Merci de privilégier les groupes des autorités & les criminels merci.
Nouvelle intrigue, en groupe ou à deux, ou dans le rp commun ICI

Partagez|

We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar


AGE : 26 ans

DC : Nope
CRÉDITS : Bazzart & Tumblr
MESSAGES : 132
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f75-loft-d-ezekiel-j-guerrer



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Sam 4 Mai - 22:04



every teardrop is a waterfall.



Les doigts habiles du jeune homme effleuraient la porte. Il restait là, comme paralysé. Tirant maladroitement sur les pants de sa chemise, il soupira. Sa nervosité le rendait ridicule. La scène ressemblait à s’y méprendre au genre de moment que l’on pouvait voir dans les films sur des lycéens s’apprêtant à vivre leur premier bal de promo. Dans ses souvenirs, cela n’avait été qu’une beuverie à laquelle il s’était rendu seul pour finalement se retrouver dans une chambre d’adolescent lui offrant sa virginité. Certainement qu’elle le prenait pour l’homme de sa vie. A l’époque, il n’avait été sans scrupule profitant des rêveries d’une pucelle. Sa conscience ne fonctionnait pas correctement, ce n’était pas une excuse, juste un fait. Ce soir c’était différent. Ses mains étaient moites, sa gorge, sèche, quant à son cœur… Il lui faisait subir d’atroces variations. Prenant son courage à deux mains après avoir auparavant jeté un coup d’œil à sa montre, le brésilien consentit à frapper trois coups. La porte s’ouvrit à la volée laissant ainsi découvrir Roza légèrement maquillée et apprêtée bien plus sobrement qu’elle ne l’aurait voulu. Sa bouche s’ouvrit quelque peu face aux reproches de la demoiselle qui referma aussitôt la porte en prétextant vouloir refaire la scène. Il écarta alors les bras en baissant la tête vers sa tenue qui n’avait rien d’extraordinaire. La gent féminine pouvait être particulièrement étrange par moment. Faisant fi de ce coup de sang, Ezekiel fit à nouveau face à la jeune femme, lui offrant son plus beau sourire en tendant le bouquet en sa direction. « Ravi qu’elles te plaisent. » Répondit il sobrement sans se départir de son éternel sourire en coin. S’effaçant pour la laisser sortir, ils rejoignirent ensemble le parking éclairé par le seul biais de lampadaires vieillissant et dont les ampoules s’allumaient et s’éteignaient par intermittences. Charmant. Riant à la suite de la remarque qu’elle lui fit, l’ancien militaire fit le tour de la voiture pour lui ouvrir la portière passagère… « Mes parents n’ont pas voulu m’en acheter une neuve… » Chuchota-t-il au creux de son oreille. Une remarque humoristique visant à rappeler l’état de stress dans lequel pouvait se mettre deux adolescents lors de leur première sortie. Il s’installa au volant de la voiture, pour répondre quant à l’état de marche du véhicule, Ezekiel se contenta de mettre en marche faisant du même coup rugir le moteur en parfait état en comparaison à la carcasse extérieure.

Une demi heure suffit aux amants pour atteindre le cinéma en plein air qui se trouvait dans une clairière en bordure de la ville. L’écran géant grésillait pour l’instant, signe de sa mise en marche. Ils ne rateraient pas le début du film au moins. Tout semblait si calme, si paisible. Vu le monde, les trois quarts de la bourgade devaient s’être donné rendez-vous ici. On ne pouvait pas les blâmer vu le peu d’activité qui devait avoir lieu chez eux ! Entrelaçant ses doigts à ceux de Roza qui prit sa main, il se laissa diriger vers un endroit à l’écart de la foule. Prenant place contre l’arbre derrière eux, il ne lui laissa pas le temps de réagir que déjà il la prenait dans ses bras pour qu’elle s’installe contre lui, entre ses jambes. « Fais attention à ne pas trop en manger, il paraît que c’est aphrodisiaque. » Déclara-t-il d’un air faussement innocent. Le film commençait à peine et la qualité surprit Ezekiel qui s’attendait au même genre de navet auquel ils avaient tout deux eu droit précédemment. Il n’avait aucune idée concernant la trame du film, seul indice les chauves souris dessinées sur les panneaux indiquant l’endroit. Un film d’horreur portant sur les vampires sans doute. Peu importait le sujet, la présence de Roza suffisait à rendre la soirée belle. En sentant le vent frais, il aperçu quelques frissons sur les bras dénudés de cette dernière. Tout en se décalant, le jeune homme enleva sa veste en cuir qu’il déposa délicatement sur les épaules de la demoiselle avant de la ramener à lui en l’entourant de ses bras qui se voulaient protecteur et source de chaleur supplémentaire. « Si tu as trop froid on pourra toujours retourner dans la voiture. » Ce geste faisait cliché mais n’ayant d’autre solution, il avait opté sur celle-ci. Puis, n’était ce pas comme cela qu’il fallait agir lors d’un premier rendez-vous ?
made by pandora.




_________________
hold your breath...
Mais si je m'en sors, sans bleu au corps. Être normal pour être bien, effacer quelques lignes de ma main. Et si je m'en sors, je veux encore sentir la chaleur de ce beau matin, ensemble, alliés contre un drôle de destin...©️ sweet peach
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 24 ans

DC : Je suis unique
CRÉDITS : STEREO LOVE
MESSAGES : 122
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f78-appartement-de-roza-s-yu



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Sam 4 Mai - 22:45

Je me sentais presque ridicule à vouloir rejouer la scène mais je voulais que cette soirée soit parfaite, puis il avait fait tellement d’effort avec les fleurs que je ne voulais pas qu’on parte sur une mauvaise note. Je le suivais jusqu’à la voiture et je riais face à sa petite blague, c’est vrai qu’on aurait dit deux adolescents vu nos attitudes, on était surement tous les deux stressés, ce n’était pas dans mes habitudes d’ailleurs, je n’étais pas du genre à avoir peur mais c’était surement dû aux sentiments que je ressentais à l’égard d’Ezekiel. L’amour est un sentiment étrange quand même, il suffisait d’un regard sur lui pour que je me sente tous de suite bien, quand il s’éloignait de moi et me repousser je me sentais au plus bas, je passais d’un sentiment à l’autre en quelques secondes. Mon cœur était sur des montagnes russes et je me demandais quand le tour de manège serait terminé bien que je n’avais pas envie qu’il y est une fin. Cependant de l’amour à la haine il n’y a qu’un pas et vu nos antécédents je restais sur mes gardes, j’avais peur de souffrir car ça allait probablement être le cas. Je m’étais attachée si vite à lui, j’aurais dû m’en douter dès le premier regard j’avais su qu’il avait quelque chose de spécial. Pourtant ce petit moment de paradis ne garantissait rien, une fois de retour à Rio on retournerait peut-être dans nos mauvaises habitudes et tout ça se terminerait en cris et bagarres. Je ne devais pas oublier ce qu’il était, qui plus est sa différence et le fait qu’il ne ressente pas les sentiments comme moi m’inquiétaient. Je commençais à tomber amoureuse petit à petit et le jour où je m’en rendrais compte j’allais surement tout faire pour le repousser, je faisais toujours ça malgré moi. Comme si je n’acceptais pas le bonheur, mais j’avais l’impression qu’être heureuse n’est pas quelque chose pour moi. Etre dans une relation et dépendre de lui me donnait envie de fuir car c’est ça l’amour en quelque sorte, notre cœur dépend d’une personne et si il savait le pouvoir qu’il avait sur ce dernier il prendrait surement un malin plaisir à l’écraser. Non pas qu’Ezekiel soit mauvais, je savais qu’au fond de lui et derrière cette carapace il y avait quelqu’un d’attendrissant mais qui peut m’assurer qu’il ne me blessera jamais ? Ou l’inverse qui sait. Mais alors qu’on arrivait et que je sentais sa main dans la mienne, ses doigts s’entrelaçaient aux miens je ne doutais plus, je me rappelais qu’il avait fui pour moi et même si il me faisait souffrir un jour ce soir tout allait se passer bien. On arrivait dans un coin à l’écart et j’atterri dans ses bras, je me sentais à ma place, comme si mon corps avait cherché durant longtemps le sien pour être en sécurité. Mon esprit était calme comme une petite rivière tranquille, mon cœur se sentait rassurer grâce à cette proximité et tout semblait aller pour le mieux. « Je te l’ai dit plus tôt je ne couche pas au premier rendez-vous je suis une lady. » Je riais légèrement, me faire passer pour une prude ne risquait pas de fonctionner vu que j’étais montée à califourchon sur lui plus tôt et que c’était ainsi qu’on avait fini par coucher ensemble pour la première fois, mais qui sait peut-être que dans nos rôles de ce soir il ferait semblant de me croire même si j’en doutais. Je regardais le grand écran face à nous et alors que quelques minutes plus tôt on entendait un brouhaha le calme revint, laissant place au film et à ses acteurs médiocres. Il y avait une raison pour laquelle je m’étais mise à l’écart en dehors de ma fuite et du fait que j’avais envie d’être vraiment seule avec Ezekiel, je parlais toujours durant un film, je ne pouvais pas m’en empêcher. Je sentais la veste d’Ezekiel se posait sur mes épaules et l’image des deux adolescents me revint à l’esprit, je souriais. Pour un premier rendez-vous c’était plutôt pas mal pour l’instant. Je ne m’attendais pas à ce qu’il soit aussi attentionné et j’aimais le garçon que j’avais découvert durant cette journée. « Vous êtes vraiment spécial monsieur Guerrero. » Je tournais ma tête vers lui en souriant, j’aimais l’appeler par son nom de famille en ajoutant un monsieur, ça me rappelait notre première rencontre si spéciale. Je tentais de regarder le film sans faire de commentaire, je me mordais les lèvres pour me retenir mais j’en avais envie. J’avais envie de parler en fait, de n’importe quoi mais je ne pouvais pas passer cinq minutes sans dire un mot c’était plus fort que moi. Je me détachais quelque peu des bras d’Ezekiel pour me tourner vers lui tout en restant entre ses jambes. Malgré l’obscurité je voyais ses yeux brillaient et je compris d’un seul coup que je l’aimais déjà, ces quelques mots avaient d’ailleurs failli filtrer de ma bouche mais je les avais contenu. Je le regardais simplement et je comprenais que je ne pourrais pas me détacher de lui facilement, je l’avais dans la peau ce mec-là et il était trop tard pour mon cœur. « Tu crois qu’une fois à Rio tout se passera aussi bien ? » Ce n’était pas vraiment le moment de parler de ça surtout qu’on était censé être à un premier rendez-vous mais j’avais besoin de me rassurer, d’être sûre que je ne m’embarquais pas dans une histoire sans issue autre que la souffrance. « Je ne veux pas que nos vies respectives empiètent sur cette relation quel qu’elle soit. » D’un seul coup le souvenir de ma fuite loin de Rio me parut encore plus impossible, je m’étais d’autant plus attachée à lui et je ne pouvais imagine m’enfuir encore une fois. Pour lui j’allais prendre le plus gros risque de ma vie, celui d’être retrouvé.

_________________
I say it's up to fate « Don't want to let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't want to hide the truth.Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 26 ans

DC : Nope
CRÉDITS : Bazzart & Tumblr
MESSAGES : 132
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f75-loft-d-ezekiel-j-guerrer



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Sam 4 Mai - 23:52



every teardrop is a waterfall.



Dans la vie, rien n’était jamais simple. L’expérience défavorable d’Ezekiel en la matière en était la preuve flagrante. On ne pouvait décemment pas considérer le jeune homme comme étant chanceux aux vues des nombreuses épreuves plus ou moins douloureuses qu’il avait dû traverser au cours de ses dernières vingt six années. Les souvenirs qui subsistaient à Rio le hantaient et sa venue en ces lieux était loin d’être sa meilleure idée. Parfois un retour aux sources n’est pas nécessaire, voir carrément suicidaire pour certains. Volontairement en marge de la société et autres biens pensants, il avait tenu à faire face à l’une de ses plus grandes peurs. Cette décision l’avait un peu plus poussé au bord du précipice. La découverte de la drogue, de l’alcool à outrance, l’ensemble des vices qui le maintenaient en vie à présent en somme. Ce fut aussi au Brésil qu’il rencontra Roza. L’une des meilleures choses qui lui était arrivé depuis des années. N’étant pas du genre à voir le positif avant tout, c’était pourtant ce qu’il retenait en repensant à la chaleur étouffante de la ville, aux carcasses de véhicules brûlés, aux bars mal famés et autres lieux de débauches pas franchement fréquentable. Après tout, elle l’avait arrêté. Dans l’hypothèse où il n’aurait été qu’un homme honnête parmi tant d’autres, ils ne se seraient sûrement jamais rencontrés. En si peu de temps, elle était devenue sa bulle d’oxygène. Malgré cette peur viscérale qui lui vrillait le ventre à chaque fois qu’il pensait à une quelconque forme d’engagement quel qu’il soit. C’était plus fort que lui. Ce n’était pas le genre de mec à rêver d’une maison aux barrières blanches, avec un jardin, un labrador, une femme et une tripotée de gamins qui courraient partout. Quelle horreur ! Sans aller jusque là, le fait de voir rendre des comptes à quelqu’un d’autre qu’à lui-même le déranger profondément. D’autant plus que de partager son quotidien n’avait rien d’enthousiasmant pour un être humain normalement constitué… Au fil de ses pensées, il se rendit compte que le film avait bien avancé et qu’il n’avait rien suivit. A la dérobée, il observa rapidement la jeune femme se trouvant toujours dans ses bras qui semblait absorbée par l’écran géant. Ce fut le moment qu’elle choisit pour se décaler légèrement afin de pouvoir le regarder. L’une des questions qu’il redoutait fut finalement posée. Il n’y avait aucun moyen de fuir ou de prendre cela à la rigolade, elle aurait pu le prendre mal. Ce qui aurait été compréhensible. « J’aimerais pouvoir te dire que se sera le cas mais, honnêtement, je n’en sais rien. J’essaierai de faire mon possible en tout cas. » Sa voix ne transpirait pas la confiance, bien au contraire. Il était mal à l’aise et ne faisait aucun effort pour le cacher, Roza l’avait prit de court. Elle surenchérit alors en parlant de relation. Le cœur du jeune homme rata un battement. Une vague de chaleur le submergea. Ezekiel en avait oublié que dans cette histoire, elle était policière et lui dealer à temps partiel et toxicomane, alcoolique, à temps complet. Ses vieux démons n’étaient jamais bien loin malgré la présence de son amante qui apaisait un peu les souffrances qu’il devait endurer à cause du manque mais la preuve en était qu’il y avait peu, l’ancien militaire avait été dans l’obligation de consommer de la drogue pour calmer ses tremblements. « Ca me paraît… Compliqué. J’ai abandonné ton camp depuis longtemps et toi, tu combats le mien… » A l’évocation de ses doutes, il se mordit violemment l’intérieur de la joue en se traitant mentalement de sombre crétin. Ce n’était certainement pas le genre de réponse qu’elle attendait… Mais que pouvait-il faire d’autre ? Lui mentir ? Bien qu’il soit doué à ce jeu là, il ne voulait pas utiliser ses pseudo dons de manipulation avec elle. S’efforçant d’être honnête depuis le début, Ezekiel se rendait compte que la réalité n’était pas vraiment jolie à entrevoir et que le futur ne serait pas simple à deviner. « J’ai juste l’impression que rien de tout ceci n’est réel, je me dis que je vais finir par me réveiller et… » Il marqua une pause en fermant les yeux pour déglutir, cherchant ses mots. « Et j’appréhende ce jour là. » Sans oser croiser le regard de la jeune femme, Ezekiel fixait l’écran sans pour autant s’intéresser au film en lui-même qui n’avait à présent aucune importance. Roza était une femme surprenante à tout niveau, elle avait toutes les qualités qu’un homme sain de corps et d’esprit aurait pu rechercher… Malgré tous ses efforts pour se convaincre qu’il était capable de lui apporter ce qu’elle attendait de lui, le jeune homme n’arrivait pas à passer outre ses nombreuses déficiences émotionnelles et son absence cruelle d’expérience en la matière. Il aurait simplement aimer pouvoir fermer les yeux et ne jamais se réveiller pour ne garder d’eux que le souvenir paisible de la journée qui venait de s’écouler. Ainsi, il serait sûr de ne jamais l’avoir faite souffrir, de ne jamais l’avoir déçu et il éviterait du même coup une vertigineuse chute dont il ne se relèverait pas si jamais tout ceci prenait fin un jour…
made by pandora.




_________________
hold your breath...
Mais si je m'en sors, sans bleu au corps. Être normal pour être bien, effacer quelques lignes de ma main. Et si je m'en sors, je veux encore sentir la chaleur de ce beau matin, ensemble, alliés contre un drôle de destin...©️ sweet peach
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 24 ans

DC : Je suis unique
CRÉDITS : STEREO LOVE
MESSAGES : 122
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f78-appartement-de-roza-s-yu



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Dim 5 Mai - 18:19

Je sentais le vent qui se réveillait légèrement dans la nuit pour la rendre un peu plus agréable et douce, on était loin des nuits étouffantes de Rio. Je regardais un peu atour de moi, tout était paisible si on faisait abstraction du pseudo film d’horreur, les gens avaient l’air captivé par ce navet ce que je ne comprenais pas vraiment. Ce qui était étrange c’est que même je me sentais bien en étant à l’écart j’étouffais face à mes pensées qui n’était pas vraiment du type premier rencard. J’avais tellement à perdre dans cette histoire et je ne savais même pas si Ezekiel serait capable de me soutenir face à la situation de mon frère, ou de comprendre si je devais fuir. Je me sentais bloquer et j’avais besoin de savoir où il en était. On avait tenté de jouer sur la légèreté mais ce poids sur mon cœur ne partait pas, mes craintes se manifestaient encore et encore et je n’arrivais pas à les faire taire. Il y avait toujours ce bout de moi qui avait besoin d’être sûr que je ne m’embarquais pas dans une histoire qui allait se prendre un mur. Il aurait surement préféré éviter ce sujet et j’aurais aimé aussi mais notre histoire n’était pas simple, c’était donc impossible de passer à côté de ces questions. Je ne savais pas ce qu’il allait me répondre, quelque part j’aurais préféré qu’il ne dise rien car ce n’allait surement pas être ce que mon cœur voulait entendre. Il fallait être réaliste, on était à l’opposé l’un de l’autre, on ne se battait pas pour les mêmes idées, c’était un peu comme le communisme contre le capitalisme, s’était impossible pour nous de s’entendre sur certains sujets et on arriverait jamais à faire pencher l’autre de notre côté. Notre relation était peut-être vouée à l’échec au fond et si c’était le cas, j’avais besoin de le savoir assez vite pour ne pas sombrer encore plus dans mes sentiments. Je ne voulais pas me retrouver le cœur brisé. Il disait vouloir faire son possible mais je n’y croyais pas vraiment, lui non plus visiblement et je pouvais le sentir. Tous les efforts du monde ne seraient peut-être pas assez pour que ça fonctionne entre nous et là était tous le problème. Même si on y mettait du notre nos travers nous rappelaient toujours à l’ordre et à chaque fois on s’éloignait un peu de l’autre. Il ne pourrait jamais entrer totalement dans ma vie et vice versa, la seule chose qui maintenait cette histoire c’était nos sentiments, mais l’amour est-il assez fort quand autant de chose font qu’on se déchire. « Ce n’est qu’une histoire de camp ? Alors quoi, il va falloir que je quitte mon boulot ou alors que tu arrêtes tes activités si on veut que ça fonctionne. » Je baissais les yeux, la réalité n’était pas très sympathique, je me sentais bloquer, dos au mur sans issu de secours, je ne savais pas quoi penser réellement de tout ça. « On sait tous les deux qu’aucun de nous sera prêt à abandonner sa vie pour l’autre. » C’était la simple vérité, je ne pensais pas pouvoir abandonner mon métier pour un homme, je ne pourrais jamais faire ça après ce qui m’était arrivée. Je relevais tous de même le regard vers lui lorsqu’il dit qu’il n’avait pas l’impression que notre histoire était réel, j’eus un petit pincement au cœur ce qui peut paraître bête et bizarre mais après tout ce qui s’était passé je ne comprenais pas. Cette histoire m’avait l’air bien réel malgré l’originalité de cette dernière, il n’osait plus me regarder et alors qu’une partie de moi avait envie d’aller vers lui pour le rassurer sur le fait que je ne sois pas un rêve, mon cerveau m’empêcha d’avoir ce geste tendre envers lui dont je mourrais d’envie. Une sorte d’autoprotection un peu trop tardive, je le fixais en tentant de trouver un moyen de me sortir de là ce qui est stupide vu que j’avais lancé cette conversation. « Tout à l’heure ça me semblait plutôt réel dans le lit. » Malgré ma petite blague je ne riais pas, bien trop préoccupé par toutes ces pensées qui avaient assombri ma soirée. Je me sentais perdu et frustré du coup, si tout ça n’avait aucun sens alors qu’est-ce qu’on faisait là ? On s’occupait le temps de quelques jours pour s’éloigner à tout jamais par la suite, je savais que mon cœur ne supporterait pas ça, je ne voulais pas le perdre et pourtant je sentais qu’il ne m’avait jamais vraiment appartenu. Il avait peut-être raison sur le fait que notre relation était irréelle, même si je la voyais plutôt éphémère. « Je suis perdue et j’ai peur, voilà je l’avoue. » Je continuais de le fixer en espérant une quelconque réaction, quelque chose à quoi me raccrocher mais rien, comme si je parlais à un mur. « Je n’ai jamais été du genre à vouloir une grande maison, une pelouse bien tenu, trois enfants et un chien. Je ne suis pas une pauvre demoiselle en détresse non plus, je suis consciente des choses et du fait que notre histoire soit compliquée. » Je soufflais légèrement, je m’ouvrais à lui encore une fois je ne savais même pas pourquoi. Il avait juste cet effet sur moi. « Mais si tu n’y crois pas ça ne peut pas fonctionner … Si tu n’y crois pas je ne vois pas ce que tu fais là. » Je ne parlais pas seulement de ce pseudo premier rencart mais de cette fuite entière. Je ne comprenais pas ses réactions même s’il m’avait parlé de sa différence. A chaque fois je restais sur mes gardes ne sachant pas ce qu’il allait me dire ou comment la discussion risquait de finir et j’en avais un peu marre, je voulais parler à cœur ouvert et s’il n’en était pas capable et bien je ne sais pas ce que je vais faire. « Des fois j’ai juste l’impression que tu t’en fous, comme pour mon divorce tu n’as pratiquement rien dit alors que ce n’est pas quelque chose d’anodin. » Je préférais regarder ailleurs comme pour ne pas trop souffrir en voyant qu’il ne réagissait pas, j’étais même prête à partir tout dépend sa réaction face à ce que je lui disais, si je n’avais pas un petit signe de sa part je partirais surement. Je préférais souffrir maintenant plutôt que de m’attacher encore plus à lui et ne jamais m’en remettre. Bien que ça allait être difficile si je le perdais maintenant après ce qu’on avait partagé.

_________________
I say it's up to fate « Don't want to let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't want to hide the truth.Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 26 ans

DC : Nope
CRÉDITS : Bazzart & Tumblr
MESSAGES : 132
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f75-loft-d-ezekiel-j-guerrer



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Dim 5 Mai - 20:16



every teardrop is a waterfall.



L’intensité de ce vide qui l’habitait ressemblait à s’y méprendre à des abîmes sans fond desquels il ne pouvait se sortir sans heurt. Des tas de gens aimeraient être à sa place, ne plus rien ressentir. Pourtant c’était un fardeau bien plus lourd à porter qu’il n’y paraissait. Ezekiel était condamné à feindre chacune de ses réactions, chacune de ses expressions. Sans jamais trouver une âme pouvant comprendre ce qu’il devait vivre. Il se retrouvait à nouveau au pied du mur face à cette fille à qui il tenait bien plus qu’il n’aurait cru y arriver un jour. Les mots lui manquaient pour exprimer convenablement l’ensemble de ce qu’elle réussissait à provoquer en lui en un seul regard de sa part. Mais comment expliquer l’inexplicable ? Il ne comprenait pas lui-même ce qui était en train de lui arriver, pour la simple et bonne raison que c’était la première fois qu’une telle chose lui arrivait. Le désarroi filtrait des yeux clairs de Roza qui essayait de déchiffrer l’énigme que le brésilien représentait. Il était à l’image d’un puzzle dont plus d’une pièce manquait pour le rendre humain. Elle prenait mal ses paroles, il pouvait aisément le comprendre sans pour autant trouver une explication plausible à ce qui se tramait en lui, à ce qui se tramait entre eux. Voulant à tout prix la protéger. Malgré tout ce qu’elle pourrait lui dire pour rassurer son esprit tourmenté, rien ne le ferait changer d’avis quant au fait qu’il était loin d’être quelqu’un de bien. Tout se mélanger. Cette guerre intérieure qui ne prenait jamais fin et qui lui infligeait tant de souffrance, tant de questionnement parfois inutiles. Torturé, le jeune homme n’avait aucune idée de ce qu’il devait dire ou faire afin de faire taire les doutes qui pesait lourd sur la conscience de l’agent de police… Assombris par ses propres démons qui jamais ne le laissaient en paix, préférant le chahuter à chaque occasion lui rappelant ainsi qu’il n’était pas maître de lui-même. « C’est toujours une histoire de camp Roza. C’est ce qui fait tourner le monde. Je ne dis pas que c’est insurmontable, mais cela ressemble fort à un mur infranchissable. » Termina-t-il en soupirant, désabusé par ses propres paroles qui n’avaient certainement de sens que pour lui. Elle n’avait qu’une mince idée de ce qui s’était passé et de ce qui se passait encore dans sa vie, serait elle prête à l’accepter ? La noirceur qui ne le quittait jamais mais qu’il dissimulait derrière un écran de fumée bien fébrile face au visage angélique de celle qui avait emprisonné son cœur entre ses doigts fins… Le mettant ainsi à genoux devant elle sans échappatoire. « J’ai abandonné Rio pour t’emmener ici et s’il le fallait, je recommencerais sans hésiter une seule seconde. » La contradiction de ses propos ne l’étonnait guère plus. Son cerveau se battait avec vigueur pour l’éloigner le plus possible de la raison de cet énième combat qu’Ezekiel menait en faveur de Roza sans que cette dernière ne puisse imaginer le chaos intérieur qui régnait en lui. Semblable à une course sans fin où il n’y aurait pas de vainqueur. Son trait d’humour ne détendit pas l’atmosphère bien trop tendue pour vaciller avec une simple note humoristique. L’absence de sourire de sa part n’aidant pas à cette tâche non plus. Le jeune homme fixait ce même point imaginaire, en apparence froid, une douleur sans nom s’emparer peu à peu de son être tout entier. Elle semblait lui échapper un peu plus à mesure que le temps filait à toute allure, le laissant sur le côté en attente d’une décision qu’il ne pouvait prendre. Son regard s’ancrant alors à celui de Roza qui consentait à nouveau d’ouvrir la porte à une discussion périlleuse mais bel et bien nécessaire pour la suite de leur histoire. « Tu vois, la peur, je ne sais pas ce que c’est. Je ne la ressens pas. Je ne l’ai jamais ressenti. Je sens bien quelque chose qui m’oppresse mais je ne sais même pas si cela peut s’assimiler à de la peur. Par contre, ce que je sais avec certitude, c’est que jamais auparavant quelqu’un n’avait eu un tel pouvoir sur les battements de mon cœur. » Ses traits tirés démontraient le conflit qu’il endurait en silence. Elle se dévoilait tellement, il ne pouvait décemment pas continuer à faire l’autruche en annihilant le peu d’émotion qu’il parvenait à ressentir. Roza tentait vainement de le rassurer en lui assurant que l’avenir paradisiaque ressemblant à s’y méprendre au rêve américain ne faisait pas parti de ses aspirations personnelles. Pourtant, il ne pouvait s’empêcher de penser que c’était une telle vie qu’elle méritait. « Tu préfères être dans l’obscurité avec moi ? » Demanda-t-il sans ciller. C’était quitte ou double à présent, les enjeux étaient clairs. Les cartes étaient posées sur la table. Plus moyen de faire marche arrière. Cette fois-ci, au moins cette fois-ci, il ne se déroberait pas. Il ferait front. Comme il aurait dû le faire depuis le premier jour où il avait croisé son regard en comprenant qu’elle serait différente de toutes les autres. « Tu as raison. Si je n’y croyais pas, ne serais ce qu’un peu, je ne serais pas là. Mais la vérité c’est que je ne comprends pas ce qui m’arrive quand tu es près de moi. Cet apaisement que je ressens quand tu es contre moi, ce halo de lumière qui t’entoure et que je suis seul à voir. Je n’ai aucune idée de ce que ça signifie mais une chose est sûre, je ne veux pas te perdre. » Avec douceur, il s’empara de son visage pour l’obliger à lui faire face, l’obliger à le regarder dans les yeux. Il avait besoin de ce contact visuel, sans en comprendre la raison toute fois. L’incompréhension régnait et pourtant il n’avait jamais été aussi sûr de lui, sûr de ce qu’il ressentait. « Je n’ai pas voulu parler de ton divorce parce que je ne voulais plus voir les larmes couler sur ton visage. Tu sais pourquoi ? Parce que je ressens tes émotions au centuple. La seule vision des sanglots coulant sur tes joues m’a déchiré le cœur. Je n’avais qu’une envie, revoir ton sourire. » Expliqua-t-il dans un souffle quasi imperceptible.
made by pandora.




_________________
hold your breath...
Mais si je m'en sors, sans bleu au corps. Être normal pour être bien, effacer quelques lignes de ma main. Et si je m'en sors, je veux encore sentir la chaleur de ce beau matin, ensemble, alliés contre un drôle de destin...©️ sweet peach
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 24 ans

DC : Je suis unique
CRÉDITS : STEREO LOVE
MESSAGES : 122
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f78-appartement-de-roza-s-yu



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Dim 5 Mai - 20:55

La simplicité n’avait jamais fait partie de ma vie, je n’avais jamais été une de ses personnes qui laissent simplement couler les choses, mon cerveau ne me le permettait pas préférant être inondé de question et de doute. Cette relation ressemblait à la nuit, tout était obscure et inconnu pour nous alors on tentait de marcher sans rien casser mais c’était impossible. J’étais comme un éléphant dans un magasin de verre, je bousillais tout dans mon passage et c’était peut-être le cas avec Ezekiel à cause de mes questions incessantes. J’étais prête à me perdre dans cette relation mais seulement avec des conditions enfin une pour être exacte, je voulais être sûre que les sentiments étaient partagés, seulement je n’arrivais pas à entrer dans sa vie. Je me sentais rejetais à chaque fois et ça faisait de plus en plus mal. Je comprenais sans soucis qu’il ne voulait pas une relation, pendant longtemps j’avais repoussé tous ceux qui cherchaient à entrer un peu trop dans ma vie mais cette fois-ci c’était différent, c’était une évidence pour moi et je mettais de côté tout ce en quoi je croyais simplement pour l’avoir lui aussi fou que ça puisse paraître. Il me parlait d’un mur infranchissable, drôle de métaphore pour une relation, surtout que pour moi rien était infranchissable quand on le voulait vraiment, je n’étais pas prête à abandonner, je n’en avais pas la force surtout. J’espérais vainement que la nuit cache la tristesse sur mon visage, j’étais comme un livre ouvert à cet instant et je savais qu’on pouvait tout lire rien qu’en regardant mon visage. Je ne voulais pas qu’il sache le pouvoir qu’il avait sur moi, sur mon cœur pour me protéger en cas de nouveau rejet de sa part. Je n’avais jamais eu confiance en moi c’est un fait, je me sentais toujours nulle et je pensais ne pas mériter le bonheur ou l’amour et ça avait toujours joué sur mes relations avec les autres, j’étais vulnérable voilà tout. Je l’écoutais me parler du fait qu’il ne ressentait pas la peur et pendant un cours instant je l’enviais, il ne prenait pas de risque ainsi en se montrant vulnérable comme moi et il ne risquait pas d’être blesser en cas de rejet. Mais ce n’était pas une vie, la peur, la tristesse, l’amour et j’en passe sont les émotions qui nous rendent humain, avoir des remords même si ce n’est pas des plus amusant est ce qui nous fait nous sentir en vie et nous montre qu’on a fait quelque chose de notre vie, qu’un jour on a eu un peu de pouvoir sur quelqu’un même si on a tout gâché. Je me demandais ce que c’était, ne pas ressentir les choses, j’avais pendant longtemps tenté d’étouffer tout ce qui me rendait faible et humaine, j’avais fait semblant et j’avais fait mon chemin mais il suffisait d’un homme pour que je me sente de nouveau inutile et nulle. Comment un être humain pouvait avoir autant de pouvoir sur nous ? C’est quelque chose de fou et insensé. « Oui je préfère être dans l’obscurité avec toi … Tu ne comprends donc pas que je m’en fous que tu sois différent ou que tu sois un dealer. » Je me mordais la lèvre d’avoir dit ça, mais au moins c’était clair et il savait à quoi s’en tenir, je ne comptais pas laisser tomber, ni lui, ni cette histoire. Je sentais sa main sur mon visage, je ne pouvais pas résister je le savais, il me faisait chavirer vers un tout autre univers. On était comme seul au monde alors que près de nous un tas de gens étaient entassés pour regarder un film mais j’oubliais tout alors qu’il me regardait. J’étais perdue dans ses yeux bleus, il était tellement parfait à mes yeux il ne s’en rendait même pas compte, ses démons qui le hantaient ne signifiaient rien pour moi, je saurais passer outre. Mais je n’arrivais pas non plus à me lâcher totalement, il y avait toujours cette retenue, cette peur de totalement sauter de la falaise, il était peut-être temps de faire ce saut et d’enfin oublier le passé et penser à un possible futur. Ou il était temps de fuir, deux choix s’offraient à moi et dans les deux cas je souffrirais surement. Je me demandais si prendre le risque d’entamer une réelle histoire avec Ezekiel signifierait la même chose que si j’entamais une histoire avec un autre homme. Est-ce qu’on serait vraiment un couple ou est-ce qu’on préférerait se cacher et se retrouver en cachette à la tombée de la nuit. Je savais qu’en fuyant je mettais fin à mes croyances en l’amour, Ezekiel était mon dernier espoir en la matière. J’étais confuse, mon cerveau et mon cœur bataillait. Je sautais alors de la falaise en embrassant Ezekiel comme je ne l’avais surement jamais embrassé. Je me laissais complètement aller collant mon corps au sien, je plaçais ma main sur son torse près de son cœur et en sentant les battements de ce dernier je compris que j’avais fait le bon choix. Au moment de m’éloigner de lui je gardais ma main sur son cœur, je le regardais alors dans les yeux. « Aucun mur n’est infranchissable pour moi et ça même si tu tentes de me repousser. » Je n’avais jamais été aussi sûre de moi, je croyais au pouvoir de l’amour et à sa force. Je ne pouvais pas laisser passer ma chance de connaître un peu de bonheur même si ça signifiait tombé de haut par la suite. « Je me fiche d’être dans la police, je me fiche que tu fasses parti des méchants. Tout ce que je sais c’est que tu m’apaises, je suis bien quand je suis avec toi et plus rien ne compte pas même un film nul, ou des habits horribles ou le fait que je sois hideuse pour notre premier rendez-vous. » Je souriais légèrement, je tentais de lui faire comprendre que j’étais heureuse tout simplement, que ses vices et démons ne m’effrayaient pas malgré ce qu’il pensait.

_________________
I say it's up to fate « Don't want to let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't want to hide the truth.Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 26 ans

DC : Nope
CRÉDITS : Bazzart & Tumblr
MESSAGES : 132
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f75-loft-d-ezekiel-j-guerrer



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Mar 7 Mai - 9:22



every teardrop is a waterfall.



L’obscurité de la nuit n’était qu’un reflet approximatif de la noirceur de son âme qui, auparavant, n’avait pas l’opportunité d’influencer les décisions du jeune homme qui avait préféré faire taire cette partie de lui. C’était pourtant la dernière chose à laquelle il se raccrochait à présent. Tel un enfant se débattant dans les flots, ayant pour seule et unique bouée de sauvetage ce qu’il avait fuit durant toute sa vie. Ce bout de lui qu’il avait mis tant de hargne à repousser. Son visage humain prit le pas sur son habituelle impassibilité. Ezekiel n’avait pas pleuré depuis des années, les dernières gouttes d’eau qui avaient eu l’occasion de perler le long de ses joues remontaient à son enfance difficile. Ce n’était pourtant pas de la tristesse qu’il ressentait, à cette époque là il était simplement épuisé, ses nerfs lâchaient régulièrement, il découvrait son impuissance criante face à ce père violent. Trop petit, trop frêle… Trop faible. Le jour où sa main avait arrêté un énième coup vengeur, l’enfant qu’il était laissa place à quelqu’un d’autre. Quelqu’un de courageux. Une force de caractère hors norme. Il avait décidé de ne plus jamais être la victime de qui que se soit. Verrouillant du même coup ses canaux lacrymales capricieux. Pourtant, à cet instant précis, de l’eau inondant ses yeux sans qu’il n’arrive pour autant à les laisser s’échapper. Ce même sentiment d’impuissant qu’il avait jadis ressentit refaisait peu à peu surface devant son incapacité à convaincre Roza de sa bonne foie et du réellement attachement qu’il éprouvait à son égard. Habile avec les mots, il se retrouvait totalement démuni face à ses propres contradictions qui résonnaient au creux de son cerveau malade. L’unique échappatoire, et non des moindres, était de s’ouvrir à elle. Laisser tomber sa garde. Détruire la forteresse précédemment ériger autour de ce cœur glacial. Puissant dans une force encore insoupçonnable, le brésilien se jeta dans le vide sans filin de sécurité. En se mettant à nu, il venait certainement d’avoir pris le plus gros risque de sa vie sans même avoir imaginer une solution de replis face à un éventuel rejet qui l’enterrerait au plus profonds des entrailles de l’enfer dans lequel il sortait grâce à ce visage angélique reflétant une tristesse sans nom. Sans détour, Roza répondit à sa question. Elle venait de décider qu’il valait mieux partager l’obscurité avec lui plutôt que de ne pas être à ses côtés. Son regard ancré de celui de cette amante qui signifiait d’avantage, cette dernière s’approcha pour réduire à néant la distance qui la séparait de lui et vint poser ses lèvres contre celles d’Ezekiel. L’ensemble de son être trembla. Pris dans un tourbillon de sentiments plus puissants les uns que les autres, le jeune homme comprit que ce baiser signifiait beaucoup de chose. Pour la première fois, la signification de cet échange ne lui était pas étrangère et il comprenait parfaitement ce dans quoi il s’engageait silencieusement en répondant favorablement. L’embrassant comme jamais auparavant, il acceptait toutes les conséquences qui découleraient de cette décision qu’ils venaient tout juste de prendre. Sa main se posa alors délicatement sur celle de Roza se trouvant toujours sur son torse à la recherche de ses pulsations cardiaques qui s’affolèrent par ce seul contact. « J’espère que tu sais dans quoi tu t’embarques avec moi Blondie… » Chuchota-t-il tout contre ses lèvres sur un ton humoristique toutefois, révélant à demi mot que cette relation serait loin d’être simple mais qu’ils étaient à présent tout deux dans le même bateau. Ne disait-on pas souvent « pour le meilleur et pour le pire » ? L’engagement qu’ils prenaient l’un envers l’autre n’avait certes rien à voir avec les vœux que l’on prononçait lors d’un mariage mais pour les deux protagonistes à la vie décousue et aux relations amoureuses conflictuelles, c’était déjà un grand pas. Il espérait ainsi prouver à Roza sa sincérité au travers de cette décision commune dont il prenait toute la mesure. Marchant sur un fil invisible, suspendu au dessus du vide, cela ne tenait maintenant qu’à lui de faire en sorte de ne jamais pencher d’un côté ou de l’autre pour éviter une chute qui s’avérerait probablement mortelle… De son pouce, il caressait avec douceur le plat de la main de Roza qui s’était recroquevillé sur sa chemise, comme si elle voulait le retenir, comme si elle souhaitait de toute ses forces l’empêcher de partir loin d’elle. « Vous êtes loin d’être hideuse pour notre premier rendez-vous Mademoiselle Yukov… » Ajouta-t-il en souriant, une infinie tendresse présente dans ses prunelles bleutées où l’eau s’en était allé pour qu’une étincelle apparaisse et fasse briller ce regard qui voulait dire tant de chose. Non loin d’eux, le générique de fin s’afficha sur l’écran géant, de nombreux applaudissements se firent entendre et le brouhaha ambiant repris son droit. Les gens commencèrent à rassembler leurs affaires pour regagner leurs appartements respectifs certainement et une idée traversa l’esprit d’Ezekiel qui observait les alentours avec attention. « En continuant sur cette route on devrait pouvoir atteindre le haut de la colline et, là haut, la vue doit être magnifique. » Expliqua-t-il en pointant du doigt le lieu. Malgré l’heure tardive, il ressentait l’envie de finir cette soirée en beauté avant de devoir s’enfermer à nouveau dans la chambre du motel où ils avaient élu domicile pour les jours à venir. Autant profiter des atouts, aussi peu soient ils, que leur offrait la ville.
made by pandora.




_________________
hold your breath...
Mais si je m'en sors, sans bleu au corps. Être normal pour être bien, effacer quelques lignes de ma main. Et si je m'en sors, je veux encore sentir la chaleur de ce beau matin, ensemble, alliés contre un drôle de destin...©️ sweet peach
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 24 ans

DC : Je suis unique
CRÉDITS : STEREO LOVE
MESSAGES : 122
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f78-appartement-de-roza-s-yu



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Mar 7 Mai - 12:43

Quitte ou double c’est ce qu’on dit dans les casinos je crois, je venais de miser et j’avais remporté la manche, je l’avais compris au baiser qu’on avait échangé. Nous venions de sceller un accord en quelque sorte, nous étions dorénavant ensemble comme un couple aussi étonnant que ça puisse paraître. Bon on ne serait surement pas comme ces couples typiques à se tenir la main et faire tout un tas de projet pour le futur. Je ne comprenais pas ce qui m’arrivait en sa présence, je devenais si faible et vulnérable, j’avais tenté de fuir ce genre de chose pendant si longtemps mais Ezekiel m’était tombé dessus sans que je puisse faire quelque chose, je n’avais pas la force de lutter contre les sentiments que j’éprouvais à son égard. On était conscient que ce serait difficile et pourtant on se jeter à corps perdus dans cette histoire, je ne savais pas ce que l’avenir nous réservait mais ça risquait d’être mouvementer vu nos vies et caractères. Profiter de l’instant présent, de ces petits moments complices c’est tout ce dont j’avais envie, réfléchir et se poser dix milles questions ne nous avancerait pas et on ne pouvait pas nier ce qui nous arrivait. « Je sais que tu es une tête de mule » Je riais légèrement, je savais dans quoi je m’embarquais et j’en avais marre de peser le pour et le contre, je ne voulais pas d’une vie à moitié et pleine de remords sur les choses que j’aurais dû faire ou non. Je prenais des risques, j’en étais consciente mais au fond je m’en fichais car il en valait la peine malgré ce qu’il pouvait penser de lui-même. La tendresse dont il faisait preuve avec moi me prouvait que j’avais fait le bon choix, je le regardais et je comprenais qu’il ne ferait jamais rien pour me blesser intentionnellement, nos systèmes de défenses agissaient parfois pour nous et c’est ainsi qu’on se retrouvait dans une dispute. Je tenais son tee-shirt comme si il risquait de disparaître comme par magie, j’avais si peur de le perdre ou qu’il change d’avis que je n’osais pas me détacher de son corps. Je suivais le regard d’Ezekiel, le film était déjà terminé et je n’en avais pas vu la moitié, je souriais en observant toute cette foule se précipitait pour rentrer chez eux. Je les enviais quelque peu, ces gens-là avaient un endroit à eux, avec des souvenirs et surement tout un tas de bibelot et de photo en guise de vestiges du passé. Ils rentraient surement chez eux avec leur famille, leur amant et de la jalousie s’empara de moi. Je n’avais plus eu d’endroit vraiment à moi depuis si longtemps, mon appartement actuel étant simplement un endroit pour dormir à mes yeux. J’enviais leurs vies normales et leurs ignorances de ce qui se trame la nuit quand ils dorment. Je n’avais plus de famille, plus de maison et encore moins d’objet me rappelant mes merveilleux souvenirs d’enfance ou d’adolescence. Je n’avais qu’une bague symbolisant la trahison que j’avais ressentie. Je reportais alors mon regard sur le jeune homme qui me montrait un endroit où on pourrait aller, je tentais de cacher la petite nostalgie qui s’était fait une place dans mon cœur. C’était très étrange mais être de nouveau heureuse réveillait en moi le bonheur que j’avais perdu quelques années auparavant. Faire de nouveau confiance à quelqu’un et sur un plan amoureux me rappelait cette ancienne vie qu’étais la mienne, sans tout ça je n’aurais certainement jamais rencontré Ezekiel alors il y avait peut-être du bon dans cette histoire. Je prenais sa main dans la mienne et on se dirigeait vers la colline. Je me tournais alors vers lui un sourire en coin. « Je suis sûre que je peux l’atteindre avant toi. » Sans attendre je lâchais sa main pour commencer à courir tel une enfant qui fait une course alors qu’elle sait que la personne avec elle est plus rapide. Mais je m’en fichais, je sentais l’air de la nuit sur mon visage et je courrais simplement jusqu’au sommet, une fois arrivait en haut j’avais le souffle court et je restais bouche-bée face à la vue qui s’offrait à moi. La plage s’offrait à nous et on pouvait voir l’eau s’agitait dans la noirceur de la nuit. J’observais cette vue ne prêtant même pas attention au gagnant de la course, c’était surement Ezekiel mais je m’en fichais et je me tournais simplement vers lui. « J’ai envie de me baigné. » J’observais Ezekiel qui ne semblait pas trop partant, j’agissais comme une petite fille et je comptais bien faire un caprice jusqu’à ce qu’il accepte de venir avec moi dans l’eau. « S’il te plait. » Je penchais la tête sur le côté pour le faire craquer et je lui offrais mon plus beau sourire. Mais n’étant pas sûre que ça fonctionne je collais mon corps au sien, le regardant avec un air coquin. « Puis tu sais les bains de minuit on est obligé d’être complètement nu. » Je riais légèrement puis j’enlevais sa veste qu’il m’avait prêtée plus tôt et je commençais à enlever mon débardeur, m’arrêtant juste au niveau de mon soutien en attendant la réaction d’Ezekiel. Il ne pourrait surement pas résister à ça, c’était un homme et rien que de voir un peu de ma peau lui donnerait envie d’en voir encore plus même si plus tôt il avait eu la vision complète mais passons. Je ne comptais pas lâcher l’affaire de toute façon jusqu’à ce qu’il vienne avec moi.

_________________
I say it's up to fate « Don't want to let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't want to hide the truth.Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 26 ans

DC : Nope
CRÉDITS : Bazzart & Tumblr
MESSAGES : 132
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f75-loft-d-ezekiel-j-guerrer



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Dim 12 Mai - 14:14



every teardrop is a waterfall.



Le vent frais fouettait son visage tandis qu’il courrait à vive allure en ayant la ferme intention de rattraper Roza sans pour autant vouloir gagner à tout prix. Cette complicité enfantine qui se créait peu à peu en eux plaisait à Ezekiel qui n’avait de cesse d’alimenter ce côté amusant de leur relation. La jeune femme quant à elle, n’était pas en reste puisqu’elle était l’instigatrice de ce petit jeu entre eux dont les éclats de rires des deux amants laissaient présager de bons moments. L’intégralité de ses sens se mettaient peu à peu en éveil au fur et à mesure de ces pas rapides le menant tout droit au sommet où seule la lumière de la lune éclairait l’endroit désertique. Tel un félin, il se déplaçait facilement, sautant de rocher en rocher pour gagner du temps et éviter de courir inutilement. Son freinage incontrôlé faillit lui coûter un plongeon non voulut dans l’eau assombris par la noirceur du ciel étoilé. Son regard balaya les environs qui prenaient une toute autre allure, projetant parfois des ombres ressemblant étrangement à des formes humaines pourtant indéfinies par l’œil humain. La brise marine chatouilla les narines curieuses du brésilien qui appréciait la vue qui s’offrait à eux dans une simplicité à couper le souffle. Tout était si calme. Si paisible. Respirant une grande bouffé d’air frais, ses poumons peu habitués furent eux-mêmes surpris par la pureté de l’air. Ce dernier enfonça alors ses mains au fond de ses poches arrière tout en bombant le torse à la recherche d’oxygène pour calmer sa respiration saccadée. Malgré sa condition physique quasi irréprochable, le jeune homme n’avait plus la même endurance qu’avant et c’était certainement dû à la cigarette et autres méfaits dont il était coutumier. Tout en reposant son regard sombre sur le corps svelte de sa partenaire de jeu, il n’arrivait pas à se souvenir qui était le fameux gagnant de cette course improvisée. Ce fut alors à cet instant qu’elle évoqua l’idée de se baigner. Peu enclin à risquer sa peau d’albâtre aux températures loin d’être accueillantes de l’eau salée. « Je ne suis pas sûr que se soit le bon moment pour un bain ! Vu l’épave que j’ai pu louer à cette heure tardive, le chauffage doit être inexistant et on risque d’attraper froid au retour… » Grimaçant devant ses arguments peu convainquant, il passa l’une de ses mains dans ses cheveux comme pour se donner une certaine contenance malgré ses propos laborieux. Devant la mine enfantine qu’elle affichait, il restait sans voix. Toute force l’abandonnait… Son air mutin n’annonçait rien de bon alors qu’Ezekiel tentait vainement de se convaincre que se baigner était une mauvaise idée, sans pour autant réussir ce tour de force. « C’est dur de te résister… » Avoua-t-il en portant un regard admiratif au petit bout de femme qui avait de la suite dans les idées. Les lèvres entrouvertes, les sourcils haussés, l’ancien militaire constatait la persévérance de Roza qui laissa retomber à ses pieds la veste qu’Ezekiel lui avait mise sur les épaules plus tôt. Dévoilant son ventre plat, les nerfs du jeune homme étaient à vif et son cœur battait à la chamade à la seule idée du corps nu de sa dulcinée dans l’eau sombre. Tout en déglutissant difficilement, il s’approcha d’elle afin de poser ses mains sur ses hanches découvertes. Effleurant à peine sa peau, il fit remonter ses mains jusqu’aux pants du débardeur qu’il lui retira avec lenteur dans le but de ne jamais quitter ses yeux des siens. Du bout des doigts, il descendit jusqu’au bouton de son short en jean qu’il déboutonna sans mal avant d’avancer ses lèvres vers le cou de Roza qui frémissait déjà. Une série de baiser brûlant le menèrent jusqu’à son oreille à laquelle il chuchota… « L’idée du bain de minuit me plaît tout particulièrement. » Elle ne pouvait l’apercevoir, mais un sourire se dessina sur les lèvres d’Ezekiel après qu’il eut prononcé ses mots. Le short de la demoiselle rejoignit bien vite son débardeur non loin d’elle. En se reculant de quelques pas, le jeune homme déboutonna lentement les boutons de sa chemise avant de la faire glisser avec langueur le long de ses bras. Suivit de très près par son jean. A présent deux à se retrouver en sous vêtement, Ezekiel croisa ses bras sur son torse en penchant légèrement la tête sur le côté avec un air joueur propice à ce qu’il s’apprêtait à dire. « Une fois qu’on est à égalité, comme maintenant, la suite se passe comment mademoiselle Yukov ? » Demanda-t-il en arborant un air mutin afin d’appuyer ses propos tendancieux. En contrebas, les vagues venaient s’échouer sur les rochers dépassant du niveau de l’eau. Le silence était assourdissant et à la fois apaisant. Comme un bout de paix dans un monde d’horreur, l’ancien militaire avait aspiré à ce genre d’endroit, à ce genre de moment, durant toute sa vie et c’était ce que lui apportait sur un plateau d’argent Roza…
made by pandora.




_________________
hold your breath...
Mais si je m'en sors, sans bleu au corps. Être normal pour être bien, effacer quelques lignes de ma main. Et si je m'en sors, je veux encore sentir la chaleur de ce beau matin, ensemble, alliés contre un drôle de destin...©️ sweet peach
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 24 ans

DC : Je suis unique
CRÉDITS : STEREO LOVE
MESSAGES : 122
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f78-appartement-de-roza-s-yu



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Dim 12 Mai - 15:36

On se retrouvait dans un petit coin de paradis, la nuit ne faisait que pimenter ce moment et je me sentais à mon aise, il y a des gens qui préfère le jour et bien moi pas. Je préfère de loin les étoiles et la lune au soleil et nuages. Je regardais Ezekiel dans la nuit, c’était tellement surprenant cette situation et au fond je n’étais même pas surprise de me retrouver là, je me sentais à ma place et ça ne m’était pas arrivé depuis tellement longtemps. Je savais que le retour à Rio ne serait pas aussi paradisiaque mais il fallait qu’on profite tant qu’on le pouvait après il serait trop tard, nos vies allaient nous rattraper et se serait peut-être trop pour notre relation. Alors que j’émettais l’idée de prendre un bain de minuit Ezekiel ne me sembla pas trop partant, j’arquais un sourcil étonné de sa réaction et j’écoutais ses excuses aussi nulle les unes que les autres. « On a peur d’avoir froid Monsieur Guerrero, je ne vous savais pas aussi froussard » Je souriais, la provocation marcherait forcément même si j’avais d’autres atouts qui fonctionnaient tout aussi bien mais c’était tellement amusant de le voir se défiler pour la première fois. Mon sourire s’élargit alors qu’il me disait qu’il était dur de me résister j’hochais légèrement la tête sachant pertinemment jouer de mes charmes grâce à mon air angélique. Je le laissais s’approcher de moi et sans que je m’y attende il commença à me déshabiller, on ne se lâcher pas des yeux et mon cœur eu un raté, je ne pouvais pas non plus lui résister et je redoublais d’effort pour rester immobile et ne pas lui sauter dessus pour l’embrasser, surtout quand je sentais ses lèvres sur mon cou. Le silence de la nuit créait une certaine intimité alors qu’on était à l’extérieur et que n’importe qui aurait pu arriver. Mais nous étions seuls au monde et je profitais simplement de cet instant en sa compagnie. Il s’éloignait alors de moi alors que mon cerveau n’arrivait plus à réfléchir clairement quand je posais mes yeux sur son corps, je devais me concentrer pour réussir à voir dans la nuit son torse. Et il me regarda avec un air joueur que je reconnaissais que trop bien, même si nous étions déjà passés à l’étape supérieur ce jeu de séduction ne cessait pas. On essayait encore et toujours de faire craquer l’autre du mieux qu’on pouvait, il n’y avait encore jamais eu de vainqueur à ce jeu car on se laissait à la fin tous les deux avoir par notre propre jeu. Je m’approchais alors de lui et je passais mes mains dans mon dos pour dégrafer mon soutien, j’enlevais les bretelles mais tout en le gardant sur ma poitrine. « Je crois que la suite logique est de finir complètement nu. » Je lâchais alors mon soutien pour qu’il tombe à mes pieds sans lâcher le jeune homme du regard. Et j’enlevais alors le seul vêtement qu’il me restait. « Rejoins-moi vite. » Je souriais et lui déposer un baiser au coin des lèvres pour ensuite sauter dans l’eau. Heureusement la colline n’était pas très haute par rapport à l’eau et je n’avais pas eu peur de me lancer, j’atterrissais dans l’eau fraiche mais tout à fait supportable et je commençais à profiter des vagues sur mon corps nus. Je passais ma tête sous l’eau, je me sentais tellement bien. En Russie à part dans les piscines chauffaient on ne peut pas vraiment se baigner et je n’avais jamais pu profiter de la mer comme dans le sud de l’Amérique. Je regardais tout de même le haut de la colline à la recherche d’Ezekiel, il ne pourrait pas résister enfin normalement mais je le voyais mal me laisser seule dans l’eau toute nue. Je regardais l’eau et je ne voyais pas sa fin, c’était ça que j’aimais quand je me baignais ne pas voir le bout de la mer, l’infini s’offrait à moi et il y avait peut-être un tout autre monde de l’autre côté avec des gens qui se demandaient comme moi ou est-ce que mène la mer si on se laisse aller. Puis j’appréciais ce silence dans la nuit, je levais les yeux pour observer les étoiles tout en bougeant dans l’eau en essayant de m’adapter au rythme des vagues.

_________________
I say it's up to fate « Don't want to let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't want to hide the truth.Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 26 ans

DC : Nope
CRÉDITS : Bazzart & Tumblr
MESSAGES : 132
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f75-loft-d-ezekiel-j-guerrer



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Mer 15 Mai - 8:16



every teardrop is a waterfall.



Le vent frais frôlait à la volée le jeune homme à moitié nu qui se tenait fièrement droit face à la blondinette qui n’avait pas perdu une miette du striptease quasi intégrale auquel c’était attelé Ezekiel. Sans un mot. Sans la quitter des yeux. Il avait entretenu volontairement cette tension sexuelle qui n’avait de cesse de réapparaître entre eux à chaque fois qu’ils se retrouvaient seuls ! Outre la complicité qui les liait, les deux protagonistes alimentaient volontiers ce jeu de séduction qui les avait déjà autrefois réunis. Ayant pleinement conscience que la revanche de la demoiselle ne tarderait pas, il tentait vainement d’ériger quelques barrières mentales visant à contrôler ses hormones de mâle. Sa volonté retomba rapidement. Les bouts de tissus restant et qui couvraient encore son corps venaient tout juste de choir aux pieds de Rosa qui en profita alors pour combler la distance la séparant de lui afin de venir déposer un tendre baiser au coin des lèvres. Le corps svelte à peine éclairé par la lune et les étoiles, elle s’élança du haut de la colline. Tout en se mordant la lèvre, l’ancien militaire observait les eaux troubles avec une certaine appréhension. Le projectile ennemi qui s’était logé dans son épaule, au cours d’un raid qui avait finalement tourné à leur désavantage, se baladait toujours au sein des chairs meurtris d’Ezekiel. Au moindre effort, une violente douleur s’emparait de son bras rendant ainsi ce dernier inutilisable. Cependant, depuis son retour du front, le jeune homme avait suivi des séances de kinésithérapie et son besoin inconditionnel de faire du sport assez régulièrement lui permettait à présent de tenir plus longtemps durant l’effort. Son regard se posa alors sur la tête blonde qui venait tout juste de réapparaître des flots houleux. Un sourire s’étira sur ses lèvres. Il ne pouvait décemment pas laisser Rosa seule au milieu de nulle part et totalement nu qui plus était. En expirant longuement, il retira son boxer avant de prendre du recul. Quelques pas rapides lui permirent de prendre assez d’élan pour pouvoir effectuer un plongeon sans risquer de percuter d’une façon ou d’une autre sa partenaire qui l’attendait patiemment. Son corps pénétra sans heurt le liquide translucide, quoique sombre, sans éclabousser les alentours. Ses paupières s’ouvrirent lentement une fois sous l’eau afin de distinguer dans la pénombre aquatique les jambes fuselées de la demoiselle. Optant pour l’apnée, il ne remonta pas à la surface et en profita même pour contourner silencieusement Rosa et attendre le moment opportun pour mettre à exécution son plan. Il comptait bien lui offrir une jolie frayeur… Habitué à effectuer des missions dans le milieu aquatique, il n’en était pas pourtant plus à l’aise que le commun des mortels. Disons que ce n’était pas l’élément qu’il préférait. Toutefois, son entraînement intensif lors de sa première année lui avait inculqué les rudiments élémentaires. Après l’avoir observer quelques instants nager vers le point de chute précédent d’Ezekiel, il relâcha un brin d’air pour éviter de faire trop de bulle et se rapprocha de Rosa en tendant son bras en avant. Sa main s’accrocha alors farouchement à la cheville de cette dernière qui se débattit légèrement avant de céder à la force d’Ezekiel qui l’entraîna dans les profondeurs marines avec lui. Amusé, il lui fit de nouveau face une fois sous l’eau et déposa un baiser sur ses lèvres avant de l’aider à remonter. Des éclats de rire rompirent le silence ambiant. « Je suis désolé mais c’était trop tentant ! Même si j’ai été quelque peu perturbé par ta nudité et qu’il m’a été difficile de rester concentré. » S’exclama-t-il en souriant. Les formes avantageuses de Rosa ne pouvaient laissez quiconque indifférent. Sa mine boudeuse était attendrissante, le jeune homme s’en serait presque voulu d’avoir fait d’elle la victime d’une blague enfantine et vieille comme le monde. En passant sa main dans ses cheveux courts imbibés d’eau, il éclaboussa volontairement la jeune femme qui allait réellement finir par lui faire payer ses nombreuses farces de mauvais goût. Quelques mouvements coordonnés rompirent la distance qu’il y avait encore entre eux et Ezekiel en profita pour se coller à sa dulcinée, profitant de la présence d’un rocher pour avoir pied et ainsi éviter tout effort supplémentaire physique. « Normalement, lorsque deux personnes de sexe opposé finissent nu pour un bain de minuit c’est qu’ils avaient quelque chose derrière la tête… Non ? » Argumenta-t-il innocemment alors que déjà ses doigts se perdaient lors d’une énième découverte charnelle… Ces derniers glissaient de son épaule à son bras pour finalement faire le chemin inverse et effleurer le haut de ses seins, dissimulés par l’eau. « On peut aussi continuer à barboter dans l’eau… » L’air faussement indifférent qu’il affichait contrastait avec ses envies actuelles, ses actes prouvaient clairement qu’une toute autre idée avait élu domicile dans l’esprit tourmenté du jeune homme. Les déclarations qu’ils s’étaient mutuellement faits avaient ébranlés ses certitudes mais cela avait aussi eu un résultat bénéfique. Il s’était libéré d’un poids bien trop lourd à porter et, du même coup, il avait pris un risque. Un vrai risque. Trop occupé à chercher l’adrénaline à chaque coin de rue mais aussi, et surtout, à tenter par tous les moyens de se protéger envers et contre tout du reste du monde, Ezekiel en avait oublié ce que cela faisait de sauter dans le vide sans filins de sécurité. Sans parachute. Sans rien. Un profond sentiment de liberté. « Je ne me suis jamais senti aussi… Vivant. » Avoua-t-il alors que déjà, il se perdait dans les yeux azuréens de la demoiselle…
made by pandora.



_________________
hold your breath...
Mais si je m'en sors, sans bleu au corps. Être normal pour être bien, effacer quelques lignes de ma main. Et si je m'en sors, je veux encore sentir la chaleur de ce beau matin, ensemble, alliés contre un drôle de destin...©️ sweet peach
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 24 ans

DC : Je suis unique
CRÉDITS : STEREO LOVE
MESSAGES : 122
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f78-appartement-de-roza-s-yu



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Mer 15 Mai - 12:54

Une fois dans l’eau je me sentais bien, il faisait bon. J’avais toujours aimé l’eau, je me sentais dans mon élément c’était surement grâce à des années de natation. Je regardais autour de moi dans l’attente d’Ezekiel qui ne se décidait pas à apparaître, la nuit n’aidait pas il faut l’avouer. Etre dans l’eau en pleine nuit en effrayerait surement beaucoup et pourtant j’étais parfaitement bien, j’avais toujours aimé l’obscurité peut-être car mon âme était elle-même noire, plus sérieusement je me sentais mieux dans l’eau seule avec Ezekiel que dans une foule de gens. Je ne suis pas une personne asociale mais j’aimais cette intimité que nous offrait la mer. C’était comme si on était seul au monde, on était libre de nos mouvements et actes, chose dont j’avais manqué durant des années alors n’importe quel moment qui me rappelait ma liberté était un plaisir pour moi. Alors que je profitais de l’eau sur tout mon corps je sentis une main sur ma cheville, ça ne pouvait être que lui et je tentais alors de me débattre, c’était sans compté la force de ce dernier et je me retrouvais rapidement la tête sous l’eau face à celui qui faisait désormais battre mon cœur aussi cul-cul que ce soit. Il déposait un baiser sur mes lèvres avant de m’aider à remonter à la surface, je riais alors on avait surement l’air de deux adolescents qui découvrent l’amour et la joie de pouvoir faire ce qu’ils veulent. Quelque part on était encore des enfants quand on en venait à l’amour, même si j’avais été marié toutes ces petites attentions, ces rendez-vous et ces gestes qu’on fait envers l’autre m’étaient inconnus. Avec mon ex-mari tout avait été si rapide, je n’avais connu que les prémices d’une histoire en réalité et même si il avait fait battre mon cœur comme jamais avant c’était différent avec Ezekiel. Aussi étonnant que ça puisse paraître tout mon corps me criait de rester près de lui, je ne pouvais pas m’en empêcher et je découvrais de tout nouveau sentiment avec lui ce qui m’effrayait légèrement mais c’était le genre de bonne peur, celle qui nous fait nous dépasser. Je pensais avoir connu l’amour, ce genre d’amour fou dont on rêve tous mais quand j’avais rencontré Ezekiel tout ce en quoi je croyais, tout ce que je pensais savoir avait été balayé sans que je ne puisse rien y faire. « Huum … Je te perturbe alors ? » Je riais légèrement n’y croyant pas une seconde puis il m’éclaboussa, je le regardais en faisant la moue et alors que je comptais répliquer il s’approcha de moi pour coller son corps au mien. Toute idée de vengeance disparue alors, je profitais simplement de cette proximité. C’était un de ces moments parfaits, on était seul et on se sentait bien et libre, notre soirée c’était plutôt bien déroulée même si je m’étais aventurée sur un sujet délicat. On verra bien ce qui se passera de retour à Rio, pour l’instant c’était juste lui et moi dans l’eau et c’était suffisant, je n’avais pas envie de repenser aux problèmes dont on allait devoir s’occuper, plus on avançait et plus on ressemblait à un couple sans même s’en apercevoir tellement ça se faisait naturellement entre nous. « Tu as l’esprit pervers, deux personnes peuvent simplement faire un bain de minuit pour profiter de la mer calme sans personne autour. » Je souriais et je regardais sa main se balader sur le haut de mon corps, je me rapprochais de lui pour passer mes bras autour de son cou et ainsi me retrouver encore plus proche de lui. Je le regardais alors qu’il m’avouait ne jamais s’être senti aussi vivant, je souriais et je me perdais dans ses yeux. J’approchais alors mes lèvres des siennes pour l’embrasser tout en faisant glisser mes mains jusqu’à son torse. Je reprenais ensuite mon souffle tout en le regardant de nouveau, je me sentais vivante aussi, depuis que je l’avais rencontré j’avais retrouvé ce souffle que j’avais perdu et je pouvais de nouveau respirer normalement en sa présence. Ma famille, Rio, mon métier, ses problèmes de drogue, tout était loin derrière nous, je lui souriais alors. « On devrait faire des bains de minuit plus souvent alors. » Je riais légèrement puis je m’éloignais de lui pour nager un peu, enfin barboter vu les mouvements que je faisais, je mettais alors ma tête sous l’eau, pour mouiller mes cheveux qui commençaient à sécher et je retournais alors tel un requin là ou Ezekiel était. Je déposais un baiser sur son torse pour remonter ensuite à la surface. « Je vais te dire un secret … » Je le regardais amusée puis j’approchais ma bouche de son oreille comme si quelqu’un pouvait nous entendre alors qu’on était totalement seuls, à moins qu’un pervers se soi caché quelque part mais ça m’étonnerait quand même. « Ta nudité me perturbe » Je riais alors une nouvelle fois, ce n’était pas réellement un secret vu mon incapacité à rester loin de son corps depuis qu’il avait plongé dans l’eau.

_________________
I say it's up to fate « Don't want to let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't want to hide the truth.Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 26 ans

DC : Nope
CRÉDITS : Bazzart & Tumblr
MESSAGES : 132
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f75-loft-d-ezekiel-j-guerrer



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Mer 15 Mai - 14:20



every teardrop is a waterfall.



La température de l’eau s’était nettement améliorée à l’instant même où son torse fut collé à la poitrine de Rosa. Des fourmis s’emparaient peu à peu des membres du jeune homme qui subissait en silence les caresses ainsi que les baisers qu’elle lui offrait. Son cœur battait à un rythme fou. L’ensemble des sensations qu’il pouvait ressentir en sa présence le désarçonnait et, parallèlement, lui donnait encore plus envie de multiplier ce genre de moment qu’ils partageaient à présent. Le bout de ses doigts parcourait son dos ruisselant d’eau après qu’elle soit sortie, semblable à une sirène dont les marins isolés tombaient follement amoureux dans les contes, de l’eau en sa compagnie. Comme ensorcelé, Ezekiel observait en silence ses courbes en admiration devant cette beauté qui la caractérisait tant. Bien qu’elle n’en ait nullement conscience, ces nombreux charmes n’étaient pas tous en rapport avec sa plastique parfaite. Elle possédait cette étincelle au fond de ses prunelles bleutées dans lesquelles il se perdait si souvent. La beauté d’une femme ne résidait-elle pas dans l’inconscience de cet état de fait par la principale concernée ? Ses rougeurs significatives qui apparaissaient à chacun des compliments que pouvait lui faire le brésilien étaient la preuve criante de sa basse estime de soi. En y pensant, cela rendait fou de rage Ezekiel qui était capable de voir en elle bien des miracles… Entre autres choses. A bout de souffles, les amants qui s’entrelaçaient se séparer à contre cœur en tentant vainement d’avoir un quelconque contrôle sur leur respiration saccadée due à l’ardeur de leur échange précédent. La faible luminosité de la lune soulignait à la perfection les courbes de Rosa qui entre de nouveau dans l’eau. Cette admiration qu’il développait à son égard le désarçonnait complètement. A la simple évocation mentale de cette consternante constatation, il se traita d’idiot. Malgré tout, les nombreuses sensations qu’il ressentait lorsqu’il était en sa présence le paralysaient et, en parallèle, plus il les ressentait, plus il avait envie d’être avec elle. Esclave du moindre de ses mouvements, tel un toxicomane en manque de sa dose, Ezekiel sentit un long frisson lui parcourir l’échine. Rosa était la pire drogue à laquelle il avait goûté, il était totalement dépendant d’elle à présent mais bien vite ses pensées se dirigèrent ailleurs. Les mains de la jeune femme frôlèrent son torse avant d’être remplacé par ses lèvres. Déglutissant, le brésilien était le triste spectateur du pouvoir qu’elle exerçait sur son être tout entier. Les paupières clauses, ses sens se mirent en éveil à la seconde où le souffle chaud de la jolie brune vint chatouiller son oreille hagarde du moindre son. « Tu me tues… » Prononça-t-il presque inaudible. Cet incendie qu’elle déclenchait en lui le consumait à chaque fois de manière plus violente. Les flammes s’insinuait dans chacune de ses veines jusqu’à atteindre l’organe tant convoité. Le cœur. Un brasier sans nom déchirait ses entrailles. A la seule idée d’être loin d’elle il ne put s’empêcher de s’emparer de ce visage angélique qu’il emprisonna de ses mains avant de réduire à néant les quelques centimètres qui le séparait encore d’elle. Ardemment, il dévora ses lèvres avec une avidité quasi animale. C’était plus fort que lui. Elle avait cette faculté d’attiser ce côté sombre de sa personnalité. Mi-ange, mi-démon, elle s’avérait l’attirer irrémédiablement vers elle. Libérant un instant les joues de Rosa, le jeune homme fit descendre ses mains en direction des fesses rebondies de sa détenue dans l’unique but de la soulever. Leurs corps à présent assez proches pour ne faire qu’un, entre deux fougueux baisers… « Plus additive qu’une drogue… » Souffla-t-il alors que ses lèvres s’étiraient en un sourire. Pas n’importe quel sourire. Celui dont on se moque lorsqu’on croise un adolescent fou amoureux. Le sourire bête. Sa transe n’était apparemment pas passagère puisque tout en étant en équilibre sur un rocher, il retenait également le corps de sa dulcinée entre ses bras. L’une de ses mains se nicha au creux de ses reins, la seconde se plaça habilement sur sa nuque… Lentement, il la fit alors basculer en avant, ayant ainsi l’occasion parfaite d’embrasser ce cou offert. Le bout de sa langue chatouilla la peau de Roza en dessinant un chemin invisible au creux de ses seins. « Il va falloir que tu m’arrêtes parce que… » S’arrêtant volontaire pour se redresser quelque peu et regarder attentivement le corps nu de la jeune femme accrochée à lui… Il se mordit la lèvre inférieure d’envie. « Parce que moi je ne suis absolument pas en mesure de m’arrêter. » Affirma-t-il rapidement pour reprendre d’assaut le cou de Roza, dévorant ce derniers de baisers et de petites morsures.
made by pandora.




_________________
hold your breath...
Mais si je m'en sors, sans bleu au corps. Être normal pour être bien, effacer quelques lignes de ma main. Et si je m'en sors, je veux encore sentir la chaleur de ce beau matin, ensemble, alliés contre un drôle de destin...©️ sweet peach
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 24 ans

DC : Je suis unique
CRÉDITS : STEREO LOVE
MESSAGES : 122
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f78-appartement-de-roza-s-yu



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Mer 15 Mai - 15:31

Chaque fois qu’Ezekiel me touchait j’étais électrisée, incapable de réfléchir convenablement et de prendre des décisions rationnelles, quand je m’approchais de lui j’étais tel un papillon autour d’une flamme. Il m’attiré comme jamais quelqu’un ne l’avait fait, je n’étais qu’une faible femme face à lui et d’un côté ça m’énervait, d’un autre je ne pouvais rien y faire à part subir ce pouvoir qu’il détenait sur mon être. Ce n’était pas que physique, c’était un tout qui me faisait fondre complètement, il était peut-être torturé et incapable de dire ce qu’il ressentait mais je m’en fichais car je l’avais choisi, j’avais choisi d’aller dans les ténèbres avec lui peu importe ce qu’il pouvait arriver. Les choses allaient pourtant tellement vite, ces sentiments qui étaient nées c’était bien trop rapide mais je ne pouvais rien contrôler. J’avais pourtant un aperçu du meilleur et du pire qu’on pouvait donner ensemble, le pire n’étant pas ma partie préférée vu la dispute qu’on avait eu le premier soir de notre rencontre, cependant on s’était dévoilé la plupart de nos secrets, les choses qui nous retenaient d’être heureux on se les était avoué. Il ne nous restait que le meilleur alors, bon tout n’était pas réglé mais au moins il n’y avait aucun secret entre nous. Je ne pouvais pas m’empêcher de me demander comment allait finir cette histoire, j’avais si peur de tomber de haut mais à chaque fois que je croisais son regard j’oubliais tout, je sentais des papillons dans mon estomac me chatouiller. Je sentais mon corps attirait vers le sien irrémédiablement et le baiser qu’il me donnait fit naître des frissons partout sur mon corps. La passion était au rendez-vous entre nous depuis le premier jour, ce genre de passion qui vous rend fou, qui vous fait avoir de grand geste inexplicable, cette passion qui dévore tout. Oh oui elle avait commençait à ronger mon âme et j’étais en train de brûler mes ailes d’ange simplement parce qu’il était irrésistible à mes yeux. C’est vrai qu’au premier abord je semblais être un ange et lui un démon, pourtant on n’avait pas pu s’empêcher d’aller l’un vers l’autre, j’aurais surement dû fuir mais je n’avais pas pu. A cet instant j’étais heureuse de ne pas avoir fuis mais dans quelques jours, quelques semaines ou quelques mois est-ce que je ressentirais toujours ça ? Nos vies risquaient à chaque instant de nous rattraper et de gâcher ce qu’on était en train de construire petit à petit, j’étais certes heureuse maintenant mais le bonheur restait éphémère surtout quand on mène des vies comme les notre. La drogue, le bien, le mal il fallait tout prendre en compte, j’aurais tant aimé avoir les réponses à mes questions mais je ne savais rien, je ne pouvais qu’attendre que tout nous tombe dessus. Mes espoirs étaient vain, tôt ou tard quelque chose nous empêcherait de continuer, on le savait tous les deux que la route ne serait pas facile, notre histoire ne ressemblait pas à une autoroute tranquille bien au contraire et ce n’était qu’une question de temps pour voir tous nos espoirs réduit à néant. Je passais mes jambes autour du corps d’Ezekiel de façon à être complètement coller à lui. Chaque fois qu’on tentait de calmer nos ardeurs c’est comme si on en faisait encore plus pour s’attirer et se séduire, bon le fait qu’on soit nu aider probablement, on ne pouvait pas résister à l’appel du corps de l’autre. Je profitais de chacun de ses baisers dans le cou, je n’avais pas la force de résister et je n’en avais pas envie. Je le regardais dans les yeux en arquant un sourcil. « Qui t’a dit que je voulais arrêter ? » Je souriais légèrement pour profiter de nouveau des baisers qu’il me donnait. Très rapidement je reprenais le dessus pour emprisonner ses lèvres avec les miennes, tout en passant l’une de mes mains sur son torse, je la laissais glisser jusqu’au bas de son ventre pour ensuite la remonter de nouveau et je continuais ainsi tout en déposant des baisers dans son cou et sur son épaule. Le fait qu’on soit déjà collé faciliter tous nos gestes, on ne faisait déjà qu’un. S’il me trouvait plus addictive qu’une drogue que dire de lui, chaque fois que j’essayais de calmer mes ardeurs ces dernières revenaient en force. Je ne voulais pas que notre histoire s’arrête simplement a du physique mais je ne pouvais pas m’empêcher de me laisser aller, il était irrésistible et chaque fois que je le regardais dans les yeux je me perdais. J’arpentais un chemin sinueux qui pouvait me mener à ma perte j’en étais consciente, les plaisirs de la chaire ça allait pendant un temps mais ce n’était pas la seule chose dans une relation. J’avais eu tellement d’aventure, des hommes dont je n’avais rien à faire et qui ne représentait qu’un moyen d’assouvir un manque affectif que je ne voulais pas faire la même erreur avec quelqu’un qui comptait autant pour moi. Je posais mes yeux dans les siens durant un instant, comme pour mémoriser ce moment à jamais, la seule chose qui me vint à l’esprit fut que je le trouvais magnifique, même si je le souhaitais je ne pouvais pas résister, il était tellement parfait à mes yeux même avec ses travers et il ne se rendait surement pas compte de l’effet qu’il me faisait, pas seulement sur le côté physique mais en général. Il m’avait permis d’être enfin moi, j’avais fait tomber toute les barrières et il n’avait pas fui ce qui voulait dire beaucoup pour moi. « Je suis tellement bien avec toi … » J’avais chuchoté cette phrase comme pour préserver cette intimité qu’on partageait, ce petit moment secret aux yeux du monde que nous seul vivions. Le reste du monde pouvait bien aller se faire foutre, j’avais trouvé l’amour et je ne comptais pas le partager.

_________________
I say it's up to fate « Don't want to let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't want to hide the truth.Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 26 ans

DC : Nope
CRÉDITS : Bazzart & Tumblr
MESSAGES : 132
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f75-loft-d-ezekiel-j-guerrer



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Mer 15 Mai - 16:23



every teardrop is a waterfall.



Cette passion qui les rendait esclave l’un de l’autre, cet aspect charnel de leur relation avait une toute autre importance en comparaison avec ses coucheries d’un soir. C’était bien plus fort. Il respirait difficilement. Son cœur qui battait si fort qu’Ezekiel avait une envie folle de l’arracher de sa cage thoracique. Les sentiments plus extrêmes les uns les autres semblaient s’amuser à tourmenter l’esprit déjà torturé du jeune homme avide du moindre baiser, de la moindre caresse, du moindre contact. Tel un véritable aimant, il n’arrivait pas à être détacher d’elle, se collant ainsi avec un peu plus de ferveur. Ses gestes brusques dénotaient d’une certaine maladresse qu’il éprouvait face à ce trouble semblable à une transe qui s’emparait de son être. Avouant à demi mot son envie respective, Roza reprit le dessus en se jetant vers ses lèvres entrouvertes. L’échange langoureux ne faisait qu’attiser un peu plus ce brasier qui dévorait tout sur son passage. Presque tremblant, les amants ne firent plus qu’un sous les mouvements experts du bassin de la demoiselle. Se réunissant dans un râle de plaisir partagé, ils ne se quittaient pas des yeux. Leurs fronts irrémédiablement collé l’un à l’autre, le souffle coupé. Le jeune homme ne sentait plus ses muscles. Il était comme… Anesthésié. Sa force semblait décupler et il n’éprouvait ainsi aucune difficulté à porter sa dulcinée dans leurs ébats amoureux. Habituellement, le brésilien était assimilé calculateur né. Pourtant, avec elle, la spontanéité primait sur toute réflexion. Son chuchotement termina d’affoler les sens en éveils d’Ezekiel qui, en réponse, augmenta rapidement ses assauts en écrasant sa bouche comme les lèvres pulpeuse de sa partenaire de jeu. Cette sensation de symbiose totale l’envahissait peu à peu, au rythme de leurs gémissements étouffés. Seul au monde, ils partageaient à nouveau une intimité de couple à laquelle l’ancien militaire adhérait plutôt bien. Unis l’un à l’autre au cours d’une fougueuse étreinte, tout autour d’eux était paisible. Rien n’avait d’importance en dehors d’elle et lui. Comme une évidence, une énième claque gifla sa joue. Il avait l’impression de tomber amoureux d’elle… Cette lente hypothèse fit son chemin dans l’esprit embrumé du jeune homme. Son regard croisa alors celui de Roza. Comment avait pu-t-il être aussi aveugle ? Il était fou d’elle, c’était un fait. Les cris résonnaient au sein de la petite crique tranquille. Leurs propres échos ne faisaient que décupler leur ressentis. C’était comme s’il ressentait au centuple la moindre émotion. A bout de souffler, il reprit une ultime inspiration nécessaire et il cella son corps à celui de Roza. Atteignant les cieux à l’unisson, littéralement collé l’un à l’autre. La fraîche brise vint effleurer les corps brûlants, encore transi par la vague de désir qui déferlait au plus profond d’eux. Les jambes tremblantes de la jolie brune firent réagir le brésilien, ce dernier la soutint alors davantage laissant ainsi la totalité de ses muscles se relâcher. « Je t’ai déjà dis à quel point j’aimais faire l’amour avec toi… ? » Le terme employé surprit son propre auteur. Ca avait une toute autre définition qu’une vague partie de jambes en l’air. Submergé par un flot de question constant, Ezekiel vint nicher sa tête au creux du cou de Roza. Avec douceur, il descendit du rocher sur lequel il avait pied afin de plonger lentement dans l’eau froide en comparaison à leur peau. Appréciant la différence de température, il nagea un instant sans jamais lâcher sa belle. « On rentre ou tu veux encore un peu rester là ? » Demanda-t-il en replaçant une mèche derrière son oreille. La lune offrait une auréole à la jeune femme qui lui tournait le dos, ce halo de lumière entourait son visage. Si Ezekiel avait eu à décrire un ange, il aurait certainement choisit Roza. Cette mièvrerie amusa le principal concerné qui secoua légèrement sa tête de gauche à droite. Sa réponse importait peu. L’endroit est secondaire quant on possède l’ivresse. Plus les heures défilaient, plus l’hypothèse de la perdre un jour lui semblait insoutenable. Il n’avait aucune emprise sur ses propres sentiments, fait particulièrement frustrant pour l’accro du contrôle qu’il était. A cet instant précis, il réalisa qu’à cet instant, cet instant précis, il pouvait mourir sans aucun regret. Macabre idée, certes, mais preuve de son bonheur incompréhensible mais qui lui apportait la paix qu’il désirait tant. Cette relation à double tranchant apporterait son lot de souffrances, de déchirure, Ezekiel en avait pleinement conscience. Comme dirait l’adage : L’amour est une catastrophe magnifique. C’est comme foncer dans un mur et accélérer quand même. Jolie image pour décrire ce qui découlera certainement de leur saut vertigineuse vers une irrémédiable chute s’avérant particulièrement douloureuse. Il sentait déjà ses tripes se nouer à l’évocation de cette fin qu’il redoutait. « Je ne sais pas où on va… Mais j’y fonce tête baissée. » Avoua-t-il, tiraillé entre son bonheur actuel et la cruelle vision d’un futur chaotique. Cette paix fragile qui s’était installée était instable, tel un équilibriste il avançait au dessus du vide en priant pour ne pas pencher de manière brutale.
made by pandora.




_________________
hold your breath...
Mais si je m'en sors, sans bleu au corps. Être normal pour être bien, effacer quelques lignes de ma main. Et si je m'en sors, je veux encore sentir la chaleur de ce beau matin, ensemble, alliés contre un drôle de destin...©️ sweet peach
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 24 ans

DC : Je suis unique
CRÉDITS : STEREO LOVE
MESSAGES : 122
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f78-appartement-de-roza-s-yu



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Mer 15 Mai - 17:29

Ezekiel faisait ressortir un côté de moi que je pensais inexistant, je prenais des risques, je fonçais la tête baisser, je sautais d’une colline pour aller dans l’eau, je devenais spontané et imprévisible. J’avais toujours ce côté un peu fou, je prenais beaucoup de décision sans même y réfléchir mais à ses côtés je devenais imprudente, je n’avais pas peur d’aller droit dans un mur tant que j’étais avec lui. J’arrivais à simplement profiter sans me poser des milliers de question, je découvrais des sensations de plaisir que je n’avais jamais connu auparavant. Coucher avec des mecs est différent que de coucher avec Ezekiel, en fait tout est différent avec lui, chaque sentiment s’accroit et je me sentais en parfaite harmonie, on était en parfaite harmonie. Je sentais le plaisir monter un peu plus à chaque seconde, c’était un de ces moments qu’on ne veut pas voir se terminer. Je me sentais tellement bien dans ses bras, le calme ambiant était brisé par nos souffles courts et les bruits de plaisir qui sortaient de notre bouche sans qu’on ne puisse rien y faire. Et alors que nos corps partageaient ce moment unique je n’arrivais plus à penser clairement, la seule chose qui me venait à l’esprit était le bonheur que je ressentais à ses côtés. Je sombrais un peu plus à chaque minute, même si on voulait se persuader du contraire ou éviter de voir les choses en face nous étions un couple, on n’était pas trop mal d’ailleurs comme couple je trouve si on enlève nos caractères un peu trop fort et la fierté dont on fait preuve. Mais un moment comme celui-ci balayait les défauts que je pouvais trouver à Ezekiel, la seule chose qui me venait à l’esprit c’était son corps brulant contre le mien, on était comme un feu ardent qui ne parvenait pas à s’éteindre et chaque coup de rein ravivait notre flamme. On s’entendait parfaitement sur le plan sexuel ce qui ne gâchait rien à notre entente hors d’un lit ou d’une crique pour le coup, on était en parfait accord et alors que le moment tant attendu lorsqu’on ne fait qu’un arriva je ne pus m’empêcher de planter mes ongles dans son dos. D’un regard extérieur on semblait un peu bestial dans nos actes et pourtant je ne le ressentais pas comme ça, je me laissais simplement aller, rien ne me retenait. Pour moi ces gestes brusques et maladroits étaient inexistants, je ne les percevais pas car d’un autre côté notre tendresse était multipliée. Je tentais de reprendre mon souffle après ce moment et aussi mes esprits, mon cerveau se reconnectait et rien ne semblait venir ternir ce tableau. On restait coller l’un à l’autre, surement par peur de briser ce moment et aussi aucun de nous deux n’avaient envie de s’éloigner de l’autre, enfin moi je n’en avais pas envie. Je préférais rester coller à lui. Il brisa le silence qui régnait, pour dire une chose à laquelle je ne m’attendais pas. Ce qu’il me dit me fit sourire mais aussi un peu rougir, je ne savais pas vraiment quoi lui répondre, moi aussi j’aimais ça mais la façon dont il l’avait sorti c’était juste attendrissant en fait. On avait toujours la passion entre nous et visiblement ça n’empêcher pas des paroles comme celle qu’il venait de prononcer. « Je t’ai déjà dit à quel point tu me faisais craquer ? » Ce fut la seule chose que je réussis à dire, je préférais rester sur une touche un peu légère et amusante, les grandes effusions de sentiment ce n’était pas trop pour moi et pour lui non plus de ce que j’avais pu constater. Je sentais l’eau fraiche sur mes épaules, ce rafraichissement me fit du bien, à mon corps et surtout à mes idées, je réussissais de nouveau à penser. « Je commence à fatiguer un peu … Ca a été une longue journée. » Je lui souriais, ça avait été une très longue journée même, je ne m’attendais pas à tout ça et il me fallait un peu de repos pour mettre au clair les évènements passés. Tout avait été si rapide, on s’était déjà beaucoup rapproché auparavant mais aujourd’hui encore plus. On avait partagé beaucoup de chose, je me demandais alors comment se déroulerait les prochains jours et s’ils seraient aussi intenses. Et alors sans que je m’y attende il me fit une deuxième confession qui me fit encore plus rougir, plus tôt dans la soirée on avait discuté du futur de notre relation et le fait qu’il me parle comme ça sans que je ne lui demande rien, me toucha. La confiance c’était installée entre nous sans même qu’on s’en rende compte, je lui souris, un de ces sourires qui veut tout dire, le sourire d’une femme amoureuse que seul l’élu de son cœur peut comprendre surement. « On y fonce à deux alors. » Tout était dit, on ne savait pas dans quoi on s’aventurait mais on y allait ensemble et c’était le principal. Je commençais à frissonner et claquer des dents légèrement, la température avait baissé d’un seul coup et mon corps ne s’y faisait pas visiblement, je m’éloignais alors légèrement d’Ezekiel, je tentais de garder tout de même une certaine proximité. Je me dirigeais alors vers la sortie de l’eau en lui prenant la main comme pour ne pas rompre notre lien. Je sortais de l’eau pour gravir alors la colline, avec beaucoup moins de rigueur que plutôt. Je commençais à être épuiser et il me fallut quelques minutes pour arriver en haut. Je me jetais alors sur mes vêtements pour vite les enfiler, j’en oubliais presque Ezekiel tellement le froid m’avait pris d’un coup sans que je m’y attende. Une fois mon short et mon débardeur enfilé je le regardais en faisant la moue. « Si tu me dis je t’avais prévenu pour le froid je te tape. » Je riais légèrement faisant référence à ses excuses utilisées pour ne pas sauter dans l’eau. Au fond il avait peut-être raison mais vu le moment qu’on avait passé je m’en fichais d’avoir froid même si j’étais en train de claquer des dents.

_________________
I say it's up to fate « Don't want to let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't want to hide the truth.Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 26 ans

DC : Nope
CRÉDITS : Bazzart & Tumblr
MESSAGES : 132
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f75-loft-d-ezekiel-j-guerrer



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Jeu 16 Mai - 9:24



every teardrop is a waterfall.



Les rochers n’étaient, certes, pas aiguisés comme des lames de rasoirs mais l’arrivée semblait difficile d’accès. Ils leur avaient été plus aisés de descendre, que de remonter. Complètement nu, les deux protagonistes grelotaient légèrement. Si le vent frais fut agréable précédemment, à présent cela leur infligeait la vive morsure du froid. La chair de poule ornait les bras du jeune homme qui escaladait tant bien que mal la roche, Roza étant devant lui, sa concentration en pâtissait légèrement. Après avoir crapahutés quelques minutes dans la fraicheur de la nuit, ils arrivèrent enfin à destination. Le premier réflexe d’Ezekiel fut d’enfiler son boxer en cherchant les clés de la voiture. Sans prévenir sa partenaire, il dévala en tenue d’Adam – la feuille étant remplacé par du tissus bien évidemment, faut savoir vivre avec son temps – la colline afin d’atteindre le plus rapidement possible leur véhicule. Grelotant, il peina à enfoncer la clé tellement sa main tremblait. Le moteur cracha plusieurs fois, on pouvait apercevoir la fumée particulièrement noire qui sortait du pot d’échappement rouillé de cette vieille carlingue. Ainsi, la voiture allait chauffer doucement et cela permettait, avec un peu de chance, de bénéficier du chauffage durant le trajet du retour. Sur la pointe des pieds, grimaçant, le jeune homme rejoignit sa dulcinée qui avait pratiquement terminé de s’habiller. A son tour, il enfila à la hâte son jean et sa chemise froissée. Quelle dégaine devait-il avoir ! Se fichant éperdument du regard des autres, le brésilien reboutonna son haut en maudissant les gouttes d’eau qui perlaient encore le long de ses muscles et qui imbibait les couches de tissus qui étaient censées faire remonter sa températures corporelle. Ses cheveux dégoulinaient encore, chose insupportable, il se pencha alors légèrement en avait et passa ses deux mains à plusieurs reprises dans sa chevelure châtain. « Je te l’avais dit ! » Se contenta-t-il de répondre tel une ultime provocation. Son ton se voulait sarcastique, le jeune homme lui tira la langue en faisant les gros yeux pour appuyer la fin de sa phrase. Son rire perturba le calme ambiant, mais il s’en fichait. Cela lui faisait tellement de bien de rire de si bon cœur qu’il n’allait pas s’en empêcher pour prouver sa bienséance. Avant que la demoiselle n’ai eu le temps de répliquer, le brésilien s’élança vers elle pour l’envelopper dans sa veste et l’emprisonner entre ses bras. « Ce n’est pas très gentil de vouloir me frapper… Je dois toujours faire un entraînement de Krav’maga avec toi si je me souviens bien, mais la fatigue se fait sentir alors je te propose de faire ça demain blondie. » Expliqua-t-il en tenant d’échapper à une sentence physique de la part de sa dulcinée à qui il fit le plus beau des sourires tel une vaine tentative d’un enfant qui voudrait échapper à une éventuelle punition. Tous deux hilares devant leurs enfantillages mutuels, ils se mirent en route bras dessus, bras dessous. Gentleman, il lui ouvrit la portière passagère afin que la jolie brune s’y glisse et apprécie la chaleur qui se dégageait déjà des grilles d’aération et de chauffage du véhicule. L’état discutable de l’intérieur et de l’extérieur dénotaient complètement du bon entretien flagrant de la mécanique. A grand pas, il prit à son tour place au volant. Il était temps pour eux de prendre une douche et d’espérer passer une nuit propice à une récupération nécessaire, les deux compères avaient grand besoin de recharger leurs batteries respectives.

La route sinueuse, qui menaient aux hauteurs de la ville, ne comportait pas de lampadaire, ni même de panneaux indicatifs. Fronçant les sourcils pour affiner sa vue et augmenter ainsi sa concentration, l’ancien militaire fut soulagé lorsqu’il retrouva le goudron annonçant leur arrivée en ville. Tout en accélérant, il jeta un coup d’œil à Roza qui semblait lutter contre le sommeil. Attendris, il passa son bras sur les épaules de cette dernière. La banquette permettait aux amants de se serrer l’un contre l’autre puisqu’il n’y avait aucune séparation. Sans quitter les yeux de la route, il déposa un tendre baiser sur le front de la jeune femme. « J’en connais une qui ne va pas faire long feu ! » Chuchota-t-il près du visage de Roza, comme pour ne pas la tirer de son sommeil paradoxal. Fort heureusement pour la belle au bois dormant, ils arrivaient tout juste sur le parking du motel quasi désert. Méfiant, Ezekiel coupa le moteur et observa silencieusement les alentours. Rien. Doucement, il se décala en souriant à la demoiselle à moitié endormie. Les marches menant à leur chambre furent un effort supplémentaire mais bien vite ils retrouvèrent leurs appartements. Le jeune veilla à fermer correctement la porte ainsi que la fenêtre. Sans doute était-il trop prévoyant, mais ne valait-il pas mieux prévenir que guérir ? Après tout, même si leur séjour ici commençait à ressembler à une escapade amoureuse, il ne fallait pas pour autant oublier la réelle raison de leur présence. « J’ai mon arme sous l’oreiller de gauche et j’imagine que le tien se trouver sous celui de droite ? Je demande juste pour te dire d’éviter de me tirer dessus si jamais tu fais un cauchemar ! » Affirma-t-il en feignant d’être sérieux. Il restait encore quelques bières fraîches dans le mini frigo grassement fourni par le gérant. Le jeune en décapsula une qu’il posa sur sa table de chevet et il entreprit de se dévêtir. Le thermostat semblait bloqué sur une vingtaine de degré ! Le brésilien s’allongea alors une fois en boxer et profita des premières gorgée de sa bière qu’il se décida à accompagner d’une dose de nicotine appréciable.
made by pandora.



_________________
hold your breath...
Mais si je m'en sors, sans bleu au corps. Être normal pour être bien, effacer quelques lignes de ma main. Et si je m'en sors, je veux encore sentir la chaleur de ce beau matin, ensemble, alliés contre un drôle de destin...©️ sweet peach
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 24 ans

DC : Je suis unique
CRÉDITS : STEREO LOVE
MESSAGES : 122
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f78-appartement-de-roza-s-yu



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Jeu 16 Mai - 10:35

Je commençais à légèrement regretter mon idée de bain de minuit, je n’ai d’ailleurs jamais compris comment ça se faisait qu’à la sortie de l’eau on avait toujours froid comme ça. D’ailleurs je regrettais d’avoir mis ces vêtements vu le peu de tissu qui recouvrait ma peau mais je n’avais pas trop eu le choix pour être honnête vu les vêtements qu’Ezekiel avait choisi. Je sentais mes cheveux mouillés dégoulinaient je prenais alors un élastique que j’avais glissé dans la poche de mon short en jean pour relever mes cheveux en un chignon. Je regardais autour de nous en attendant qu’Ezekiel se soit rhabillé, tout était si calme et paisible même si il y avait un côté film d’horreur un peu. J’avais l’impression qu’un fou furieux aller sortir de nulle part pour nous pourchasser mais c’était surement dû à mon imagination trop débordante. Je regardais Ezekiel en prenant un air faussement offusqué face à son je te l’avais dit, avant que je puisse répliquer je me trouvais dans ses bras, je souriais, ce genre de vrai sourire, j’étais heureuse et je n’avais pas à m’en cacher avec lui. J’étais simplement comblée. « Hum … Si dans la nuit tu reçois un coup de pied ne sois pas étonné. » Je riais de bon cœur, puis au fond si je l’avais écouté on n’aurait pas fini nu dans la mer et il n’aurait pas passé un bon moment comme celui-ci, il devrait me remercier en fait. « Honnêtement je ne suis pas sûre que tu sois prêt à un entrainement de krav’maga avec moi. » Ou c’était peut-être l’inverse, c’était surtout qu’on ne finirait pas par s’entrainer mais plutôt par s’embrasser, puis il n’oserait surement pas utiliser toute sa force et vice versa pour ne pas qu’on se fasse mal. Puis très franchement me retrouver dans de drôle de position sans la possibilité d’en tirer avantage ne me disait pas trop, je ne saurais pas me retenir de le séduire et d’user de mes charmes pour gagner, ce qu’il risquait de ne pas apprécier. Mais que voulez-vous je suis une mauvaise perdante donc il faut bien que je fasse tout ce qui est en mon pouvoir pour prendre le dessus. On se dirigea vers la voiture, la chaleur de cette dernière me combla et m’assomma un peu vu qu’à peine rentrer dedans je fermais les yeux. J’étais dans ce genre de sommeil léger ou vous savez tous ce qui se passe autour de vous mais vous êtes incapable de bouger ou de parler à cause de la fatigue. Ma tête se retrouva sur l’épaule du conducteur de notre épave, plutôt confortable le jeune homme je dois l’avouer, et alors qu’il me parla la seule chose que je pus sortir de ma bouche fut un léger gémissement comme pour lui prouver que j’étais toujours éveillée. Une fois le moteur éteint j’ouvris les yeux, j’observais Ezekiel qui lui observait les alentours je souriais, ce côté protecteur qu’il me montrait était craquant et surtout inattendu.
Rapidement on retrouvait nos appartements, pour mon plus grand bonheur de femme fatiguée. Ezekiel continuait à jouer les protecteurs qui surveillent que tout soit bien fermé, j’avais envie de rire mais je me retenais. J’avais juste envie de lui préciser que personne ne penserait à me trouver dans un motel minable comme celui-ci vu mes goût habituels, non pas que j’avais des goûts de luxe mais j’avais toujours été habitué à un certains mode de vie. « J’essayerais de ne pas te tuer promis » Je prenais quelques affaires pour m’éclipser quelques instants dans la salle de bain. Non pas que j’étais pudique devant lui, il avait déjà vu mon corps entièrement nu donc je n’avais plus grand-chose à cacher mais je voulais surtout voir ma tête. Je jetais un coup d’œil à mon reflet dans le miroir, rien de magnifique surtout avec mes cernes et mes cheveux mouillé. Je me préparais alors pour la nuit. Je ressortais de la salle de bain avec simplement le tee-shirt trop large pour moi et un boxer, j’aurais préféré quelque chose d’un peu plus sexy pour notre première nuit mais c’était un homme et il n’avait surement pas pensé à ça lors de ses achats. Je me glissais dans le lit, restant durant quelques secondes de mon côté pour ensuite coller mon corps au sien. Je ne pouvais pas m’en empêcher, j’avais besoin de le sentir prêt de moi pour être mieux. Je le regardais en souriant, il était le mâle dans toute sa splendeur avec sa bière et sa cigarette. Je posais ma tête sur son torse et je commençais à dessiner des cercles imaginaires sur sa peau, le tout dans un silence étonnant et surement nécessaire. On avait besoin de réfléchir à tout ce qui s’était passé entre nous en si peu de temps, enfin je sais que moi j’en avais besoin. Ces sentiments qui se sont développé en si peu de temps me prenaient de cours, je ne m’y attendais pas et autant le dire ça m’était tombé dessus. On tentait tous les deux de faire marcher cette histoire comme on pouvait mais la vérité c’est qu’ici dans cette chambre de motel c’était facile, il n’y avait rien pour nous rappeler nos démons. Le retour à la réalité allait être difficile, je levais alors la tête pour le regarder dans les yeux, tant que je retournais à la réalité avec lui au fond je me fichais du reste. « Merci pour tout ça … Personne ne s’est jamais occupé de moi comme tu le fais. » Je lui souriais, je ne pourrais jamais assez le remercier pour ce qu’il avait fait, il n’était même pas conscient qu’il m’avait empêché de fuir de nouveau sans me retourner et c’était un grand pas. J’étais prête à affronter mon passé et juste grâce à lui. « Puis je trouve ça vraiment craquant ton côté protecteur » Tout était tellement simple que j’avais du mal à réaliser, nos vies étaient loin d’être facile et jamais je n’aurais pu penser qu’on pouvait faire encore dans la simplicité, pourtant le luxe, l’argent, le pouvoir, ça ne comptait pas quand on est vraiment heureux avec quelqu’un.

_________________
I say it's up to fate « Don't want to let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't want to hide the truth.Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


AGE : 26 ans

DC : Nope
CRÉDITS : Bazzart & Tumblr
MESSAGES : 132
ICI DEPUIS LE : 14/03/2013
POINTS : 0


Voir le profil de l'utilisateur http:// http://losecontrol.1fr1.net/f75-loft-d-ezekiel-j-guerrer



MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel Jeu 16 Mai - 12:09



every teardrop is a waterfall.



Il ne semblait pas y avoir âme qui vive dans les environs, pour le plus grand soulagement d’Ezekiel qui s’avérait être particulièrement prévoyant et alerte concernant la sécurité de Roza. Autrefois, il ne devait se préoccuper que de sa petite personne mais les sentiments avaient la particularité de nous faire sentir responsable de la personne ayant un contrôle total sur un cœur soumis à des battements quasi compulsifs. Si un regard extérieur observait la scène qui se déroulaient à présent, cette épave de laquelle les amants épuisés s’extirpaient tant bien que mal, cette chambre de motel au confort modeste et à la fonctionnalité spartiate… Le décor n’enthousiasmerait pas grand monde pourtant ils avaient su en faire une sorte de cocon à l’intérieur duquel ils se protégeaient mutuellement du monde extérieur si rude. Peut-être que ces quelques jours ne seraient qu’un coin de ciel bleu dans sa prison, cependant le jeune homme profitait à fond de chaque moment comment si c’était les derniers. Même s’il croyait en leur histoire, il ne pouvait décemment pas s’empêcher d’appréhender leur retour à Rio ainsi que les nombreuses conséquences qui découleraient de leur relation. A Rio elle était l’agent de police et il était le toxicomane, dealer à temps partiel, qui plus était connu des services de Police depuis son arrestation musclée. Aucune personne saine d’esprit ne verrait d’un très bon œil ce qu’il se passait entre eux. L’avis et le regard des autres importait peu mais cela restait pesant d’être perpétuellement soumis à des jugements infondés, des réflexions inappropriés et il n’était pas certains que son caractère tout comme sa personnalité ne lui laisse le loisir d’agir calmement. Roza était devenue son point faible et si jamais on s’en prenait à elle de quelque manière que ce soit, le brésilien serait capable de tout et n’importe quoi. Impulsif, cela pourrait mettre en péril le cours tranquille de sa vie. Autrefois, ça l’aurait fait fuir. Mais aujourd’hui, le simple fait de poser ses yeux sur elle lui insufflait le courage et la force dont il manquait pour affronter ce qui les attendaient à leur retour. Tous deux allongés sur le lit, en silence, ils observaient un point imaginaire en repensant à la journée ainsi qu’à la soirée qui venait de s’écouler. Sans doute chamboulé par leur périple et les questions incessantes qui revenaient à chaque accalmie propice à la réflexion. Apaisé, Ezekiel avala une énième gorgée de bière et laissa échapper entre ses lèvres entrouvertes un léger soupir d’aise. « En règle général, les gens ne sont pas conscient de la chance qu’ils ont. Ce n’est pas mon cas, je suis conscient de la chance que j’ai de t’avoir auprès de moi. Ce que je fais me semble normal et si en plus ça te plait, que demander de plus ? » Demanda-t-il en haussant les épaules, ce sourire niais toujours sérieusement soudé à ses lèvres. Ca semblait tellement naturel, ses gestes de tendresse, ce besoin instinctif de la protéger, alors qu’habituellement il n’était pas coutumier du fait. C’était une agréable surprise pour lui de découvrir que sa part d’humanité existait bel et bien, et qu’en plus de ça, elle était capable de bien plus qu’il ne l’imaginait.

Pour la première fois, Ezekiel se sentait à sa place. La chaleur le détendait totalement, ses muscles se délassaient, son cerveau se taisait peu à peu pour que le silence reprenne enfin ses droits. Roza semblait être aussi apaisée qu’il l’était, à croire qu’ils n’avaient pas que des effets négatifs l’un envers l’autre finalement. Les deux extrêmes se reposaient dans les bras l’un de l’autre, bercés par un puissant sentiment de bien-être. Lors d’un dernier élan de conscience, il étira son bras jusqu’à la bouteille en verre dans laquelle se trouvait un fond de liquide pour y faire tomber son mégot de cigarette encore fumant. Il était temps pour eux de retrouver les bras de Morphée. Vivant généralement la nuit, le brésilien n’avait pas un sommeil facile et en règle général il ne réussissait à dormir qu’une heure ou deux. Là Il se sentait tellement bien que rien ne semblait pouvoir rompre la paix qui l’habitait. « Bonne nuit mon ange… » Laissa-t-il échapper dans un souffle, les paupières clauses, le jeune homme ne réalisait pas ses paroles étant donné l’état dans lequel il se trouvait. Cependant c’était une preuve de plus de son attachement croissant. Ce genre de surnoms ridicules que se donnaient tour à tour les adolescents transis d’amour pour leur premier flirt ne ressemblait pas au vocabulaire pourtant fourni de l’ancien militaire. Son inconscient venait de prendre le pas sur ses réticences et ces quelques mots anodins prenaient une toute autre signification en étant prononcé par Ezekiel. Sa vie prenait un nouveau départ sans le laisser sur le bord de la route cette fois-ci, il ne comptait pas gâcher ses chances malgré la possibilité grandissante d’un échec douloureux… Son bras resserra doucement son étreinte jusqu’à ce que le corps frêle de la jolie brune se retrouve à moitié sur lui. Sa jambe fuselé avait trouvé sa place sur les cuisses du jeune homme endormi, quant à son bras il se logea sur son torse et sa tête reposait au creux de son cou. Il lui faudrait certainement une photo de cet instant pour se souvenir toute sa vie de ce moment fugace où plus rien n’avait d’importance en dehors d’elle… En dehors de lui. En dehors d’eux.
made by pandora.




[ THE END ]

_________________
hold your breath...
Mais si je m'en sors, sans bleu au corps. Être normal pour être bien, effacer quelques lignes de ma main. Et si je m'en sors, je veux encore sentir la chaleur de ce beau matin, ensemble, alliés contre un drôle de destin...©️ sweet peach
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel

Revenir en haut Aller en bas

We're nothing and nothing will help us maybe we're lying then you better not stay. But we could be safer just for one day } Ezekiel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lose Control :: Brésil :: Autres villes-