Merci de privilégier les groupes des autorités & les criminels merci.
Nouvelle intrigue, en groupe ou à deux, ou dans le rp commun ICI

Partagez|

Ride or die, remember ? (Cortês ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


AGE : 33 ans
Ma fiche Mes liens [url=http://]Mon portable[/url]

AGE : 37
DC : nan ♥
CRÉDITS : tumblr ; google
MESSAGES : 23
ICI DEPUIS LE : 09/06/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Ride or die, remember ? (Cortês ♥) Dim 16 Juin - 14:56

Ride or die, remember ?


Un choc. Voilà c’qu’elle avait eu en arrivant au point de rendez-vous. Un véritable choc. Tout s’passait exactement comme d’habitude pourtant. Elle avait fais les derniers réglages sur sa RX-7 juste avant de partir, et quand elle était arrivée, tout l’monde était déjà là, et se précipitait pour lui faire la fête. La routine quoi. La course de ce soir se passait dans le centre, et des pick-up avaient déjà bloqués les accès. Les mecs communiquaient par talkies-walkies, et la foule hystérique attendait avec impatience le départ. Tout comme elle, qui allait enfin pouvoir déchainer sa fougue sur le bitume. Elle s’était rangée près des autres concurrents, été sorti, et s’apprêtait à refermer sa voiture, quand elle le vis. « Putain de merde ». Son geste s’arrêta, et elle resta figée, le regard braqué sur lui. C’était comme si la foudre venait d’la frapper. Là-bas, entouré d'sa bande de chiennes en chaleur qui se frottaient d’un peu trop près à son goût, monsieur se pavanait devant sa bagnole, comme au bon vieux temps. Comme s’il avait jamais disparu. Comme si pendant ces huit dernières années, il avait pas été absent des circuits.

Alors brusquement, tout remonta. Joie, douleur, passion, colère, jalousie, amour, haine, l’envie d'lui sauter au cou et en même temps d'lui cracher les pires insultes par la gueule, tout, absolument tout ressorti. C'était comme si pendant huit ans, elle avait erré sur un océan calme et sans vague, et que tout à coup, les eaux se réveillaient, prêtent à s'déchainer. Tel un raz-de-marée qui emporte tout sur son passage. Dévastateur. Elle avait fait le vide pendant toutes ces années, et voilà que tout à coup, il réapparaissait, anéantissant ainsi tous ses efforts... Mais il ne devait pas le voir, non. Il devait pas voir que son retour la troublait, ou provoquait quoi qu'ce soit d’autre chez elle. Elle devait rester calme. L’ignorer, et montrer que de retour ou pas, elle se fichait superbement d’sa présence. Alors elle claqua sa portière, pris la bière qu’on lui tendait et alla rejoindre les autres.

Au bout d’un moment, l’organisateur, un grand black qu’elle connaissait bien, leur fit signe. La nana qui l’accompagnait sauta de la bagnole et vint se placer sur la ligne, devant les participants. C’était l’instant où, d’habitude, le cerveau de Naya se déconnectait d’avec la réalité. Ces quelques secondes avant d'attaquer, où elle faisait le vide. Les cris autour d’elle disparaissaient, aussi bien que les gens. Il n’y avait plus que son souffle, de plus en plus contrôlé, et la légère pression de son pied sur l’accélérateur, prêt à enfoncer la pédale à la seconde où barbie leur donnerait le départ... Mais cette fois, y’avait rien à faire. Elle arrivait pas à se concentrer, où à garder son attention sur la route qui s’ouvrait devant eux. Y’avait quelque chose, et ce quelque chose se trouvait juste à côté. Un instant, elle tourna la tête, planta ses yeux sombres dans ceux de son ancien partenaire, et le défia du regard. Le genre de regard qui voulait dire que ce soir c’était la guerre, et qu’elle n’aurait pas d’pitié.

Puis dans l'rugissement féroce des moteurs, les bagnoles s’élancèrent à pleine vitesse. Trois devant elle, cinq derrière. En quelques mètres, elle gagna du terrain, et ils furent plus qu’deux. Lui et elle, comme avant. La lutte pouvait enfin commencer…

[…]

« Alors Santiago, on s’fait ridiculiser par un mec qu’à pas touché un volant pendant huit ans ? C’est pas lui qui d’vrait être rouillé pourtant ? »
« Et mon poing dans ta face, tu veux aussi vérifier s'il est rouillé peut être !? »


C’était sur, ce soir elle allait en éclater un avant la fin. Son retour suffisait pas, il fallait que tout l’monde en remette une couche en lui rappelant bien que son règne de reine du rodéo était fini. Bordel. Les nerfs à vif, il valait mieux qu’elle s’éloigne avant que ça tourne mal. Elle attrapa donc une bière, ferma son bolide et s’éloigna immédiatement de la foule pour se calmer...

_________________

One shot, everything rides on tonight, Even if I've got three strikes, I'mma go for it, This moment, we own it, A, I'm not to be played with, Because it can get dangerous, See these people I ride with, This moment, we own it.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 40 ans
[url=http://]Ma fiche[/url] [url=http://]Mes liens[/url] [url=http://]Mon portable[/url]

AGE : 26
DC : Aucun
CRÉDITS : Arya
MESSAGES : 25
ICI DEPUIS LE : 05/06/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: Ride or die, remember ? (Cortês ♥) Lun 17 Juin - 12:48



    Huit ans... Huit ans que Carlos n'avait pas pu goûté aux joies de la liberté, huit ans qu'il n'avait pas pu touché au volant d'une voiture, de sa voiture... Le voilà à présent de l'autre côté des barreaux et une chose était sûr, il n'allait pas attendre pour rattraper tout ce temps de perdu. L'homme fit un dernier salut à ses compagnons de cellule avant de prendre le chemin de la sortie et la première personne qu'il vit à l'extérieure fut sa petite soeur, celle qu'il a toujours protégé, celle pour qui il s'était battu des centaines de fois parce que des mecs ont osé la regarder d'un peu trop près à son goût. Il la serra dans ses bras, elle était devenue une femme, une vraie, elle n'était plus cette petite gamine qui courrait derrière lui parce qu'elle voulait faire un tour de voiture... L'aîné des Cortês revit toute sa famille au complet, tous étaient heureux de le revoir en pleine forme, il fallait bien avouer que les prisons du pays étaient loin d'être les plus calmes. 

    Sans perdre plus de temps, l'homme se dirigea vers sa voiture, une chevrolet chevelle ss 1970, son bijou, son porte bonheur. Maintenant qu'il n'avait plus de femme à ses côtés, il n'y avait plus que sa caisse... Ses frères avaient continué l'activité du garage pendant son absence, ils avaient fait du bon boulot d'après les dire et il était fier de ces deux là. L'un d'eux lui annonça qu'il y avait une course ce soir, au centre de Rio, celui-ci avait déjà annoncé le retour de Cortês à l'organisateur, le roi du bitume faisait enfin son come back. Lorsqu'il arriva, tout le monde se précipita vers lui, personne ne l'avait oublié, depuis toutes ces années il était devenu comme une légende ici... Quand il sortit de sa caisse, des filles s'agrippèrent à lui comme si elles étaient en chaleur, ce n'était pas pour déplaire à Carlos. Il profita du peu de temps qui lui restait pour faire quelques retouches sur sa voiture avant de chopper une bière et de la vider entièrement. C'est alors que la foule se tourna en écoutant le moteur d'une voiture qui ne passait pas inaperçue, c'était elle, celle qui l'avait battu autrefois, la seule d'ailleurs...

    Carlos afficha un léger sourire en coin, cette course allait être beaucoup plus intéressante que prévu à vrai dire. La revoir lui fit remonter des dizaines de souvenirs, leurs courses, leurs beuveries, leurs rires aussi... Il a toujours été attiré par ce petit bout de femme au caractère bien trempé même si il le cachait par respect pour son épouse. L'heure était arrivée pour les concurrents de se mettre sur la ligne de départ, il plaça sa caisse juste à côté de celle de Naya, ils échangèrent un bref regard et l'homme lui lança u petit clin d'oeil histoire de la déstabiliser un peu plus... Il n'avait pas le droit de perdre cette course, pas ce soir ! Les rugissements se firent entendre dans toute la ville et les voitures s'élancèrent. Ils n'étaient plus que deux comme d'habitude et cette fois-ci s'était à son tour de remporter la partie sur le fil. Tout le monde courra vers lui pour le féliciter avant de recevoir ses billets.. 

    Carlos chercha la jolie brune du regard, celle-ci s'éloigna de la foule après avoir insulté un homme comme il fallait. Il sourit puis attrapa une bière avant de rejoindre l'ancienne championne maintenant. " J'vois que tu as pas perdu ton franc parler... Moi qui pensais que tu serais heureuse de me revoir !" L'homme ne pouvait s'empêcher de fixer la belle, elle n'avait pas changer en huit ans, toujours aussi sulfureuse. "J'suis content de t'revoir Naya..." Carlos leva sa bière pour trinquer avec elle.. " Racontes moi ce qu'il s'est passé ici durant mon absence.. J'vois juste que t'es toujours une pro du bitume même si ce soir t'es détrôné !"
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 33 ans
Ma fiche Mes liens [url=http://]Mon portable[/url]

AGE : 37
DC : nan ♥
CRÉDITS : tumblr ; google
MESSAGES : 23
ICI DEPUIS LE : 09/06/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: Ride or die, remember ? (Cortês ♥) Lun 17 Juin - 15:36

Heureuse de le revoir ? Sourire amer et regard fuyant. Tentative désespérée pour sauver les apparences, et essayer d’lui faire gober tout l’inverse : « non Cortês, j’m’en fous d’toi maintenant, tu vois, t’as tes groupies, ta femme, moi tu peux m’oublier, t’es rien pour moi, on est plus rien l’un pour l’autre. ». Tentative complètement inutile. Pauvre idiote. Parce qu’il suffisait d’la connaitre suffisamment, pour deviner qu’au fond, c’était tout l’contraire qu’elle ressentait, même si ça, elle était bien trop fière pour l’avouer. C’était p’t’être une dure à cuire, une nana aussi fougueuse qu’indomptable, mais comme tout l’monde, elle avait ses faiblesses. Ou plutôt, sa faiblesse. Non elle n’était pas infaillible, et c’était dur à accepter.

On dit qu’le temps efface les blessures, apaise les maux, guérit les cœurs. Qu’avec lui tout s’en va. Pourtant dans son cœur, rien n’avait changé, même après huit ans. Mais pouvait-elle seulement le dire ? De c’qu’elle savait, il avait une femme, et Naya n’était pas du genre à vouloir foutre la merde dans un couple. Alors… Alors quand Cortês s’était retrouvé en taule, elle avait dû faire un choix. On peut pas s’tourner vers l’avenir en vivant dans le passé. Et Cortês, c’était son passé. Avec ses joies, ses bon moments, ses cuites, ses soirées, ses courses… Comme un rayon de soleil qui avait su mettre un peu de lumière sans sa triste vie, à elle, l’orpheline. Et puis il avait disparu, et elle avait dû apprendre à vivre avec. A présent, les choses n’étaient plus les mêmes. Mieux valait qu’elle le tienne à distance. Parce que c’était plus facile de fuir quelqu’un, plutôt qu’de rester prêt de lui, à feindre l’indifférence, à étouffer ses véritables sentiments.


- Tu voulais pas non plus que j’te saute dans les bras ? J’pense que t’as eu assez de groupies pour ça ce soir.

Elle avala une longue gorgée de bière pour s’donner du courage, et se tourna vers lui. Après huit ans, elle arrivait enfin à lui faire face. Un léger sourire sur les lèvres pour rien laisser paraitre, elle lui donna un petit coup d’épaule amical avant de plonger ses yeux dans les siens.

- J’suis contente pour toi aussi... J’veux dire, d’être enfin sorti. A ta place j’aurai péter les plombs depuis longtemps là bas...

Et elle était sincère. Peut importe ce qu’elle ressentait à cet instant. Même si elle lui en voulait de refaire brusquement irruption sans sa vie, elle était heureuse pour lui. Des oiseaux libres comme eux n’avaient rien à faire en cage, ou avec des chaînes aux pieds. Dans la même situation, elle aurait cent fois préféré mourir.

- Comme tu peux l’deviner, ton départ a foutu un sacré coup à tout l’monde. Mais le business a vite repris le dessus. Pendant des mois ça a été la gué-guerre pour savoir qui serait le nouveau roi. Au final j’leur ai fais fermer leurs gueules à tous...

Puis elle termina sa bière, avant de s’éloigner de quelques pas pour aller se poser sur le bord d’un trottoir.

- Mais comme tu dis Cortês, t’as été absent. Longtemps. Les choses ont changé depuis...

« Comme toi et moi, par exemple. », même si elle osait pas s’aventurer sur ce terrain glissant… De simples potes ? Etait-ce seulement encore possible ? Ce n’était pas seulement le temps qui était passé, mais elle aussi, qui avait changé. Déjà pas facile quand il l’avait connu, la folie de Rio l’avait rendu encore plus sauvage, encore plus méfiante, encore plus farouche, pour pouvoir s’en sortir seule, sans famille pour l’aider. Au final, le côté obscur de la ville avait eu raison d’elle.

_________________

One shot, everything rides on tonight, Even if I've got three strikes, I'mma go for it, This moment, we own it, A, I'm not to be played with, Because it can get dangerous, See these people I ride with, This moment, we own it.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 40 ans
[url=http://]Ma fiche[/url] [url=http://]Mes liens[/url] [url=http://]Mon portable[/url]

AGE : 26
DC : Aucun
CRÉDITS : Arya
MESSAGES : 25
ICI DEPUIS LE : 05/06/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: Ride or die, remember ? (Cortês ♥) Mer 19 Juin - 10:17


    Naya était une personne très importante pour Carlos, elle était comme son double au féminin, un caractère indomptable et un amour pour les voitures...Si il n'aurait pas été marié durant tout ce temps celui-ci n'aurait pas perdu une seconde de plus pour se jeter sur ses lèvres, elle l'attirait sans cesse et à chaque fois que les jours passaient ils voulaient rester un peu plus à ses côtés. Cette amitié beaucoup trop compliqué n'a jamais pu évoluer comme ils le voulaient, son séjour en prison avait changé sa vie. Carlos n'a jamais ce qu'elle pouvait ressentir pour lui, est-ce qu'il était le seul à ressentir ce petit quelque chose qui faisait toute la différence, ce petite truc qui faisait qui faisait que la personne en face de nous était beaucoup plus importante qu'on ne le pensait. Pendant huit ans il n'avait eu aucune nouvelles d'elle, même si cela pouvait le décevoir, il connaissait parfaitement le caractère de la jeune femme et savait qu'elle devait avancer sans lui malheureusement. Le jolie brune lui sortit qu'il avait déjà eu assez de groupies comme ça pour la soirée et qu'elle n'allait tout de même pas se jeter dans ses bras. L’aîné des Cortês ne put s'empêcher d'afficher un léger sourire avant de rire, il avala une gorgée de sa boisson avant de déposer ses yeux sur ceux de Naya..

    Ca aurait été surprenant... Mais plaisant à la fois. Disons qu'elles n'ont pas oublié qui était le roi des favelas...

    Carlos était devenu une vraie légende à Rio, malgré huit ans de prison personne ne l'avait oublié, certains sont mort à cause d'une guerre de gangs tandis que d'autres ont réussi à quitter le pays avec leur famille. L'homme n'a jamais pu quitter cette ville et sa Favela malgré tous ces morts, c'était sa ville natale, sa culture et peu ce que les gens pouvaient penser. Il fallait bien l'avouer qu'en partant il avait laisser son titre de champion, il savait que ça allait être la guerre pour savoir qui serait le nouveau roi. Sans surprise se fut Naya qui hérita de cette chance, en même temps il ne voyait personne d'autre qu'elle, elle avait le caractère pour se faire respecter par les hommes du coin. 

    Alors j'avais raison.. En taule j'ai parié que tu serais la nouvelle reine et je vois que j'me suis pas trompé.

    Carlos observa la jeune femme partir s'asseoir sur le bord du trottoir, il attendit qu'elle finisse sa phrase avant de partir la rejoindre. Pour la première fois, le bad boy n'avait pas son regard plongé dans le sien, mais celui-ci regardait au loin, sa ville...

    Oui.. Les choses ont changé.. Sauf moi. Je n'ai jamais pu changer pour ma femme qui me demandait d'arrêter ces conneries, que j'allais finir par me faire tuer... C'est ce que je suis, un besoin d'adrénaline constant, c'est une drogue et j'ne pourrais jamais y mettre un trait.. Du coup elle est partit sans rien dire alors que moi je partais en taule.. Je ne l'ai plus jamais revus.
     
    L'homme fit une pose, parler de sa femme était encore un sujet compliqué, il n'aimait pas vraiment en parler et pourtant il en avait parfois besoin. Un sourire nerveux s'afficha sur ses lèvres avant de reprendre..

    Me voilà seul... Enfin j'ai toujours ma famille c'est c'qui compte... Et toi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 33 ans
Ma fiche Mes liens [url=http://]Mon portable[/url]

AGE : 37
DC : nan ♥
CRÉDITS : tumblr ; google
MESSAGES : 23
ICI DEPUIS LE : 09/06/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: Ride or die, remember ? (Cortês ♥) Mer 19 Juin - 18:13

Elle avait vraiment du mal à s’comprendre elle-même parfois, tellement elle était indécise,  compliquée et contradictoire, surtout quand il s’agissait d’lui. D’un côté, elle voulait pas revenir. Elle s’en sentait pas la force. Elle voulait pas reprendre leur relation là où elle s’était arrêtée, un peu comme le film qu’on glisse dans le lecteur et qu’on met sur « pause » le temps de faire autre chose, puis qu’on remet en marche quand bon nous semble, comme si rien ne l’avait jamais interrompu. Et si ça recommençait ? Et s’il repartait, s’il se faisait encore coincer, s’il disparaissait à nouveau ? Elle savait très bien qu’ce mec s’arrêterait jamais, elle était pareille  après tout, et c’est comme ça qu’elle l’aimait. Mais risquer d’le perdre, d’se retrouver seule encore une fois, d’être blessée, était pt’être la seule folie qu’elle hésitait à tenter… Si seulement il pouvait comprendre c’qu’elle ressentait, au fond. C’qu’elle avait ressenti, le jour où elle avait appris qu’il s’était fait coffrer. C’qu’elle avait ressenti au moment où elle prenait conscience que la vie lui arrachait à nouveau une personne chère à son cœur. La douleur, mais aussi la haine et la rage grandissante qui grondait en elle, comme elles avaient grondé autrefois, quand elle avait vu sa famille s’faire descendre devant elle. Que lui restait-il après ça ? Un désespoir pitoyable qu’elle étouffa à grand coup d’rodéos et de trafics en tout genre. Parce que c’était la seule chose qu’elle avait ici. Quand on perd les seules personnes qui vous font vous sentir vivantes, vous vous mettez à risquer votre vie, de toutes les manières possibles. Parce qu’il n’y a qu’en défiant la mort, qu’on prend vraiment conscience de la vie.

D’un autre côté, ils avaient partagé tellement de choses, que c’était difficile de tout effacer.  Elle avait toujours regretté le fait qu’il ait une femme, et s’était demandé plusieurs fois comment ça s’serait finit entre eux, si elle avait pas été là. Alors forcément, c’qu’il venait de lâcher était comme une bombe. Une bombe qui venait subitement foutre un sacré bordel dans sa tête. Comme s’il y en avait pas déjà assez. Pourquoi est-ce qu’il lui disait ça maintenant ? Pourquoi ressentait-il ce besoin  de lui confier ce détail ? Il pouvait pas  simplement la fermer, non ? Ça aurait simplifié pas mal de choses…

Elle essaya cependant de mettre de côté ses émotions, et posa une main sur son bras qu’elle pressa doucement. Geste timide pour essayer d’le réconforter. Elle resta sans voix quelques instants, ne sachant trop quoi dire dans ce genre de situation. Etre désolé ? A quoi bon, elle l’était pas, et n’était pas non plus c’genre de fille à sortir des belles phrases et à faire semblant pour compatir à la douleur des autres. Comme d’habitude, elle lâcha simplement c’qu’elle pensait vraiment, sans fioritures.


- Je l’ignorais. J’suppose que ça doit pas être facile à vivre. En même temps… On demande pas aux gens qu’on aime de changer. C’est pas possible de toute façon. On prend une personne comme elle est, ou on la prend pas. Si elle a pas compris cette partie de toi, si elle l’a pas accepté, c’est p’t’être qu’au final, elle était pas faite pour toi. Si c’est un mec rangé qu’elle voulait, elle avait qu’à épouser un avocat ou un médecin, t’aurais dû lui dire. T’en trouveras une autre, le monde s’arrête pas de tourner pour une nana, Cortês.

Du Santiago tout craché. Qu’sa réponse lui plaise ou non, elle était cash, elle voyait rien d’autre à dire. Et puis il avait la chance d’avoir encore sa famille comme il disait si bien, contrairement à elle, qui l’avait perdu. C’était le plus important. « Et la chance de l’avoir elle… ». La phrase qu’elle avait tant redoutée. Instinctivement, elle lâcha son bras et détourna le regard en se mordant la lèvre, comme soudainement captivée par l’autre côté de la rue. « Tais-toi, idiot, tu s’sais pas c’que tu dis... ferme-la… ». A cet instant, elle s’serait volontiers jetée impulsivement sur ses lèvres pour lui faire oublier, et lui dire qu’elle, c’était bien le mauvais garçon qu’elle voulait, que jamais elle lui tournerait le dos. Mais ses hésitations étaient plus fortes, et elle renonça.

- C’est vrai qu’on faisait plutôt une bonne équipe… Tu veux une autre bière ? J’vais en chercher.

Ou comment continuer à esquiver c’qu’elle arrivait pas à avouer. Elle se leva et parti en direction du groupe qui continuait à faire la fête. Ce qu’elle avait besoin, la, de suite ? Arrêter de réfléchir et d’se poser des questions. Juste profiter, et s’vider la tête. Elle observa Carlos de loin quelques instants, et se souvint brusquement de leur première rencontre, de la façon dont elle l’avait ridiculisé pendant la course. Puis la fête, la même que ce soir, et l’état pitoyable dans lequel elle avait fini, à trop vouloir fêter sa victoire. Lui, qui avait ensuite décidé d’être son preux chevalier en la surveillant comme une gamine qui venait de prendre sa première cuite… Et la façon dont elle l’avait envoyé sur les roses. Quel romantisme. Sacrée soirée aussi, et à ce souvenir, un sourire apparut sur ses lèvres. C’est vrai qu’ça lui manquait. Peut être qu’elle devait arrêter après tout. Arrêter de fuir, et à défaut de pouvoir espérer plus, profiter simplement de l’amitié qu’il lui offrait. Un lien comme le leur était si rare, avait-elle seulement le droit de le rompre…  

Une bouteille dans chaque main, elle revint se planter devant lui et lui tendit sa bière.


- Du coup c’est quoi la suite ? On reste là à continuer de discuter comme des vieux ou…

Elle inspira un instant, convaincu qu’ça aller déraper, qu’elle allait finir par craquer, ou faire un truc qu’elle pourrait regretter, mais après tout, elle avait toujours vécu au jour le jour, sans s’inquiéter des conséquences ou des lendemains. Pourquoi changer maintenant ? Au pire, elle pourrait toujours prendre sa caisse et fuir quand le moment serait venu. Pour l’heure, elle n’en avait plus envie.

- … ou on fête ta liberté comme il se doit ?

Main tendue pour l’aider à se relever, elle planta ses yeux dans les siens et retrouva ce sourire complice, qu’elle lui avait souvent adressé autrefois. Comme une invitation, à essayer d’appuyer sur le bouton « play » et reprendre là où ils s’étaient arrêtés.


(Désolé pour la longueur ^^' Et j'me suis permise de prendre des libertés sur leur première rencontre, j'espère que tu ne m'en voudras pas ♥)

_________________

One shot, everything rides on tonight, Even if I've got three strikes, I'mma go for it, This moment, we own it, A, I'm not to be played with, Because it can get dangerous, See these people I ride with, This moment, we own it.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 40 ans
[url=http://]Ma fiche[/url] [url=http://]Mes liens[/url] [url=http://]Mon portable[/url]

AGE : 26
DC : Aucun
CRÉDITS : Arya
MESSAGES : 25
ICI DEPUIS LE : 05/06/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: Ride or die, remember ? (Cortês ♥) Mer 19 Juin - 22:28


    Carlos a toujours été comme ça, un homme qui vivait au jour le jour, il ne savait jamais de quoi demain sera fait et pour tout avouer c'était son mode de vie. Il n'aurait jamais arrêté ses trafics et ses courses pour rien au monde, il a grandis avec ça et mourra sûrement de la même façon. Sa femme n'avait jamais compris pourquoi il se mettait en danger comme ça, c'était juste un besoin, une envie indomptable de ressentir cette adrénaline au quotidien. Elle n'a jamais réussi à le cerner véritablement au contraire de Naya, celle qui était comme lui, une orpheline qui n'avait plus rien à perdre en venant ici, dans la ville de tous les dangers. Il a de suite su créer une sorte de complicité avec elle, un mélange certain entre amitié et ambiguïté, il était attiré par elle, son caractère, son mode de vie, elle était comme lui... 

    Carlos n'a jamais été très bavard, il a toujours su garder en lui ses problèmes et ses questions, et pourtant ce soir, il ressentait un besoin de lui confier certaines choses. Il savait qu'elle n'allait porter aucun jugements sur lui et c'était sûrement pour ça qu'il lui balançait tout ce qui lui portait à coeur. L'homme ne savait si ce qu'il venait de lui dire avait un sens pour elle, d'un côté il espérait que oui mais ça il n'osera jamais se l'avouer. Le jeune Cortês sentit alors la main de la belle venir se poser sur son avant bras, à ce moment là de légers frissons parcoururent son corps sans qu'il ne puisse en expliquer la raison. Malgré sa tournure, ses phrases avaient un sens et Carlos le ressentait parfaitement bien.

    T'as p'tete raison... En même temps qui pourrait accepter un homme qui peut mourir du jour au lendemain, quelqu'un pour qui le danger est sa propre religion. Peut-être que je devrais me contenter de simples nanas d'un soir... C'est pas ce qui manque à Rio.

    L'aîné des Cortês sentit la main de Santiago se détacher sans vraiment savoir pourquoi, d'ailleurs il ne se posait pas trop la question. Celle-ci lui proposa une autre bière, il ne suffit que d'un signe de tête de la part du brun pour qu'elle se lève et qu'elle en chercher d'autres. Carlos ne put s'empêcher de la regarder partir au loin, en pointant ses yeux sur elle il ne put s'empêcher de sourire, fallait bien avouer que ses formes ne lui déplaisait pas. Naya a toujours attiré beaucoup d'hommes, son tempérament faisait d'elle une femme quasi inaccessible, chose qui intriguait encore plus le roi de la course. Lorsqu'elle revint Carlos prit la bière qu'elle lui tendait avant d'en boire une grosse gorgée. Il était temps d'allait fêter son grand retour, aidé par Naya, Carlos se releva...

    T'as raison... Allons fêter ça avec les nôtres !

    Carlos sourit puis mit son bras sur les épaules de Santiago avant de prendre la direction de la foule. Les deux étaient acclamés, les experts du bitume étaient de retour et non pour déplaire aux autres. L'homme revit certaines connaissances et la fête battait son plein. La musique résonnait dans les caisses et tout le monde dansait autour, des couples se formaient, des baisers s'échangeaient, des bières se finissaient, c'était ça sa vie... Soudain une chanson qu'il appréciait fit son apparition, Carlos ne put s'empêcher de tendre sa main vers elle..

    Une danse ça te dit... comme au bon vieux temps.

    (A ta guise !! Ca me va très bien ! <3)
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 33 ans
Ma fiche Mes liens [url=http://]Mon portable[/url]

AGE : 37
DC : nan ♥
CRÉDITS : tumblr ; google
MESSAGES : 23
ICI DEPUIS LE : 09/06/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: Ride or die, remember ? (Cortês ♥) Jeu 20 Juin - 10:52

Quelqu’un qui avait pas grandi ici, dans les Favelas, comme lui, comme elle, comme eux, pouvait pas comprendre. La misère, l’sentiment d’insécurité perpétuelle, la violence, les règlements d’compte, et l’acharnement douteux des flics, à essayer d’mater la rébellion plutôt qu’d’essayer d’aider les gens, vous poussaient à faire un choix. Celui d’laisser la peur dominer, d’rester dans le droit chemin, à subir toute cette folie, à arrêter d’vivre et s’laisser engloutir par ces quartiers. Ou au contraire, faire d’la peur un sentiment qui vous rend encore plus fort, encore plus tenace, encore plus sauvage, et qui s’transforme petit à petit en ce désir avide d’leur dire non, et d’refuser de baisser les yeux. Des caractères forts comme les leurs ne pouvaient pas s’arrêter. Ils avaient choisis d’rompre les chaînes, d’prendre une autre route que celle que leur imposait cette société, d’ne pas êtres comme tous ces gens qui croupissaient ici dans l’malheur et la désolation. Et ce, quelqu’en soit les risques. Ils préféraient mille fois vivre ainsi. Sans savoir de quoi demain serait fait, sans savoir s’ils seraient toujours vivant ou pas. Mais qu’importe ? Au moins ils auraient vécu comme bon leur semblait, sans baisser la tête, sans obéir, sans se soumettre comme des animaux bien dressés. C’était pour toutes ces raisons qu’elle avait aussi voué une admiration et une fidélité sans limite à Cortês depuis toujours. Qu’elle en était tombé amoureuse, elle qui pourtant n’était pas si facile à impressionner. Pour tout c’qu’il représentait. Et si quelqu’un n’comprenait pas ça, pour Naya c’était clair, la personne dégageait.

C’était plutôt l’contraire, qu’elle avait du mal à tolérer. Tous ces gens qui justement choisissaient l’silence et la soumission. L’injustice, et le dédain des autres, les riches, les flics, les politiques, tous ceux qui étaient du bon côté d’la barrière. Et elle, c’était bien avec un d’ces mecs, dont la vie était parfaitement rangée et sans risques, qu’elle refusait d’partager sa vie. Question d’principes.

Après avoir vidé la moitié d’sa bière, elle passa à son tour un bras autour d’la taille de son ancien partenaire, et se rapprocha d’la fête. La musique et l’ambiance gommait déjà toutes ses tentatives pour essayer d’garder le contrôle en sa présence. Elle redevenait elle-même, la tigresse au franc-parler, et aux réactions spontanées, qui fonçait dans le tas comme un roc indestructible. A peine avait-elle rejoint le groupe, qu’elle lançait ses piques habituelles, toujours un peu plus aiguisées à chaque bière qu’elle terminait, jusqu’au moment où elle entendit à son tour la chanson. Leur chanson, à eux. Ça, elle ne l’avait pas oublié. Instinctivement, elle se tourna vers Cortês, qui lui tendait déjà une main dont elle s’empara sans hésiter, et arqua un sourcil, une lueur légèrement provocatrice dans le regard.


- T’as intérêt à pas descendre ta main trop bas cette fois, si tu veux pas une réaction incontrôlée d’la mienne... Lui murmura-t-elle à l’oreille.

C’était bien l’exception qui confirmait la règle. Elles s’comptaient sur les doigts d’une main, les rares fois ou elle avait accepté de danser, et bizarrement, c’était toujours avec le même homme. Pas qu’elle savait pas, non. Ça lui passait simplement au dessus. Comme toutes ces choses qu’la plupart des autres nanas faisaient pour plaire aux mecs.

Sans le quitter du regard, elle se rapprocha lentement, jusqu’à c’que son corps se retrouve progressivement collé contre le sien, et accompagne le rythme lent et sensuel de la mélodie. Le regard bien ancré dans celui de Cortês, elle sentit un léger frisson la parcourir. Tout à coup, elle ne calculait plus c’qui se passait autour, mais profitait simplement de l’instant... Comme si lui, avait enfin réussi à faire voler en éclat toutes les barrières qu’elles s’étaient imposées…

Ce n’est qu’au moment où l’alerte fut donnée qu’elle repris conscience de ce qui s’passait. Comme un rappel à l’ordre. Une mise en garde, pour avoir joué d’un peu trop près avec le feu.


- Et merde, les flics débarquent les gars, la fête est fini, cassez-vous !

Au loin, on pouvaient déjà entendre les sirènes des cow-boys qui venaient de lancer l’assaut. Pas l’temps de trainer, elle se détacha brusquement de Carlos, prête à suivre le mouvement.

- J’crois qu’on va devoir remettre ça à plus tard, contente de t’avoir revu Cortês !

Et sur ce, elle se précipita vers sa RX-7, tandis que la plupart commençait déjà à déguerpir en vitesse.

_________________

One shot, everything rides on tonight, Even if I've got three strikes, I'mma go for it, This moment, we own it, A, I'm not to be played with, Because it can get dangerous, See these people I ride with, This moment, we own it.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Ride or die, remember ? (Cortês ♥)

Revenir en haut Aller en bas

Ride or die, remember ? (Cortês ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lose Control :: Rio de Janeiro :: Centre ville :: Catumbi-