’aide de stupéfiant qui ruinait chacun de ses neurones au fur et à mesure qu’il descendait volontairement au plus profond des enfers. Son âme qu’il estimait bel et bien envolée, le torturer pourtant chaque jour que Dieu faisait. Le peu de conscience qui lui restait ne servait qu’à asservir ses capacités intellectuelles qui lui faisaient pourtant faux bond dans les moments où il en aurait eu une utilité certaine. Le bruit de la porte qui s’ouvrait et se refermait ne le fit pas sortir de cette léthargie dans laquelle la drogue l’avait plongé. Le jeune homme avait l’impression de toujours devoir se battre. Contre ses instincts. Contre ce tempérament impulsif. Contre cette instabilité mentale. Contre lui-même… Sa vie n’avait été qu’un long combat dont il n’était pas sûr de sortir gagnant. Il était fatigué. Epuisé. Cette force qui émanait de lui commençait à s’essouffler et si il tenait encore debout, c’était tout bonnement un miracle. Ezekiel sentit la présence de Roza qui s’avança jusqu’à lui pour venir s’installer à ses côtés. Sans un mot. Ce silence n’annonçait rien de bon. L’ancien militaire n’avait aucune foutue idée de ce qu’il allait bien pouvoir lui dire. Son cortex cérébral s’agitait dans tout les sens. Paradoxalement, cela l’empêchait d’avoir un fil de pensée concis et clair comme la situation le demandait. « Je ne voulais pas t’incommoder avec l’odeur. » A nouveau, le vide. Le peu d’émotion qui faisait parti de sa palette personnelle venait de foutre le camp en même temps que le bonheur ressenti il y avait de ça à peine quelques minutes. Les montagnes russes faisaient parti de ce quotidien, pourtant aussi loin qu’il se souvenait, ça n’avait jamais été aussi douloureux. Ezekiel aurait vendu père et mère pour retrouver cette sensation de plénitude. Mais c’était peine perdue. C’était sans doute cette conscience de tout qui l’enfonçait dans le cynisme et la déception permanente. Ces fugaces moments qu’il aurait dû chérir n’étaient en réalité qu’une vive piqûre de rappel. La vie n’était pas miraculeuse, c’était certainement le pire cadeau empoisonné que l’on pouvait offrir à quelqu’un. Il soupira. La jolie blonde venait de laisser suspendu dans les airs cette question à laquelle aucun d’eux n’avait de réponse. « Je n’en sais rien. Par contre, ce dont je suis sûr, c’est que je ne t’emmènerai pas avec moi. Tu ne mérites pas la vie que je mène. Tu mérites le paradis, pas l’enfer. » Son ton se voulait si calme. Comme si il était résolu, condamné d’avance, sans porte de sortie. Il avait constamment la tête sous l’eau sans possibilité de retrouver l’air qu’il lui manquait, se débattant encore et toujours… Contre rien et tout en même temps.

L’émotion nettement perceptible dans la voix de Roza ne fit qu’accentuer les fêlures de son cœur si froid. Ezekiel n’avait aucune idée de la manière dont on gérait ce genre de situation. Tout ceci n’était pas fait pour lui. Ses yeux se dirigèrent alors vers le soleil rougeâtre bientôt totalement engloutit par les flots, au loin. Cette vision aurait pu l’apaiser, mais c’était à son image. La flamme qui s’éteint au fond d’un être humain, signifiant en quelque sorte sa propre mort. Le jeune s’était sentit mort de l’intérieur depuis sa plus tendre enfance. Aucun médecin, aucun psychologue, ne pouvait l’aider. Mettre fin à ce vide apocalyptique. Rien. « Je ne ressens rien. Jamais. Je suis né avec un chromosome en plus rendant défaillant la partie du cerveau gérant les émotions. Toute ma vie j’ai dû apprendre à feindre les moindres réactions physiques et émotionnelles pour ne pas être perçu comme un monstre. Mais c’est pourtant ce que je suis. Avec toi je… Je ne contrôle plus rien. Je n’ai pas besoin de faire semblant mais… Mon instinct de survie, mes vieilles habitudes, mon intellect… C’est comme si une alarme se déclenchait pour me forcer à faire taire ce que je peux ressentir avant même que je sache réellement de quoi il s’agit. » Aucun rictus facial ne ponctua ce discours. Malgré les quelques échecs verbaux qu’il avait pu avoir au fil de ses pensées qui se matérialisaient avec difficulté en des phrases cohérentes. Personne de son entourage n’avait connaissance de ce lourd fardeau qu’il portait à bout de bras depuis ses plus jeunes années. Sa mère constamment sous anti-dépresseurs n’avait absolument pas intégré l’information lorsque les médecins lui avaient annoncé la nouvelle. Ezekiel avait dû endurer cela seul. Les insultes, les brimades, l’incompréhension, la violence… Aux côtés de Roza, à cet instant présent, il redevenait l’enfant d’une dizaine d’année à qui on annonce qu’il ne sera jamais comme les autres. Non pas qu’il ait honte de ce qu’il était mais ce qu’engendrait cette défaillance aurait des conséquences notables sur son comportement, ses agissements. La jeune femme devait le savoir. Il venait tout juste de prendre le risque de la perdre… Une souffrance sans nom s’empara alors de lui à cette seule pensée…
made by pandora.




_________________
hold your breath...
Mais si je m'en sors, sans bleu au corps. Être normal pour être bien, effacer quelques lignes de ma main. Et si je m'en sors, je veux encore sentir la chaleur de ce beau matin, ensemble, alliés contre un drôle de destin...©️ sweet peach
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 24 ans

DC : Je suis unique
CRÉDITS : STEREO LOVE
MESSAGES : 122
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f78-appartement-de-roza-s-yu



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Mer 1 Mai - 20:03

L’air était frais mais pas frigorifique en même temps venant de Moscou je trouvais toujours les températures douces dans ce pays, je regardais l’horizon sans vraiment le voir, je m’étais toujours demandée si il finissait à un moment ou s’il était comme la souffrance et durer sans jamais vraiment s’arrêter. Je me rendais compte qu’Ezekiel et moi étions passés à un nouveau niveau dans notre histoire et je savais maintenant que je ne pourrais pas le fuir. Je pourrais tenter de m’éloigner de lui mais cette chose que je ressentais en sa présence me ramener toujours à lui. Ce sentiment que je ressentais je savais qu’il n’arrivait qu’une fois dans une vie et j’avais peur de rater ma chance, qu’n rate notre chance simplement parce qu’on laisse trop souvent le passé prendre le dessus sur nous. Chaque personne à ses défauts et ses secrets, on pense tous que ce qu’on cache éloignera forcément les gens, on pense qu’on ne mérite pas le bonheur alors qu’en réalité une fois les choses avouaient rien ne change à part la confiance qu’on se porte les uns aux autres. On était peut-être stupide, je pensais toujours qu’à chaque information sur moi il allait prendre ses jambes à son cou sauf qu’il m’avait prouvé plusieurs fois déjà que je n’avais pas à avoir honte de mon passé, alors pourquoi pensait-il que je fuirais face à ses propres problèmes. On parlait doucement et simplement comme sur un ton de confidence, je ne voyais pas l’intérêt de m’énerver ou lui faire une crise, même si une de ses phrases m’énerva, je fronçais les sourcils et ma voix que je voulais calme comme plus tôt dérailla un peu. « J’ai choisi d’être là et ce n’est pas à toi de décider ce que je mérite ou non. Mais si tu crois vraiment ce que tu viens de dire prend ta moto et part sans te retourner. » Je ne finissais pas vraiment ma phrase sentant mes nerfs lâchaient, je baissais la tête pour respirer lentement. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi il agissait ainsi, on venait de partager un moment plutôt important à mes yeux, habituellement coucher avec un homme ne représente pas grand-chose mais avec lui c’était différent et j’avais presque l’impression d’avoir été manipulé ou qu’il avait joué de moi. Comme si il avait fait naître ses sentiments en moi pour ensuite mieux les détruire. Je voulais retourner dans la chambre et ne plus avoir à lui parler mais je voulais savoir si il partirait ou pas, je n’arrivais pas à savoir ce qu’il voulait et ce que ça lui apporterait de me dire que je mérite mieux. Je n’avais jamais su sur quel pied danser avec lui mais sa confession m’éclairait et je comprenais mieux petit à petit certaine chose. Je l’écoutais sans rien dire comme il avait fait avec moi, mais j’avais envie de lui montrer qu’il n’était pas un monstre et que naître différent n’avait pas que des mauvais côtés mais la suite de sa confession me perturba un peu plus. Je lui avais reproché de me repousser alors qu’au fond de lui il s’était visiblement attaché à moi d’une certaine manière, son cerveau n’était pas en accord avec ça et par conséquent je me retrouvais exclu de sa vie. C’est comme si Ezekiel avait une bulle de protection et qu’ chaque fois que j’arrivais à entrer je me retrouvais éjecter par un mécanisme de défense sur lequel il n’avait pratiquement aucun pouvoir. Je me tournais vers lui pour prendre sa main et la déposer sur son cœur. « Si je ne m’abuse c’est bien un cœur que j’entends là et d’après mes informations les monstres n’en ont pas donc tu n’es pas un monstre. » Je lui souriais légèrement, j’essayais de le rassurer, d’y aller en douceur pour ne pas trop effrayer ses mécanismes de défense. « Tu es juste différent mais ça te rend unique … » Je ne savais pas vraiment quoi dire, cette nouvelle information me permettait de comprendre certaine chose mais c’était aussi l’inconnu, il était visiblement difficile pour lui d’éprouver des sentiments pour les autres mais à ce qu’il disait j’étais différente pour lui. Avoir un rôle aussi important m’effrayer plus que le fait qu’il soit né différent pour être honnête car je risquais d’être une grande déception pour lui et je m’en voudrais si je le blessais. « Et je ne partirais pas juste parce que tu penses que tu es un monstre car pour être honnête tu es plutôt pas mal comme monstre. » Je tentais de me sortir de cette situation avec l’humour, c’était ma seule défense mais que dire à un homme qui se pense aussi mauvais et qui pense surtout qu’il ne me mérite pas. La légèreté semblait réellement partie et je blâmais le fait qu’on est été aussi proche. Avoir couché ensemble avait visiblement éveillé en lui ces mauvais démons et je m’en voulais, si je n’avais pas été cherché cette glace nous n’en serions pas là. Je tentais d’effacer ses pensées mais on pouvait surement lire dans mon regard toute la culpabilité que je ressentais. J’avais l’impression d’avoir tout gâcher.

_________________
I say it's up to fate « Don't want to let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't want to hide the truth.Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 26 ans

DC : Nope
CRÉDITS : Bazzart & Tumblr
MESSAGES : 132
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f75-loft-d-ezekiel-j-guerrer



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Mer 1 Mai - 21:07



every teardrop is a waterfall.



L’odorat perçoit les phéromones de l’autre, la phényléthylamine se répand à votre cerveau et la dopamine agit. C’est alors que l’on peut dire qu’on "tombe amoureux" jusqu’à ce que de l’ocytocine et de l’endorphine prennent place et transforment ce coup de foudre en attachement et affection. Les phéromones sont des glandes situées sous les aisselles, autour des mamelons et dans les aines. Elles ne sont pas senties par l’odorat, mais par un autre sens, l’organe voméronasal, cet organe connu depuis longtemps chez l’animal, mais méconnu chez l’humain. Des études avancent que la sueur de l’homme et les sécrétions vaginales de la femme sont les principales sources de phéromones sexuelles, perçues positivement s’il y a attirance, et négativement si absence de compatibilité amoureuse. Pour ce qui est de la phényléthylamine, c’est le même effet produit par une surdose de chocolat ! Elle peut amener à l’hyperactivité, semblable aux effets de certaines drogues. Tomber amoureux, c’est tout simplement… Chimique ! Voilà ce qu’Ezekiel se répétait en boucle. L’un des discours de son ancien professeur de physique qui avait lancé cette tirade qui avait trouvé un écho chez le jeune étudiant. Alors qu’il voyait ses camarades s’amouracher, flirter, avec des filles de leur âge, lui ne comprenait pas les mécanismes qui les poussaient à agir de la sorte. Mais cette explication plausible le rassura. Il ne pouvait pas ressentir ce genre de chose, le comprendre encore moins, mais à présent il pourrait l’expliquer. Ce n’était qu’une énième réaction étrange que le cortex cérébrale et le mécanisme humain déclenchait en présence du sexe opposé. Rien de plus. Pourtant les émotions incontrôlables et inconnues qu’il ressentait ne ressemblaient en rien à ce discours poussiéreux. Alors qu’il se replongeait sans le vouloir vers ce passé tourmenté d’adolescent différent, la voix de Roza s’éleva. Lentement, la tête du jeune homme se tourna sur le côté pour croiser le regard perdu de la demoiselle qui ne devait certainement plus s’y retrouver aux vues des réactions contradictoires et passablement agaçantes du brésilien. « C’est ce que je devrais faire. Mais j’en suis incapable. » La drogue n’avait rien à voir avec cet état de fait. Son cerveau lui hurlait de s’enfuir le plus rapidement et le plus loin de ce bout de femme qui détraquer complètement les rouages bien huilés de son esprit. Mais son corps, son cœur, l’empêchait de bouger malgré les ordres incessants que lui intimait son cortex cérébral bien mis à mal. Le mégot se détacha de ses doigts et vint s’écraser quelques mètres plus bas sur le goudron éclairant un court instant de mille feu les alentours si sombre à présent. La nuit venait de tomber. C’était son moment préféré de la journée, lorsque les lumières s’éteignaient pour laisser place à la noirceur…

Sans chercher à éviter son regard, bien au contraire, Ezekiel tentait vainement de percer à jour ce que pouvait ressentir Roza vis-à-vis de son aveu concernant sa défaillance. Il avait volontairement passé sous silence l’influence positive que cela avait eu sur son intelligence. Cela ne concernait en rien la conversation, ni même la relation qu’il entretenait avec elle. Le surprenant une fois de plus, elle s’empara de sa main pour la poser contre son torse, à l’endroit exact où il était le plus évident de sentir les battements de cette foutue pompe à sang qui faisait drôlement des siennes ces derniers temps. Tout en baissant la tête pour observer leurs mains à nouveau entrelacées, elle reprit la parole. Lui assurant ainsi qu’un monstre ne possédait pas de cœur. « Je ne savais pas que tu étais une experte en la matière, même si je ne doute pas du nombre de monstre que tu as pu croiser durant ta carrière. » Un fin sourire en coin illumina le tableau presque macabre qu’ils affichaient alors qu’Ezekiel avait réellement prévu de faire en sorte que tout se passe pour le mieux durant ces quelques jours de fuite. Il avait eu envie de lui faire oublier le stress d’une cavale mais aussi de lui éviter de penser à un éventuel danger. Comme à son habitude, le jeune homme avait tout fichus par terre. Ses systèmes de défenses étaient tellement bien rodés qu’ils en étaient devenus autonomes envers et contre tous les stratagèmes imaginés pour les contourner. Les dires suivants de Roza touchèrent bien plus que de raison le brésilien dont le cœur rata un battement… La phrase qu’elle venait de prononcer n’était pas inconnue aux oreilles d’Ezekiel. La seule et unique personne qui lui avait dit cela n’était autre que sa grand-mère. Cette femme qu’il avait tant aimé, respecté, mais qu’il avait perdu… Ce fut ainsi que ses lèvres terminèrent sur celles de la jolie blonde. Un baiser tendre. Rapide. Mais lourd de sens. « Excuse moi… Je peux vraiment agir comme le dernier des cons. » Affirma-t-il en grimaçant légèrement. Il n’avait aucune envie que la soirée se termine sur une note négative alors il ferait de son mieux pour museler son esprit et profiter comme il se devait d’une nuit en sa compagnie. Un éclat de rire réchauffa l’atmosphère. Le jeune homme passa un bras sur les épaules de Roza en s’avançant vers la porte qu’il ouvrit pour que les deux protagonistes puissent jouir de l’intimité de leur chambre. « Je remercie donc ma condition physique ! »
made by pandora.




_________________
hold your breath...
Mais si je m'en sors, sans bleu au corps. Être normal pour être bien, effacer quelques lignes de ma main. Et si je m'en sors, je veux encore sentir la chaleur de ce beau matin, ensemble, alliés contre un drôle de destin...©️ sweet peach
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 24 ans

DC : Je suis unique
CRÉDITS : STEREO LOVE
MESSAGES : 122
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f78-appartement-de-roza-s-yu



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Mer 1 Mai - 21:37


On se retrouvait là, comme toujours après un petit instant de bonheur débarquait toutes sortes de questions et d’inquiétudes. Mon cœur commençait à dépendre d’Ezekiel et je me sentais tellement faible face à ce que je ressentais alors qu’au fond je ne le connaissais que depuis peu. Pourtant il y avait ce truc entre nous et bien qu’on n’arrivait pas à l’expliquer c’était ce lien qui nous empêchait de fuir l’un de l’autre. Et malgré moi le fait qu’il veuille fuir me blessa, j’en avais eu envie aussi mais on en était incapable et je ne comprenais pas pourquoi. Je prenais sur moi et sur cette petite douleur au fond de mon cœur à le voir aussi mal, je sentais simplement son cœur battre avec ma main sur la sienne. Je le regardais dans les yeux et à ce moment je me suis sentie tellement bien, je savais que c’était l’endroit où je devais être. On aurait pu me proposer des milliards je serais restée là, avec lui partageant encore une fois quelque chose. On était en harmonie et personne n’aurait pu briser ce moment, ni mes blagues, ni son gêne défaillant. Je riais alors qu’il parlait de mon expérience avec les criminels, c’est vrai que j’avais eu ma dose et il était loin d’être une mauvaise personne même s’il ne me croyait pas. Je me demandais pourtant ce à quoi il pensait, si le fait de me parler de sa différence allait changer quelque chose ou au contraire accentuer sa méfiance. Mais il m’embrassa et je n’avais plus besoin de me poser des questions, c’était différent des baisers qu’on avait échangé plus tôt, l’affection était passée par là. Je profitais de ce petit moment trop court comme toujours à mes yeux et je comprenais alors qu’il me remerciait, je ne savais pas pourquoi, j’avais simplement dit ce que je pensais mais pour lui ça compter beaucoup il faut croire. On restait quelques instants encore, il avait retrouvé un peu le sourire mais dorénavant cette peur qu’il fuit serait toujours en moi, cette peut qu’il ne m’aime jamais vraiment ou ne soit pas capable de m’aimer comme je l’attends. Je secouais légèrement la tête pour m’enlever ces idées et je préférais repartir sur une note légère comme il semblait le souhaiter. En quelques temps on avait partagé tellement que c’était fatiguant et inquiétant, je me sentais vider comme si j’avais puisé dans mes réserves pour partager tout ça avec lui. Je rentrais dans la chambre en sa compagnie, heureuse qu’il n’ait pas pris sa moto pour me laisser seule ici, je me tournais alors vers lui en arquant un sourcil. « On a jamais eu de rendez-vous en fait … A moins que pour toi une salle d’interrogatoire en soit un » Je souriais légèrement et lui faisais un clin d’œil, notre rencontre était à notre effigie : unique. Je regardais alors autour de moi cherchant une idée pour améliorer la chambre mais je crois qu’il n’y avait rien à faire. « Alors on peut se faire la soirée ciné-resto grâce à cette magnifique télé et puis le restaurant se sera de la glace et du chocolat. » Je riais légèrement, c’était peut-être une idée stupide puis pour être honnête je n’avais jamais eu beaucoup de rendez-vous trouvant ça long et ennuyant, puis soyons franc pour coucher avec quelqu’un pas besoin d’en faire autant. « Par contre je te préviens je ne couche pas au premier rendez-vous, je suis une dame. » Je lui lançais mon regard le plus sérieux mais ça ne dura que quelques secondes et je riais, jouer les jeunes filles fragiles et prude ce n’était pas vraiment mon truc il faut croire puis quelque chose me disait qu’il ne me prendrait pas au sérieux. Je me dirigeais vers le lit pour prendre le premier film qui me tomber sous la main, je ne prenais même pas la peine de choisir mais heureusement pour moi j’étais tombée sur le dessin animé. Je me voyais mal regarder une comédie romantique avec Ezekiel, j’aurais commencé à tout critiquer et dire que c’est prévisible et je serais passée pour une vieille peau. Je mettais le dvd dans le lecteur et je retournais vers le jeune homme pour lui déposer un léger baiser sur les lèvres en espérant lui donner envie d’un vrai baiser. Je mettais alors mes mains de nouveau sur son torse, j’avais vraiment un problème avec ça, et je dessinais des formes qui ne ressemblaient à rien dessus. Ou alors je formais des cercles autour de ses cicatrices. Je ne savais plus trop comment agir alors je me décidais à faire comme si il ne m’avait pas avoué son secret, se serait plus simple et je ne voulais pas qu’il croit que je changeais d’attitude à cause de ça. Je souriais légèrement en repensant aux bons moments qu’on avait eu, il se dévalorisait tellement alors qu’avec moi il avait toujours été parfait et gentil enfin sauf durant les disputes mais on était tous les deux fautifs dans ces moments-là. Je sentais que même si beaucoup de chose n’était pas en notre faveur, cet attachement qui était né serait plus important. Je ne voyais toujours pas de futur avec lui mais j’apercevais au moins un présent et c’était déjà beaucoup.

_________________
I say it's up to fate « Don't want to let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't want to hide the truth.Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 26 ans

DC : Nope
CRÉDITS : Bazzart & Tumblr
MESSAGES : 132
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f75-loft-d-ezekiel-j-guerrer



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Ven 3 Mai - 10:26



every teardrop is a waterfall.



Les mots semblaient dérisoires pour la plupart des gens qui ne comprenait pas le quart de leur réel signification, ce n’était pas le cas d’Ezekiel qui réfléchissait toujours avant d’ouvrir la bouche pour ne pas commettre d’impair. Un effort supplémentaire qui prouvait la forme d’attachement qu’il développait au fil des minutes, des heures, des jours… Ce n’était pas qu’une question d’attirance. A bien y réfléchir, ça ne l’avait d’ailleurs jamais été. Ce voile sombre qu’il avait délibérément jeté sur les sentiments qu’il éprouvait à l’égard de Roza venait tout juste de lui revenir en pleine figure ! Cette claque bien que douloureuse fut nécessaire. Le jeune homme ne pouvait décemment pas continuer ainsi. Ses nombreux agissements étaient en total contradiction avec les paroles qu’ils prononçaient, la demoiselle méritait une explication. Il venait tout juste de la lui fournir, affrontant son possible jugement. Au fond de lui, ce n’était pas l’espoir qui subsistait, sans réellement comprendre pourquoi… Il lui faisait confiance. Ce n’était pas chose aisé d’avouer sa plus grande faiblesse, la source de sa plus grande souffrance, à une personne à laquelle on tient et qu’on ne voudrait en aucun cas perdre. Alors que généralement le commun des mortels se libérait d’un poids après un tel aveu, après avoir révéler leur plus lourd secret, ce ne fut pas le cas pour Ezekiel. Les effets de la drogue annihilaient complètement certaines des réactions qui faisaient partie intégrante de sa courte palette émotive. Le brésilien préféra alors le silence au grand discours, se contentant d’embrasser celle qui faisait anormalement battre son cœur malgré l’appréhension qui ne le quittait jamais quant à ce faillible organe. Rentrant tout deux à l’intérieur de leur modeste chambre, Roza reprit la parole d’un air taquin en évoquant leur première rencontre anecdotique. « Je ne suis jamais passé par la case premier rendez-vous hormis au lycée et autant dire que ça remonte à un bout de temps ! » A l’évocation de ce passé tumultueux lors des premiers émois amoureux qui se résumaient à des coucheries dans les couloirs ou les toilettes de son établissement scolaire, Ezekiel se surprit à sourire. Son adolescence quoique clairement houleuse restait un bon souvenir pour l’ancien quarter back populaire qu’il avait été. Les éclats de rire de Roza furent communicatif à la suite de l’humour dont elle venait de faire preuve en comparant un cinéma suivit d’un restaurant à leur téléviseur défectueux, leur film vieillot et leurs sucreries. « En rentrant dans la ville, j’ai vu pas mal de pancarte fluo qui indiquaient la diffusion d’un film des années 60 dans la vallée toute proche. Un cinéma en plein air si j’ai bien tout suivit. En cherchant un peu, je suis certain qu’on peut trouver une couverture sans mites et une voiture ! » L’idée était lancée. Certes ils devaient se cacher et faire attention à leurs allées et venues, mais ça ne les empêchaient pas de sortir. La noirceur de la nuit leur était favorable, Roza avait fait les changements nécessaires physiquement pour ne pas attirer l’œil quant à Ezekiel et ses tenues sombres, il passait souvent relativement inaperçu. Alors, pourquoi pas ?

Le DVD démarrait tout juste, l’image sautait affreusement comme si quelqu’un s’était amusé à rayer le support. Le jeune homme passa sa main sur l’arrière de son crâne, ébouriffant au passage ses cheveux, en affichant une grimace risible. Cette ville n’était sans doute pas le meilleur des choix mais ils devaient se faire discret et la petite bourgade leur offrait tout de même l’anonymat nécessaire à leur fuite. Mieux valait se réconforter en se rappelant que tout ceci n’était que pour quelques jours. Rapidement, elle revint vers lui pour déposer un chaste baiser sur ses lèvres. Alors qu’elle continuait à dessiner plusieurs formes du bout des doigts sur son torse nu, Ezekiel l’observait attendrit par la vision qu’elle lui offrait. « Si l’idée te plaît, on peut finir tranquillement notre bière avant de se préparer et le temps que tu te fasses encore plus belle que tu ne l’es déjà, si cela est possible, j’irai demander à l’aimable grassouillet du motel si c’est possible de lui emprunter une voiture. J’avais pu apercevoir à la réception des tarifs pour les locations donc. » Demanda-t-il en s’amusant avec l’une des mèches de cheveux à présent brun de la policière. Sans la prévenir, il eut envie de faire une chose dont il n’avait pourtant pas l’habitude. Séparant doucement son corps du sien, le jeune homme fouilla dans la poche intérieure de son blouson pour en tirer son cellulaire. Il s’affala alors sur le fauteuil inconfortable et commença à la prendre en photo. Simplement vêtu de son short en jean troué, d’un tee-shirt bien trop grand pour elle, ses longs cheveux tombaient en cascade le long de son visage ainsi que sur ses épaules. Son air candide et surprise la rendait plus adorable que jamais, profitant de cet instant il veilla à capturer la moindre de ses expressions… Les souvenirs s’effaçaient de la mémoire humaine pour laisser place à de nouveaux, mais les photos restaient et il avait eu envie de garder avec lui son image. Une énième preuve de cet attachement grandissant…[/color]
made by pandora.



_________________
hold your breath...
Mais si je m'en sors, sans bleu au corps. Être normal pour être bien, effacer quelques lignes de ma main. Et si je m'en sors, je veux encore sentir la chaleur de ce beau matin, ensemble, alliés contre un drôle de destin...©️ sweet peach
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 24 ans

DC : Je suis unique
CRÉDITS : STEREO LOVE
MESSAGES : 122
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f78-appartement-de-roza-s-yu



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Ven 3 Mai - 15:37

Après la tempête revient le calme comme on dit, mais j’étais quand même fière de nous car on avait évité une grosse tempête, cependant son aveu me trottait encore un peu dans la tête ce qui amenait des questions débiles. Je tentais quand même de faire comme si de rien était, il nous restait encore quelques jours à passer ensemble et autant les passer dans une bonne ambiance. Je me demandais comment aller être le retour, est-ce que toutes nos confidences resteraient ici ou alors allions-nous nous déchirer pour ça. En l’espace de quelques heures nos deux plus gros secrets avaient éclaté et je ne sais pas si chacun d’entre nous pourrait s’en remettre totalement, lors d’une dispute on pourrait se balancer ça en pleine face pour faire mal à l’autre et alors la descente aux enfers commencerait, on avait pris une grand risque, j’espérais que ce ne soit pas en vain. Je lui proposais un rendez-vous pour calmer les esprits et profiter simplement du temps partager, le plus marrant c’est que normalement les première semaine sont les plus calme dans une relation, c’est ce que certains appellent la phase lune de miel mais pour nous rien ne s’était passé comme prévu, est ce que c’était le signe que notre relation ne serait jamais simple ou plutôt qu’on mettait tout à plat avant de s’engager réellement et on connaitrait des jours heureux par la suite. J’avais oublié le détail qu’on n’était pas du genre à avoir des rendez-vous et que ça risquait d’être épique vu les deux handicapés sentimentaux qu’on pouvait être. « Je dois t’avouer que je ne suis pas une pro des rendez-vous non plus mais à deux on devrait arriver à quelque chose de pas trop mal. » Je souriais, je nous faisais au moins confiance sur un point. D’ailleurs Ezekiel amena une idée pas trop mal bien que je n’étais pas une fan des vieux films mais ça nous permettrait de passer du temps ensemble et se serait la première fois qu’on se rend dans un endroit public ensemble. J’espérais simplement qu’on réussisse à se tenir correctement sans se faire remarquer et vu nos caractères c’était une mission à haut risque. « Je pourrais utiliser mon nouveau déguisement comme ça. » C’était ma façon de lui dire oui, puis c’était une manière de tester mes nouveaux habits et ma nouvelle couleur, bon j’avais appelé ça un déguisement vu la tête des vêtements qu’il m’avait achetés. Je regrettais déjà mes jolies décolletés et mes talons hauts, pour un premier rendez-vous officiel je n’allais pas être au top mais vu tout ce qui s’était passé entre nous je doutais que ça le fasse fuir. Je m’amusais sur le corps du jeune homme alors qu’il me servait de nouveau un compliment, je riais légèrement en secouant la tête ne croyant pas un mot de ce qu’il pouvait dire. « T’es vraiment un beau-parleur avec tes compliments … Je suis loin d’être belle avec ce tee-shirt et je ne suis même pas maquillée et coiffée. » Je portais mon regard sur lui en lui servant mon plus beau sourire pour le faire craquer. « Tu crois que mes talons feront tâche avec les habits que tu m’as acheté ? » Je ne savais même pas pourquoi je demandais ça à un homme qui se fiche surement de ces choses-là mais je n’avais personne d’autre à qui en parler donc je faisais avec ce que j’avais. Mais alors sans que je m’y attende le jeune homme s’éloigna de moi, je faisais légèrement la moue et alors il sortit son appareil photo, je fronçais légèrement les sourcils. Je ne comprenais pas trop pourquoi il me prenait en photo mais je riais et me prêtais au jeu en posant légèrement. « Je croyais que tu n’étais pas du genre à avoir des photos chez toi. » Je souriais et je m’approchais de lui pour l’arrêter dans sa frénésie de paparazzi, je mettais mes mains sur mes hanches comme pour prendre un air sérieux qui au fond ne devait pas du tout m’aller. « Par contre je veux un rendez-vous conforme aux règles des rencarts, tu dois toquer à la porte comme si tu venais me chercher et me complimenter sur ma tenue … J’ai vu ça dans un film. » Je souriais et je portais la bouteille de bière à ma bouche, j’étais pressée de sortir enfin de cette chambre, seulement une journée enfermée et je n’en pouvais presque plus même si j’étais en merveilleuse compagnie. Je sentais quand même qu’on était à un nouveau stade de notre relation et qu’une complicité était en train de naître, je le regardais alors dans les yeux comprenant que ça allait être difficile de vivre une histoire comme celle-là car je m’étais beaucoup trop attaché à mon goût et que même si j’avais le goût du risque la peur ne me quitter pas.

_________________
I say it's up to fate « Don't want to let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't want to hide the truth.Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 26 ans

DC : Nope
CRÉDITS : Bazzart & Tumblr
MESSAGES : 132
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f75-loft-d-ezekiel-j-guerrer



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Sam 4 Mai - 20:03



every teardrop is a waterfall.



L’amour. Si pour les trois quart de la population cela restait être un sujet sensible, s’en était tout autre pour Ezekiel qui n’avait qu’une idée sommaire et purement scientifique de la chose. C’était un véritable parcours du combattant semé d’embûches qu’il se prenait de plein fouet à chacun de ses faux pas. Loin d’être un expert en la matière, pas à pas, il apprenait. Tomber amoureux n’était pas chose aisé, d’ailleurs il n’avait aucune idée de ce que cela entraînait, ni même de ce que l’on sentait lorsqu’on en était victime. Cependant les nombreuses réactions aussi bien corporelles qu’intellectuelles lui donnait l’impression d’approcher de près ou de loin les symptômes qu’on avait pu par le passé lui énumérer. N’ayant aucune envie d’aborder le sujet avec son esprit versatile, le jeune homme secoua légèrement la tête pour chasser ses inutiles réflexions. Après tout, ce n’était que le premier jour de leur escapade forcée, un matin il se réveillerait sûrement seul, sans explications. Si un danger éventuel se présentait, il n’avait aucune certitude concernant ce que la demoiselle choisirait de faire pour échapper à ce frère qui semblait lui faire si peur. Là encore, ses pensées s’emparaient peu à peu de lui et il se déconnectait de la réalité. Une voix féminine lointaine parvint tardivement à ses oreilles trop occupées à tenter vainement de faire cesser l’intense bourdonnement qui faisait resurgir de vieilles migraines. Conséquence directe de ses troubles. Portant l’une de ses mains à sa tempe pour masser légèrement cette dernière, une vive douleur s’empara de son épaule meurtrie au combat et dont la blessure ne semblait cicatriser. Condamné à souffrir au gré de la balle qui continuait son trajet lentement mais sûrement dans la chair à vif de l’ancien soldat. Son corps vacilla un instant. Tout en se répétant que le mental était bien plus fort que son physique, Ezekiel reprit peu à peu le pas sur ses douleurs qu’il fit taire en quelques secondes à peine à la force de son cortex cérébral combatif, quoique réellement usé par toutes les facéties dont il se servait chaque jour pour faire face au monde qui l’entourait. Cachant astucieusement son trouble, le brésilien releva la tête vers la jolie blonde. « Quoique tu portes, tu me plais. C’est mal ? » S’exclama-t-il en haussant les épaules. N’ayant aucune idée de la portée que pouvait avoir de simples mots sur la jeune femme rougissante. Son regard bleuté observa de haut en bas, puis de bas en haut, la demoiselle qui lui posa une question portant sur la mode féminine. Encore une énigme pour le jeune homme qui se gratta légèrement la tête en faisant mine de réfléchir. « Je crois que tu seras plus à l’aise en basket et que tu n’as pas besoin de talon pour avoir des jambes interminables et attractives. » Ses mots étaient sincères. Il disait le plus simplement du monde ce qu’il pensait.

Cette subite envie de fixer l’instant présent, de capturer l’incapturable via des photos numériques qui ne prendraient pas une ride avec le temps était une conséquence directe de son attachement pour elle et de son envie d’avoir quelque chose d’elle avec lui. Chose étrange qu’il ne chercha pourtant pas à comprendre. Ses poses de midinettes le fit sourire sans qu’il n’arrête pour autant. Se délectant des clichés qu’il avait pu prendre, le jeune homme dû s’arrêter puisque son modèle vint à lui. « Je n’avais jamais eu à portée de main de si jolie mannequin ! J’ai peur que si je parle de toi, on ne me croit pas. J’aurais des preuves ! » Affirma-t-il le plus sérieusement du monde avant d’observer la mine qu’affichait Roza et d’éclater de rire. Attendrissante au possible, chacune de ses mimiques le faisait un peu plus basculer vers le précipice qu’il essayait d’éviter en règle général. Il semblait être irrésistiblement attiré par ce vide qu’il prenait le risque de frôler de façon insolente sans penser au pire pour une fois. « Je te prends aux mots ! Va te préparer, je viendrais te chercher dans un quart d’heure. » Soulevant le corps frêle de la demoiselle dans ses bras, il déposa un rapide baiser à la commissure de ses lèvres avant de la déposer sur le lit. Tout en prenant ses affaires, il se dirigea vers la porte qu’il ouvrit mais avant de partir il se retourna pour adresser un clin d’œil complice à la jeune femme. Dévalant les marches de l’escaliers trois par trois, le brésilien rejoignit sa moto pour en tirer un sac à dos dans lequel se trouvait des affaires de rechange. Ezekiel enfila alors une chemise blanche parfaitement taillée qui moulerait à merveille son torse. Par la suite, le jeune homme entra de nouveau dans le motel pour se retrouver à l’accueil face à l’homme aux mœurs légères et à la propreté discutable. Après moult tergiversations, le gérant consentit à céder l’une des ses voitures de prêt malgré l’heure tardive. Une fois en main les clés du fameux véhicule, le barbu crasseux lui indiqua du doigt l’emplacement où se trouvait… L’épave. Une vieille Camaro 68 dont on ne percevait plus la couleur originelle et dont la rouille se délectait. Le brésilien souleva alors le capot pour inspecter la mécanique qui était quant à elle irréprochable. Comme quoi, l’habit ne fait pas toujours le moine ! En jetant un coup d’œil à sa montre, il vit que seulement quelques minutes le séparaient de l’heure fatidique. Ses pupilles observèrent à la dérobée les environs pour finalement tomber sur un parterre de fleur quelques mètres plus loin. Ezekiel opta pour un bouquet sommaire et original, un peu comme lui. Ce n’était déjà pas dans ses habitudes d’agir ainsi. Les environs ne permettaient pas de faire ce qu’il voudrait et le temps jouait contre lui. Ce fut donc en chemise, un bouquet de fleur à la main, qu’il remonta et toqua à la porte de la chambre. Son estomac se noua sans qu’il n’en comprenne la raison. Le stress du premier rendez-vous peut être ?
made by pandora.



_________________
hold your breath...
Mais si je m'en sors, sans bleu au corps. Être normal pour être bien, effacer quelques lignes de ma main. Et si je m'en sors, je veux encore sentir la chaleur de ce beau matin, ensemble, alliés contre un drôle de destin...©️ sweet peach
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 24 ans

DC : Je suis unique
CRÉDITS : STEREO LOVE
MESSAGES : 122
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f78-appartement-de-roza-s-yu



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Sam 4 Mai - 20:56

On jouait le petit couple parfait sans même s’en rendre compte et au fond je ne remarquais pas qu’on agissait comme tel car j’étais simplement heureuse. Je n’avais plus été proche de quelqu’un depuis longtemps mais Ezekiel avait réussi à me faire sortir de ma carapace et il avait fait ressortir en moi des sentiments que je pensais enfoui. Je pouvais être moi-même et j’espérais qu’il ressentait la même chose. J’étais dorénavant au pied du mur avec cette idée de rendez-vous que j’avais lancé, sauf qu’on allait sortir à l’extérieur et ça ressemblait beaucoup plus à un rencart que ce que j’avais prévu. Je sentais le stress monter en moins légèrement, je tentais d’oublier les enjeux qu’amenaient une relation et je me concentrais simplement sur Ezekiel qui tentait du mieux qu’il pouvait de me faire plaisir avec ces compliments mais à chacun d’entre eux je me sentais mal, je n’étais pas vraiment du genre à vouloir entendre que je suis belle car le seul qui me l’avait dit sans simplement vouloir coucher avec moi avait fini par être mon ex-mari. Je ne répondais rien, préférant passer à un autre sujet. Je ne savais pas trop quoi faire avec lui et comment réagir, j’espérais simplement que le rendez-vous se passerait bien, mais il n’y avait pas de raison apparente pour qu’on reparte dans l’une de nos disputes. Je le regardais se lever et je restais bouche-bée. « Un quart d’heure pour me préparer seulement. » Il devait se demander si il avait fait le bon choix avec moi vu mes petites poussées féminine parfois et je le suivais du regard alors qu’il franchissait la porte après m’avoir déposé un léger baiser et surtout m’avoir mise sur le lit, il était vraiment fort pour me porter comme si je n’étais qu’un poids plume. Je me dirigeais tout de suite vers la salle de bain pour regarder le reste des habits dans le sac, je grimaçais il n’y avait rien de sexy du tout, je décidais de garder le short en jean et j’enfilais un débardeur noir ainsi que les converses, je me regardais dans la glace, j’étais loin d’être au top et heureusement que j’avais toujours une trousse à maquillage dans mon sac, je décidais de mettre le paquet sur ça vu que je n’avais pas d’habit avantageux. Je me faisais des yeux de biche et remettait mes boucles en place. Bon ce n’était pas trop mal, alors que je regardais mes chaussures à talons avec tristesse et surtout avec l’envie de les mettre Ezekiel toqua à la porte, enfin j’espérais que ce soit lui. J’ouvrais alors la porte ne m’attendant à rien de spécial et pourtant il se tenait là avec un bouquet de fleur et une chemise blanche impeccable bien que légèrement froissée. « Alors toi tu as le droit de mettre une chemise… Je vais faire tâche à côté de toi maintenant. » Je fronçais les sourcils, et me souvenait qu’on était censé vivre un premier rendez-vous. Donc sans lui laisser en placer une je reparlais tous de suite. « Attend on la refait j’ai gâché le début du rendez-vous. » Je refermais la porte pour la rouvrir tous de suite, je lui offrais mon plus beau sourire comme si de rien était, il allait vraiment me prendre pour une folle mais au fond je m’en fichais espérant qu’il m’aime comme je suis. « Ces fleurs sont magnifiques. » Je lui prenais le bouquet des mains et observer légèrement ce dernier, bon ce n’était pas du grand art et je me demandais ou il avait trouvé ces fleurs, mais c’est l’intention qui compte comme on dit. Je posais les fleurs sur le bureau vieilli par le temps et je prenais mon sac ou se trouvait la couverture et quelques sucreries, j’étais prête à sortir et ça nous ferait le plus grand bien. J’appréhendais tout de même qu’on sorte en public, c’était une première pour nous. Je sortais de la chambre d’hôtel et je le suivais jusqu’à la voiture qu’il avait loué, je me stoppais net à la vision de cette dernière, une énième grimace s’afficha sur mon visage. C’était une épave, même ma voiture était en meilleur état bien que toute cabossée. « Ça roule au moins ce truc ? » Je montais quand même à l’intérieur, regardant les sièges usés comme si ils allaient déteindre sur moi. Je regardais l’habitacle en détail tentant de voir si une araignée ne se balader pas dans le coin. Ezekiel se plaça du côté conducteur et on démarra, je regardais le paysage, tout était si paisible dans cette petite ville et on respectait le silence de la route en ne disant rien. On appréhendait surement ce moment, on sautait encore et toujours de cette falaise sans en voir la fin. Les sentiments naissant en moi m’effrayaient mais pourtant je me sentais à ma place, je savais que cet amour fou était ce que j’avais toujours cherché et j’espérais simplement qu’on ne ruine pas tout par simple frousse. Au bout de quelques minutes on arrivait enfin au cinéma en plein air, il se garait et on sortait de l’épave, je regardais le monde autour de nous, on se serait cru quelques siècles auparavant et je souriais, respirant l’air frais de la nuit. Je m’approchais d’Ezekiel et lui prenais la main pour le guider dans l’obscurité vers un endroit un peu éloigné, je n’aimais pas la foule. J’avais choisi de m’installer sous un arbre, on voyait bien l’écran tout en étant éloigné des autres, on était dans notre petit nid à nous. Je dépliais la couverture sur le sol et je m’installais lui souriant. « On est arrivé au bon moment, dommage qu’on est pas de popcorn mais j’ai pris du chocolat du coup. » En sa présence j’oubliais tous mes soucis et je ne voyais que lui, je savais ce qui se passer dans mon cœur bien que je tentais de faire comme si de rien était, je voulais simplement rester là avec lui tant qu’il me le permettrait.

_________________
I say it's up to fate « Don't want to let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't want to hide the truth.Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel

Revenir en haut Aller en bas

We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lose Control :: Brésil :: Autres villes-